1

UN ACCROC SUR LES DENTS…

J’ai fais des recherches sur le net en tapant « G.A » afin de savoir si comme pour les « A.A », il existait des golfeurs anonymes qui se regroupaient pour parler de leur ancienne addiction à ce sport diabolique.
J’en étais à m’imaginer montant sur une estrade en me présentant puis indiquant que cela faisait trois mois que je n’avais pas toucher un club. Le petit groupe assis applaudissait avec des airs entendus et empathiques sur chacun des visages de l’assemblée.
Mais je n’ai rien trouvé de tel sur la toile.
Donc ce que je ressens n’est pas une pathologie, c’est bien une passion.
Mais qu’est ce qui peut nous, enfin me rendre (je ne vais pas réfléchir pour vous non plus, je suis blond et pas sociologue et je referme cette parenthèse quand je veux en plus, je suis libre, nous sommes en démocratie non ? bon d’accord mais c’est la dernière fois) aussi obsédé par ce sport ?
Question qui mérite réflexion.
Pas vous ?
C’est que soit vous ne jouez pas au golf soit vous êtes un mutant ?
Vous aussi ?
Merci, Amen, Mazel Tov, Choukran, je ne suis pas tout seul et ça me rassure d’être inquiet pour vous aussi.
Bref.
Le golf c’est quoi ?
Si je m’appuie sur des témoignages lus dans de très bons ouvrages, cela consiste à taper sur une petite balle, posée sur une énorme balle que certains surnomment affectueusement la Terre, le but étant de faire bouger la petite sans réveiller la grande.
Le tout avec des outils totalement inadaptés à cet effet, l’objectif final étant d’arriver à ranger la petite balle dans un trou au diamètre changeant en fonction de notre humeur, le trou étant lui-même à une distance changeante du point de départ. Tout cela sur un parcours dix huit fois trop grand construit par un architecte qui va tout faire pour nous empêcher d’arriver dans le dit trou.
Oui parce qu’en plus ce n’est pas le tout de faire tomber la balle dans le trou, il faut le faire en le moins de coups possibles…
Voila pour résumer en gros.
Si j’essaye d’être sérieux cinq minutes et que je reviens sur un ancien texte qui résume les aptitudes nécessaires pour jouer au golf, j’entends par là : puissance, contrôle, précision, constance, concentration, ténacité par exemple.
Mais il en manque bien sur (alors toi aussi joues à « devine ce qu’il faut pour bien jouer au golf » et gagne le droit de continuer à lire sans perdre ton temps).
Les plaisirs liés au golf comme jouer dans la nature, la joie de réussir une belle frappe, le bonheur de la voir rouler dans le trou, j’en passe, je suis sur qu’on en trouverait des pages…
N’oublions pas un constat important, l’obligation d’avoir un mental fort et apaisé associé à une bonne technique ainsi qu’une bonne coordination physique.
Bref si je fais la synthèse de tout cela je me rends compte que je ne peux jouer correctement au golf que si je donne le meilleur de moi-même aussi bien physiquement que mentalement, que pour bien jouer au golf je me dois d’oublier toute pensée négative qui pourrait parasiter cette harmonie entre mon esprit et mon corps.
Mieux je joue, mieux je me sens en résumé…

Tient bah j’ai répondu !
Il faut que j’aille de suite en parler à mon groupe de soutien et à mon parrain !

Commentez avec Facebook

Un commentaire

  1. Voila une définition du golf qui me convient tout à fait ! Merci Jérôme de l'avoir résumée ainsi.

Ne jamais hésiter à commenter :)