2

ON SE CALME…MAIS JE SUIS CALME!

Il est temps d’être un peu réaliste et un peu moins dur avec moi-même.
Mon pire ennemi sur un parcours c’est…moi.
Un coup raté qui part en vrac et je pars en vrille.
Et les nerfs sur un parcours ne sont pas de bons compagnons.
J’ai déjà abordé le sujet je crois, non ?
Oui ?
C’est bien ce que je pensais.
Mais visiblement je ne lis pas et je ne tiens pas compte de ce que j’écris.
C’est dommage quand même.
Donc je me dois d’être réaliste.
J’entends par là qu’il faut que je me rende compte que je ne joue au golf que depuis 6 mois (aout 2008) et que la pratique d’un swing, la régularité sur un parcours et la précision du contact ne s’acquièrent pas par un simple claquement de doigts.
Ce n’est pas parce que sur le papier je comprends certaines choses que je suis capable de les reproduire le lendemain.
Mais bon.
Ça énerve quand même…
En plus j’ai un don pour ne me souvenir que des ratés et pas des bons coups.
Pourtant cela serait plus simple, il y en a beaucoup moins à retenir…
Tiens, juste le départ du 18 de Villennes ce matin. 18 qui est en fait l’ancien 3 mais ils ont changé l’ordre du parcours.
Hybride 20°, zen, calme, serein, pas de routine, je sens bien le truc et bah boum : 206 au carry.
Bon, dans le bunker à gauche au fond mais 206m quand même. Et bien droit en plus.

Tolérance, humilité, calme, concentration, application.
Voila quelques mots que je ferais bien de me graver dans mon petit cerveau rigide et insatisfait.
Surtout que dans l’absolu, ce qui me dérange le plus c’est que cela n’est pas agréable pour mes compagnons de jeu.
Oui, je sais, déjà dit…
Je vais donc travailler cela un peu plus sérieusement.
Ne pas trop prendre cela au sérieux.
Je ne vais pas jouer moins, que nenni !
Je vais jouer, enfin m’appliquer à jouer en étant mieux dans ma tête.
Ce n’est pas le tout d’avoir toutes ces réflexions stratégiques, encore faut il avoir un bon mental pour les aborder.
Donc pour commencer : un bon bain chaud aux huiles essentielles !
À plus tard faut que j’aille me détendre !
Dé Diou !

Commentez avec Facebook

2 Comments

  1. J’ai lu “jouer au golf sans viser la perfection” de Rotella mais visiblement il faudrait que je le relise…
    j’ai vu le livre dont tu me parles, je crois que je vais aller jeter un coup d’oeil mais là je suis un livre en anglais qui me prend du temps mais très utile aussi 🙂

  2. Peut-être pourrais-tu lire avec profit des ouvrages comme celui de Pia Nilsson, par exemple (Chaque coup doit avoir un objectif, éd. Albin Michel). Ça a l’avantage d’associer toute une série de postulats qui ont l’air de lieux communs au premier abord, mais qui insérés dans une vision globale peuvent permettre de voir autrement le coup de golf et le parcours en compétition. Mais il faut accrocher, ce n’est pas forcément automatique…

Répondre à superlent Annuler la réponse.