2

COMPETITION DE SCRAMBLE À DEUX À SAINT AUBIN…

L’hiver est terminé.
L’important c’est d’y croire…
Aujourd’hui, premier jour de Mars, les gentlemen sont allés en force se retrouver lors d’une compétition en scramble à deux sur le sympathique golf de Saint Aubin.
24 équipes au départ, la moitié, à mon avis, venant du forum pour fêter cette première compétition de l’année.
Je fais équipe avec Parrain, je sais qu’il a un jeu de départ solide et une belle régularité sur l’ensemble d’un parcours.
Nous voila donc au départ, je suis en confiance. Le scramble me convient parfaitement comme mode de jeu car aucun coup n’est véritablement joué sous pression, je vais donc pouvoir me lâcher sans crainte.
Saint Aubin n’est pas noté comme un parcours difficile.
Mais je peux vous affirmer une chose, il existe peut être des parcours pas difficiles mais il n’existe aucun parcours facile.
Et Saint Aubin en est un bon exemple, les fairways sont assez larges dans l’ensemble mais les greens sont très bien défendus.
Il est presque dix heures et demie quand on commence, il ne fait pas froid mais une petite pluie guette. Elle tombera timidement pendant un tiers du parcours, ensuite le temps sera clair avec un vent qui se lèvera pour les 6 derniers trous.
TROU 1 PAR 5 HCP 5
N’ayant toujours pas de driver, notre équipe va énormément compter sur les mises en jeu de Parrain. Au mieux avec mon 20° je vais atteindre 219m une seule fois mais je resterai sérieux sur les premiers coups, au cas où…
Le premier départ s’annonce bien, sa balle arrive derrière le bunker de fairway, mais il y a encore du chemin à faire. Le suivant est pour moi, un gros coup d’hybride 23° qui nous ouvre le green à 95m. Je prends mon PW pour assurer l’approche, je dépasse le green, parrain ne fait pas mieux, faut vraiment que je fasse un point sur mes distances mais avec ce swing en construction, ce n’est pas toujours évident. Heureusement, parrain est solide sur le petit jeu mais il nous faudra quand même deux putts.
Bogey. Rien de dramatique, c’est la mise en route de l’équipe. Après réflexion, ce trou restera assez révélateur de notre partie au niveau du partage de nos points forts aujourd’hui.
Parrain va assurer la mise en jeu sur les pars 4 et 5 ainsi que le petit jeu. En ce qui me concerne, je vais aider sur le second coup et les approches entre 140m et 80m. On se partagera le putting, chacun ayant eu à un moment donné un rôle déterminant dans cette phase de jeu.
TROU 2 PAR 4 HCP 17
Parrain envoie gros mais trop à gauche, j’assure donc mon départ et lui fera une belle approche, encore deux putts mais on fait notre par, c’est ça qui compte.
TROU 3 PAR 4 HCP 1
Le plus dur trou du parcours, très long et très bien défendu. Malgré un bonne mise en jeu, nous ne réussissons, ni l’un ni l’autre, à atteindre le green au deuxième coup, mais un seul putt suffira, on sauve le par.
TROU 4 PAR 4 HCP 9
Énorme drive de parrain, on se retrouve à 131m du drapeau en légère descente, il est trop court, je le sens bien, je prends le fer 8, un coup d’essai, les hanches tournent, j’envois, bon contact, on est à moins de 2m, un seul putt, notre premier birdie !
TROU 5 PAR 3 HCP 7
Assez court mais vicieux, bunker devant, bunker derrière et la flotte à gauche…Parrain assure une dépose sur la gauche, sur le green, deux putts et hop un nouveau par…
TROU 6 PAR 4 HCP 16
Encore un très gros drive, une approche bien sentie, un joli putt bien long et hop birdie !
On note mais on ne se formalise pas sur le score, on est pourtant -1 au premier tiers, tout ça sent vraiment bon.
TROU 7 PAR 4 HCP 11
Cela devient presqu’une routine le gros drive de Parrain. Résultat, on se retrouve à 83m du drapeau. Cette certitude du bon drive donne des ailes, je sors le 51° et la balle se retrouve à moins de 3m du mât, on se rate sur le premier putt. Par. Pas grave.
TROU 8 PAR 4 HCP 3
Un incident sur le parcours, le groupe qui nous suit ne semble pas à l’aise avec l’étiquette.
On ne traine pas et pourtant, alors qu’on est au second coup, une balle atterrit au milieu de notre équipe. Ça arrive. Mais une deuxième, non!
On remonte le terrain pour s’expliquer, cela se passe bien mais on est un peu ferme, j’ai déjà pris une balle sur la tête et ce n’est franchement pas une expérience que je souhaite revivre…
Bref. Le deuxième coup n’est pas génial mais le petit jeu et un putt solide sauvent le par.
TROU 9 PAR 4 HCP 13
Un par 4 sans complication mais après un bon départ, l’approche rate, le petit jeu passe mais pas le putting…Bogey
On finit l’aller dans le par avec 14 putts, on est carrément ravis…Parrain a un index de 18, moi 26 alors ce genre de score, du jamais vu encore !
TROU 10 PAR 3 HCP 4
Un long et vicieux par 3 avec un green en pente. Parrain rate totalement, je fais pire. On a encore un bon 95m à faire…Ma sortie du trou boueux est très mauvaise, parrain sort un swing superbe et solide qui tombe au drapeau, un putt, le par est encore sauvé.
En en rediscutant après, on a eu cette même sensation d’avoir réalisé des pars avec autant de joie que si on faisait un birdie car on le sauvait vraiment à cause d’un ratage commun mais d’un gros coup ensuite ou d’un putt arraché.
TROU 11 PAR 4 HCP 16
Le gros drive est là mais un peu à droite, un bon 140m encore à faire. Parrain touche le pré green. Rassuré je prends mon fer 6, relâché, j’envois, ça monte bien, c’est rare car je reste encore en délicatesse avec le fer 5 et le 6, la balle est sur le green, j’explose de joie, c’est fou ce qui peut se passer quand on est en confiance sur un parcours !
On se prend quand même deux putts mais c’est un beau par encore une fois.
TROU 12 PAR 4 HCP 10
Paul, notre maître à tous, le grand manitou du forum est là avec son caméscope pour fixer quelques souvenirs.
La règle est respectée, puisqu’on nous filme, on rate nos départs…
Deux coups encore pour arriver sur le green mais un très beau putt sauve la mise. Par encore, on s’habituerait presque…
TROU 13 PAR 4 HCP 8
Un joli dog leg, trou invisible, on slice tout les deux…
Deux coups encore et encore un putt arraché, un par qui sent le birdie en émotion.
TROU 14 PAR 5 HCP 12
Gros par 5 en dog leg, trou très bien protégé si on n’est pas assez long sur les deux premiers coups.
Ça marche bien, on se retrouve à 70m au début du troisième coup.
Il nous faudra pourtant deux coups pour arriver au green et deux putts pour finir sur un bogey qui nous enrage.
TROU 15 PAR 3 HCP 6
Gros par 3, green en surplomb, bunker devant. Parrain rate le green mais est bien placé, je me place en confiance sur le départ avec le fer 5, il y a 154m à faire pour le drapeau.
Est-ce l’énervement du bogey ? Toujours est-il que je claque un swing qui fait monter ma balle très haute mais très puissante, un léger fade qui tombe à 1 m du drapeau.
Jamais je n’avais réussi sur un parcours un coup pareil. Je suis aux anges, parrain me laisse le putt, on sort avec un birdie qui efface le par 5 précédent.
Il reste trois trous, on est toujours dans le par mais en stress sur le final car on prend conscience du score et de ses conséquences.
TROU 16 PAR 4 HCP 18
Le trou le plus simple mais on rate nos départs. La meilleure balle est sous des branches à 1m50 du sol, bloquant le backswing.
Parrain assure pour une approche putt, j’arrache un coup de fer 9 en oubliant l’obstacle, ça passe, on est à 1m du green, approche putt, on sauve le par dans la douleur.
TROU 17 PAR 3 HCP 2
Un par 3 de 120m à peine pour atteindre le drapeau, une pièce d’eau vidée et un bon vent de face.
Parrain sort le fer8, sa balle est mal contactée, dans la pièce d’eau devenu bunker dans les règles. Je prends le fer8 aussi, bon contact, ça monte…trop…pièce d’eau aussi…
Sortie délicate que parrain négocie bien mais le putt est très long, il en faudra deux…Bogey.
TROU 18 PAR 4 HCP 14
Un bon méchant dog leg droite qui tourne très vite et des arbres assez hauts pour décourager le survol et des bunkers à l’atterrissage au cas où on essaierait.
On n’essaye pas. Cela donne un deuxième coup long sur un green délicat gardé par un bunker patibulaire. On se retrouve avec une approche putt qui sauve le par.
Le retour se termine en +1 mais avec 11 putts seulement. Des greens plus difficiles à atteindre mais un putting qui s’est bien amélioré.
On peut bien sur avoir des regrets sur les trous où l’on a échoué car on aurait pu finir premier en brut de cette compétition au lieu de deuxième mais non, on est ravis, le partenariat a fonctionné à merveille, chacun ayant été dopé par les coups de l’autre.
On va bien sur renouveler au plus vite l’expérience pour le mental, pour confirmer ces coups que l’on est capable de faire.
Le but, bien sur, est de pouvoir retrouver ce jeu pour les compétitions d’index de 2009.
Prochain entrainement, le petit jeu car je l’ai négligé ces derniers temps, focalisé sur le swing…
Mais quelle journée !
Quel score !
Ça donne envie de recommencer !

Commentez avec Facebook

2 Comments

  1. Mon gros souvenir est sur le départ du 15 où la pression d’une peut être “trop bonne carte” me rattrape et où je rate le départ… Je te regarde un peu dépité et te dit : “Je te passe la main”, tu ne réponds pas pris dans ta concentration d’avant routine et tu claques un monstrueux fer à 1m du trou”… Quel souvenir… 🙂

Ne jamais hésiter à commenter :)