0

LE FILM EST EN DEUX PARTIES ?

Je ne sais plus qui a dit que le golf se joue à 120m du drapeau mais cela m’a fait réfléchir (aie encore un neurone de perdu pour rien).
Cela signifierait que sur un parcours il y a deux étapes principales alors.
-le coup de départ et coups sur le fairway.
-le coup pour toucher le green et le (ou les, oui ça va !) putt.
Chacune de ces étapes demanderait des aptitudes propres.
La première, surtout de la puissance et une certaine précision, la deuxième, surtout de la précision et un bon dosage de la puissance.
Comme cela a été écrit avant, (vous n’avez qu’à chercher mais je vous assure que je l’ai écrit) en ce qui me concerne, je ne cherche à atteindre le green pour ne pas dire le drapeau qu’à partir de 110-120m maximum.
Au-delà je ne suis pas assez précis encore dans mon coup.
Le but de la première étape est donc de m’amener à 120m, voire moins, du drapeau en le moins de coups possibles donc.
Je dois vous avouer que cette première étape n’est pas ma préférée. Non que je n’aime pas « frapper » de gros coups et voir voler ma balle le plus loin possible, loin de là mais j’ai surtout hâte d’arriver au coup de précision le plus vite possible car c’est visuellement parlant le coup que j’adore.
Voir tomber la baballe sur le greegreen c’est vraiment là qu’est mon plaisir pour le moment.
Inutile donc de vous dire que mon par de prédilection est le par3…
Et que ma bête noire est le par5…
Peut être est-ce aussi dû à mon choix de départ pour mon sac.
Je n’ai pas de driver.
Non ?!? Il n’a pas de driver ????
Bah oui et alors ?
Non, non rien…
Quand j’ai eu ma demi-série comme tout débutant, il n’y avait pas ce fameux « big club »
Le plus gros était un bois 3.
Cela m’a permis de découvrir vite deux choses importantes
1- Je frappe fort
2- Je frappe fort…mal
Je pouvais envoyer ma balle à plus de 220m avec ce truc à grosse tête mais surtout l’envoyer à plus de 20m pour ne pas dire 40 dans les bois, en hors limite, dans le bunker de fairway, in the flotte, bref je pouvais grâce à lui perdre jusqu’à 3 coups pour revenir de mes escapades « push-slicées »…
Conclusion, à partir du moment où j’ai pris la décision de m’équiper totalement j’ai omis volontairement de prendre un driver.
Et en toute logique mon travail principal s’est fait sur les approches et le petit jeu.
Ceci expliquant sans doute cela.
Aujourd’hui je commence à prendre conscience que je peux aussi gagner des points sur la première étape.
Je commence à mieux maîtriser mon swing et donc à vouloir tester mes capacités à aller loin mais surtout à aller où j’ai décidé d’aller.
Il est donc temps de travailler sur la composition du sac au niveau de « lourd » c’est-à-dire au dessus du fer 5 en ce qui me concerne.
J’ai un bois 5 et deux hybrides de 23° et 20° (c’est le loft, pas la température à laquelle je peux les jouer) mais je pense qu’il faudra bien tout revoir pour avoir une cohérence sur les coups longs.
L’hiver va être long, c’est un apache qui l’a dit en voyant un visage pâle couper du bois, le visage pâle en question ne coupant le dit bois que parce que l’apache disait en le voyant « hiver rude » mais je m’égare pardon, excusez moi, désolé.
L’hiver va être long donc et c’est l’occasion de prendre le temps de revoir le matériel en profondeur.
Le temps du driver est venu…
Le temps de retourner voir le Doc approche…

Commentez avec Facebook

Ne jamais hésiter à commenter :)