0

VILLENNES AVEC COPAIN SCHMURZ

Je partais ce matin retrouver Mon parcours, villennes.
J’y ai débuté, je suis encore débutant.
J’y suis très très souvent…
Mais je l’avais délaissé depuis 10 jours pour cause de finale Blue green et surtout d’un grand samedi entres amis.
Je le retrouve ce matin avec autant de plaisir et moins de peur.
Plus de trou maudit, plus rien de cela. Une sorte de confiance tranquille suite à mes infidélités récentes, villennes a perdu de son pouvoir d’inquiétude.
Non que ce parcours soit simple, loin de là, mais je n’avais que lui comme référence.
Donc je l’abordais non avec stress mais comme on retrouve un bon copain.
Ça tombe bien Schmurz arrive, on est donc trois avec la pelouse…
On va donc s’entrainer un peu, faire quelques b…boire un café.
Pour la première fois j’ai décidé une tactique suite à mon rêve éveillé et grâce à un très bon bouquin, qui ne dit que des choses évidentes mais qui les dit bien…
Je suis à 26 d’index, 2 coups à rendre sur les 8 plus bas handicap et 1 seul sur les 10 autres…
Cela ne m’inquiète pas. Non que je sois devenu un crack du golf, pas du tout, loin de là. Mais j’ai ma tactique à appliquer et en restant focalisé là-dessus je ne passe pas mon temps à me laisser envahir de pensées négatives et parasitantes…
Et je vous garanti que ça aide !
Mes départs se feront au Rescue 20° Mac Gregor, le grand frère tout nouveau de mon fétiche 23°.
Au 1 la formule marche de suite, j’envois à 200m, zen, droit, mon moral est bon, mon choix semble l’être aussi.
Bon le coup 2 est foiré lamentablement et tape deux arbres pour revenir sur le fairway (si, si), mon Pw est trop court, approche et putts, ça fait 6. Bon pas grave. On reste sur la stratégie de départ.
Au 2 je prends mon B3, c’est un par5, mauvais choix, slice, je ne dois pas le prendre, on n’est pas copains en ce moment.
Bref, tout se déroule mal sauf approche et putt. Score 8…
Au 3, tout change. Je reprends le 20° ça passe très bien, F8 qui part nickel (un nouveau très bon copain celui là) sur le fringe, approche F7 roulant et putt, le par. Cool, détendu, relax.
Au 4, même sauce. 20° suivi de F9, 2 putts. Par.
Je commence à réaliser que mes distances changent.
Mon 9 monte à 115m sans vraiment forcer. J’ai juste changé une petite chose, je me sens plus en appuis sur mes orteils et dans mon downswing, l’accélération arrive plus tard et se retrouve vraiment (enfin je le sens comme ça) dans la traversée de la balle.
Résultat mes avants bras se relâchent mieux, mes poignets ne sont pas crispés, ça part bien droit et de façon plus sure.
Mon 20° semble se fixer entre 200m et 210m, c’est ce que l’on constate visiblement avec Schmurz.
Au 5 pas de changement dans la tactique qui paye.20° F7 un peu loin derrière le green, re F7 d’approche et 1 putt. Troisième par de suite.
Au 6, F8 car départ avancé, bunker, mauvaise visée, SW bien, 2putts, bogey.
Au 7, je ne change rien, 20° je rate mon PW qui fuse roulant sur 90m, F7 d’approche, 1 putt de 3m en montée, je reste au par…le bonheur total.
Au 8, 20°, PW un peu court, PW d’approche un peu long, 2 putts, bogey. Je ne vais pas pleurer.
Au 9, par 3 de 145m je prends mon F6 et je l’envoie derrière le green ?????
J’ai vraiment eu la sensation de « fouetter » ma balle, bien droite, bien haute, je m’étonne tout seul…PW d’approche trop faible, 2 putts bogey.
Résultat +8 sur l’aller, 13 putts, je n’avais jamais fais ça avant, je suis sur un nuage…
Au 10, idem pour le 20° et ses 200m, tout roule. Sauf que devant depuis 2 trous déjà un groupe de 4 devient de plus en plus lent ou alors c’est nous qui sommes de plus en rapides.
Bref, je stoppe, j’attends, je m’énerve.
Ça rate pas, même avec un seul putt, le par 5 finit en 7.
Au 11 c’est pire, je reprends mon B3, allez savoir pourquoi, les 4 sont devant et jouent à reculons. Un HL et ça finit en 7 avec 2 putts mais c’est un par 4…
Au 12, mon par 3 au birdie, je prends mon F8, 125m en montée, j’arrive derrière à gauche, dans le bunker ????
Sur le tee, j’ai l’impression de faire 5m voir plus par fer, va falloir réfléchir à la question, je ne vais l’attaquer au F9 celui là quand même ? Bref, ça finit en 5 avec 3 putts, double bogey, troisième ratage, je ne décolère pas…
Au 14 je reprends mon calme et ma tactique. 20° au départ, nickel. Les 4 daltons centenaires sont encore sur le green…j’ai l’impression qu’ils nous attendent. Je n’arrive pas à oublier cette gène. Bien fait ça finit en 7 avec 3 putts !!!!
Au 15 ce n’est pas mieux, bon départ au 20° limite une routine, je le joue aussi tranquille qu’un putter avec la sensation que je vais bien le jouer de toute façon et ce genre d’attitude fonctionne à merveille.
Mais comme on joue « trop » vite on se retrouve avec le « dépêchez vous d’attendre » et ça finit en 7 avec 3 putts…GRRRRRR
Au 15 ça va mieux, je teste le B5 pour traverser les arbres sur ce dog leg gauche départ avancé d’un cran, ça passe bien droit, j’ai cette sensation de « fouetté » qui est bien là.
Le F8 fait des merveilles derrière, 2 putts, je retrouve le par.
Au 16, par 3 de 148m je reprends donc le 6 pour être sur, mais ça gratte, pas à l’aise, j’aurai du prendre plus de temps pour jouer, approche mal gérée ensuite, ça finit 5 avec 2 putts…à oublier.
Au 17 je prend le B3 (pas têtu le gars) entre trop haut et chandelle qui finit à 150m, un coup de rescue vraiment bien tapé, avec le bruit qui rassure me ramène à 10 m du green sur la gauche, PW un peu long, 2putts, bogey.
Au 18, je recommence au B3, c’est une avenue mais le fouetté n’y est décidemment pas. Le rescue me sauve si bien que j’arrive dans le bunker du green. SW bien mais timide, 2 putts, bogey.
Retour +18 et20 putts, bien fait, je n’ai pas su gérer l’attente et j’ai changé ma stratégie de départ à de mauvais moments.
Résultat des courses, super content quand même, à part le passage à vide du milieu du 10 jusqu’au 14, je l’oublie d’office car on a vraiment passé un excellent moment avec l’amigo Schmurz en bouclant le parcours en 3h30, sans les 4 on finissait en 3h.
Pas de pluie, température de jeu nickel, terrain juste assez gras, pas de vent. Oui on était à villennes, Arf !
Demain je refais ça sans l’énervement passager et je GARDE ma tactique au départ et tout se passera bien…

Commentez avec Facebook

Ne jamais hésiter à commenter :)