4

COMPÉTITION À L’USINE…

Aujourd’hui, suite à la promenade fructueuse en points gagnés avec Guillaume au National, parcours de l’Aigle, il a quelques petites semaines, je décidais de retourner là-bas pour une nouvelle compétition.
Le cours d’Arnaud, les clubs de Q, le cours de Yoda, la ballade de Villennes me motivaient à penser que tout se passerait bien.
Arrivé trois quarts d’heure avant le départ pour faire quelques balles et un échauffement, je suis ravi, tout se passe bien avec les fers et les bois.
Mon swing est en place, les épaules passent bien au backswing avec le driver et je relâche bien après.
Relax, zen, serein, détendu…
J’ai préparé un carnet de parcours en bon élève pour savoir à l’avance le club de départ et voir si je joue en GIR ou GIR+1.
Au moment de prendre le départ, je fais connaissance des mes partenaires du jour, un homme d’une cinquantaine d’années fort sympathique et une femme tout aussi charmante, accompagnée de son professionnel de mari.
Il fait presque beau, il fait doux.
Relax, zen, serein, détendu…
Par contre beaucoup de vent.
C’est une compétition sponsorisée, sur l’Aigle vont jouer ceux dont l’index est compris entre 18.5 et 53.5, départs étalés de 7h30 à 13h50, ça va faire du monde, beaucoup de monde…
Mais au trou numéro 1, rien de tout cela sinon le vent.
Je me remémore Belle-Dune…
Je prends le driver, fairway encaissé, ça se passe bien mais un peu court. Je laisse tomber l’idée du GIR et prends mon fer7 pour me laisser un petit coup d’approche ensuite. Un top, balle qui roule 5m…La malédiction du second coup qui continue ?
Je reprends le fer, ça passe, un coup de wedge et deux putts, un double bogey qui me rappelle quelque chose…
Au 2, le driver passe très bien, je me retrouve sur le fairway, je prends un fer6 à cause du vent pour approcher le green, un top à nouveau mais 30m, ça s’améliore. Fer9 en dévers bien joué, je prends le green, deux putts, bogey.
Au 3, je suis en confiance avec mon driver sur ce par4 court mais je fais un énorme hors-limite à gauche, moi qui sliçait tout le temps, j’en suis presque content…je remets une balle, bien tapée, j’ai juste un demi coup de 51° à faire, je le tope ( ?Gloups?) je dépasse le green version fusée rase motte, balle perdue, c’est le moment de faire une croix…
Je commence à me demander si j’arriverais à faire un parcours sans ces satanées croix…
Le 4 est un par3 de 165m vent de face, fer4, léger slice, bunker de green, sortie au fer 8 pas mal faite et 3 putts. Ce n’est pas dans mes habitudes.
Loin de moi l’idée de chercher des excuses mais les greens sont en très mauvais état, les balles font plus un parcours du combattant qu’une ligne…
Le 5 marque le début de la prise de conscience que nous ne sommes pas seuls sur ce parcours…
Départ à gauche mais puissant, ma balle est sur le fairway d’à coté, rien de grave. Notre partenaire féminine ne joue pas très vite et ne va pas très loin, je patiente donc, ayant repéré la zone d’atterrissage. Au moment où je peux aller sur le fairway, je fais signe au groupe qui est sur le départ et je cherche, plus de balle…Voila autre chose ! Je cherche encore un peu mais visiblement le groupe en attente ne semble pas d’accord puisqu’une balle tombe sans prévenir à 5m de moi ! Une balle volée, trois sauvages sans savoir vivre golfique, une croix, pas zen du tout…
Le trou suivant est le par3 d’où on m’a tiré dessus, justement, le groupe qui nous suit cherche deux balles dans le coin où j’étais. Le premier de notre partie a eu le temps de jouer avant leur arrivée, moi j’attends, je lève la main pour les prévenir, un me voit mais va carrément sur le fairway…J’attends donc encore, un peu agacé, je me remets dans ma routine de ce par3 de 150m, fer6, hors limite… Balle provisoire grattée, fer d’approche topé, je relève…
Fin du premier tiers, 3 croix et 5 points net…Xen, relaz, setein, dérendu…
Le 7 est le premier par5, je slice mon driver, pas très étonnant, fer8 de replacement, 20°, demi coup de 51°, deux putts, un gentil bogey. Sur le 8, le drive est plein fairway, je prends le fer6 pour approcher, je le tope, étonnant non ? Une nouvelle fusée qui passe sur la droite, repérée dans les trèfles devant le green d’un par3. Devinez quoi, on ne la retrouvera jamais et pourtant il y avait du monde dans le coin, j’ai même croisé un joueur avec un driver en main, tout seul, aller au départ du 9, se mettre à l’adresse et envoyer un gros coup de 50m direct dans les fourrés ?!?…On va dire que c’est normal ici sans doute, bref, une croix et le stock de balles qui diminue…
J’attends mes compagnons de jeu pour faire le 9. Quand arrive mon tour, je coupe le dog leg droit de 335m largement et je me retrouve à jouer mon 56° que je rate…et en plus je fais 3 putts…
Première moitié faite, 9 points stabbleford, quatre croix, plus de raison de s’en faire, la carte est pliée…
Au 10, par3 de 192m vent contre, je prends le green en deux coups et fait 3 putts, au 11 je joue GIR+1 et de nouveau 3 putts… Trois fois de suite…Si en plus le putting, mon point fort, disparait alors là, je ne vais même plus m’amuser…
Le 12, le plus dur du parcours est un par4 de 330m avec un dog lg gauche, eau à droite du coude et fairway étroit, green en butte surélevée en prime. Besoin de me relâcher, je fais un très beau drive qui me laisse un petit coup de 51° sur le fairway à faire, bon je le tope, comme ça je respecte le GIR+1 mais juste 2 putts après la petite approche, bogey. Ce serait presque une réussite…
Ensuite un par3 de 153m vent de face, slice, petite approche au 56°, deux putts, bogey encore, je m’améliore quand je ne vois plus les zozos lanceurs de balles dans les pieds et quand mes balles sont suffisamment visibles pour pas qu’on me les vole !
Le 14, de nouveau une très belle mise en jeu au driver sur ce par4, fer7 pour avoir l’entrée de green, petit coup de 51° et deux putts, encore un bogey, chic alors !
Le 15 est un bon gros par5 bien large de 435m, j’attaque, driver plein fairway et après mesure je peux toucher le green au fer6, vu ma carte, je tente pour le fun, je tombe à droite mais à hauteur du drapeau, je vérifierais la distance du premier coup car c’est la première fois que je peux toucher un green en deux au fer sur un par5 ! Bon l’approche sera topée, je finis avec un bogey alors que j’étais à 10m du drapeau en deux coups…
Au 16, je refais une très bonne mise en jeu sur ce par4 de 324m avec un 56° à suivre réussi, deux coups de suite ça s’arrose ! Ouf ! Trois putts ! J’ai eu peur de tout réussir, bah oui faire un birdie aujourd’hui, quelle idée ridicule…
Au 17, on retrouve nos lanceurs fous qui attendent car dans le groupe d’avant, un joueur a trouvé l’eau à droite du fairway de ce par 5, il l’a vu dans l’eau arrivé devant l’étang latéral et il est revenu refaire une balle…Encore un qui connait bien les règles…
Heureusement, notre groupe est charmant alors on discute…
Me voila au départ, j’envois le coup du jour sur ce par5 de 449m car j’aurai un fer7 à jouer en deuxième coup !
Arrivé devant la balle, on en voit une de trop, un joueur d’à coté descend et joue sa balle alors que l’un de nous est à l’adresse à 2m de lui !
Je slice mon fer7 et prend gentiment le fairway d’à coté, 51° à 5m devant le green, je reviens vers mes partenaires, deux, pas une mais deux balles nous passent au dessus de la tête…personne ne viendra les chercher sauf quand on quittera le green où je finis sur un bogey…
Il est temps que ça se termine !
Le 18, nouveau missile, un 51°, un fer 8 d’approche mais deux putts, bogey.
Serrage de mains, signature des cartes.
19 points sur le retour et 24 putts, sans commentaires…
Conclusion ?
Fini les compétitions à l’usine !
Conclusion technique ?
Rien de grave sur les ratés laborieux au fer car je me suis rendu compte, une fois retourné au practice que je ne respectais pas ce que j’appliquais sur mes bois, le travail des épaules au back swing, je suis resté sur mon ancienne erreur de vouloir trop verticaliser.
Une contre performance désagréable car je me suis laissé déconcentrer par une bande de mal élevés qui ont fait preuve de beaucoup de bonne volonté pour pourrir la journée…
Je vais remettre le couvert bientôt mais je chercherais un golf où la compétition n’est pas dotée au moins je pourrais jouer tranquille !
Mais je suis ravi d’avoir eu de si bonnes mises en jeu, cela augure de bons résultats à suivre…

Commentez avec Facebook

4 Comments

  1. Mais je suis ravi de faire partie de tes amis :)))

    Je suis heureux pour Superlent aussi mais je t’avoue que j’aimerai que l’on réussisse le même jour et que les nains jouent ensembles ailleurs 😉

  2. Quoi !!!!
    Il y en a qui ont osé voler des balles marquées “VDI” ?????
    Franchement, il y a parfois des rustres sur les parcours.
    Enfin, ça a permis à Superlent d’avoir un dimanche plus tranquille !!!
    Bonne continuation amigo (enfin, si tu m’autorises).
    A bientôt.
    Benohem.

  3. Comme quoi, quand il y a des nains unijambistes cocaïnomanes dans les parages, on joue tous moins bien…

Ne jamais hésiter à commenter :)