1

RETOUR EN PROVINCE

Le rendez vous était pris de longue date et nous arrivions enfin au jour tant attendu.
7h45 devant la gare RER de Saint germain en laye, il fait nuit, il fait froid mais ce genre de détail ne perturbe en rien deux perfectionnistes qui attendent depuis quinze jour de retourner voir le Doc pour découvrir l’antre du golfico-diagnostico-chirurgien en chef pour mon compère et de continuer la transformation de ma série en ce qui me concerne.
Nous nous retrouvons donc et traçons les deux cent bornes immédiatement.
Il gèle dehors, il y a de la bonne musique dans la tuture, tout va bien.
J’avoue que cela faisait un bout de temps que j’attendais de voir la tête que ferait le comparse devant les deux, ah bah non trois finalement, étagères de têtes de club.
Ça ne rate pas. Blocage admiratif. Confirmation est donc faite que nous sommes bien dans la caverne d’Ali dit « vous allez en rester baba »…
Inutile de préciser qu’avant cet instant nous nous sommes chaudement salués avec le Doc, heureux de nous retrouver à nouveau, impatients que nous étions tous.
Le programme de la journée est multiple, il va falloir rentabiliser nos 6 heures car il faut vérifier le matériel de Ben, diagnostiquer ses besoins en terme de matériel par rapport à son swing, prendre une décision sur la suite de la transformation de ma série, bref ce n’est pas travail qui va manquer.
Ça commence par le test putting. Le Doc vérifie le mien mais il me connait et sait que mon problème est simple.
Il me faut une bonne dose de coups pour déjà calmer mon manque, on passe donc à Ben, car aujourd’hui c’est pour lui surtout que nous sommes là.
Ils vont donc monter à l’étage des mesures et moi pendant ce temps là je vais taper mes 100 balles à la minute histoire d’être plus calme quand ce sera mon tour.
C’est à cet instant que j’ai découvert qu’il me fallait vite un prof expérimenté.
Je tape des tonnes de balles sans aucune forme de d’intelligence.
Pas de mise en place sérieuse à l’adresse, pas de routine.
Je frappe de bonnes et de mauvaises balles sauf que je ne sais pas vraiment pourquoi elles sont bonnes ou mauvaises…
Je les rejoins donc au lieu de continuer mes frappes stériles.
Si j’ai bien tout compris, ce que craignait Ben s’est confirmé, son matériel ne pourra plus le suivre très longtemps, il est grand temps de revoir tout cela bientôt s’il ne veut pas à terme gâcher ses talents golfiques…
Nous redescendons donc dans la véranda pour les tests dynamiques, tantôt lui, tantôt moi. Tout cela semble désordonné mais le Doc lui ne rate rien de nos gestes respectifs et note nos sensations, nos demandes, nos forces et nos faiblesses.
Quelques sandwichs, agrémentés de multiples questions techniques. Ben en a pas mal et le Doc n’est pas avare de réponses.
Pour mon cas, une décision est prise. On va faire dans l’ordre du bas vers le haut. Pas de test Driver aujourd’hui.
On recherche le wedge 60° qui va me convenir mais aussi les fers courts.
Je m’incline quand au choix d’une nouvelle tête, décidemment le Doc sait freiner mes ardeurs, on ne change rien à la tête, juste le shaft.
Ensuite on reprendra le travail sur les fers longs, l’idée étant de revenir dans le temps sur de l’acier sans doute mais en plusieurs étapes.
Enfin on se penchera sur « que faire après le fer 5 » là il va y avoir du boulot car plus j’avance et moins mes idées sont claires… le retour du fer 4 va sans doute se faire, c’est vous dire comme les choses évoluent…
Surtout que je me suis rendu compte que mon bois 5 n’était pas si mal que ça et que l’on m’avait mal conseillé quand à son utilisation…
Donc pour le moment le sac c’est putter, 3 wedges, 3fers courts, 3 fers longs avec les deux hybrides (imparfaits) et le bois 5.
Le compère a trouvé comment sera sa nouvelle série, c’est l’important.
Moi, j’avance petit à petit et l’hiver est encore long d’autant plus qu’il n’a pas commencé !
La suite dimanche prochain pour un test grandeur nature à Guerville avec le Doc et Ben si le temps le permet…
Quoique je me dis que le temps va devoir vraiment faire des efforts pour nous décourager !

Commentez avec Facebook

One Comment

Ne jamais hésiter à commenter :)