6

EN PAIX…

Practice pour retrouver les bons moments vécus lors des deux derniers parcours.
La pince, le fouet des poignets, la verticalité, l’assise à l’adresse.
Beaucoup de détails techniques que je ne souhaite plus disséquer comme je le faisais avant. Je veux juste m’appliquer à reproduire de la façon la plus naturelle possible l’ensemble de mon geste en étant attentif dans le backswing et en me libérant dans le downswing.
Échauffement habituel avec le PW puis, au bout de cinq bonnes minutes, je pose une balle, quelques swings d’essai et je me lance en douceur au départ pour m’appliquer sur le toucher de balle.
Le premier coup se passe tout seul, le club glisse dans l’air, le contact avec la balle est passé presque inaperçu. C’est exactement la sensation que j’attendais pour ce club.
Aucune sensation d’effort dans l’exécution du coup, mais une impression de totale libération après le backswing très apaisante.
Je prends le 9 et je vais remonter la série comme à mon habitude, en changeant de club une fois satisfait du coup.
J’arrive au driver après une petite demi-heure, j’ai pris deux seaux de balles et il m’en reste les deux tiers.
Je me rends compte que je suis d’un calme qui m’impressionne moi-même, j’ai tapé beaucoup moins de balles que d’habitude et j’ai pris beaucoup plus de temps entre chaque coup.
Pourtant mes distances restent très importantes mais je suis sur d’utiliser moins de force, de consommer moins d’énergie mais de libérer plus de puissance.
Ensuite je vais prendre un club au hasard, et après j’en prends un autre qui ne suit pas. Le 51° suivi du bois3 puis le fer6 et le fer8, le driver etc.…
Il va me falloir une heure et demie pour faire trois seaux de balles.
Avant j’en aurai fait 5 au moins…
Plus j’avance dans mes coups, mieux je me sens.
J’ai la sensation que le swing que je fais a toujours fait partie de moi mais qu’il m’a fallu du temps pour le trouver car il s’était caché derrière de mauvaises habitudes, de fausses idées.
La plus fausse étant de rester longtemps persuadé que plus j’allais vite dans le backswing, plus mon coup serait puissant alors que je ne faisais qu’accumuler une tension impossible à libérer après coup mais qui m’usait les nerfs et me transformait en bombe à retardement prête à exploser au premier coup raté.
Je m’en étais rendu compte lors du match play avec Paul car lui aussi avait remarqué que j’étais beaucoup plus calme qu’avant. Plus aucun geste d’énervement, plus de juron hurlé, normal, mon énergie se libérait dans le swing au lieu de s’accumuler en moi…
Après ma séance, je suis resté devant le practice, calme, vraiment apaisé et totalement vidé !
Je n’ai aucune des douleurs que j’avais avant en rentrant à la maison, le dos va bien, les bras aussi et le cou est relax…
Tellement relax que je vais finir dans un bain bien chaud comme si je sortais d’une séance de massage…
Ça fait du bien de se retrouver enfin…

Commentez avec Facebook

6 Comments

  1. Tu as raison sur le fait que le practice ne sert pas qu’à regarder de jolies balles voler dans les airs… 🙂
    Lors de cette séance j’ai travaillé la précision en terme de direction en marquant des essais entre les poteaux d’un des deux panneaux de rugby situé à 110m avec chacun de mes clubs.
    Depuis quelques séances aussi, ayant mesuré tout les points du practice au bushnell, je m’applique toujours à viser un point en fonction du club utilisé.
    Maintenant, je viens juste de trouver une régularité, j’en suis juste au 8ème mois de golf et cette phase dont tu parles exige avant tout de maîtriser déjà le geste…Ne mettons pas la charrue avant les boeufs 😉
    la précision, je la travaille en approche avec mes wedges entre 40 et 90m mais tu as raison, pas encore beaucoup car j’ai beaucoup mis l’accent sur le swing depuis quelques temps.
    Mais je vise toujours un point à chaque coup;)

  2. Je vais faire de la grosse provocation;
    Il serait peut-être temps d’arrêter les concours de beauté et de passer à l’essentiel, jouer au golf!
    N’utilises plus le practice pour ton swing, mais pour ta précision de balle. Fixes-toi de nouveaux objectifs, des balles dans 5 mètres de diamètre à 100 mètres, par exemple

  3. une simple observation, le joueur de rugby qui marque une transformation de 50m, courre t’il à toute vitesse en arrière avant de retourner en avant frapper le ballon?
    non…mais ça pourrait être drôle!
    alors on a pas besoin de la faire non plus 😉
    Merci à toi d’être fidèle à mes turpitudes en tout cas… 🙂

  4. Je suis un peu comme ça, je me force aussi à me ralentir dans le mouvement.
    C’est vraiment pas évident de se persuader qu’il faut être “lent” dans la montée du club pour aller loin ou améliorer son contact de balle…
    En tous cas, ton travail sur ton swing (et sur toi même) semble porter ses fruits…
    Q et Maître Yoda ont fait du bon travail avec le jeune padawan qui est en passe de devenir un sacré Jedi !!!!
    Au plaisir,
    Benohem

Ne jamais hésiter à commenter :)