0

CANICULE…

Saint Germain Lès Corbeil, le retour de la vengeance !
Ça pourrait faire le titre d’une bonne série Z non ?
Compétition ce dimanche, Ben, un ami, oui je sais, on se fait plein d’amis au golf, c’est un des gros avantages de ce sport. Ben, donc, m’en avait parlé et c’était donc l’occasion de se voir, une bonne raison d’aller faire ce challenge qui consiste à ne pas me faire ridiculiser par ce parcours qui a déjà réussi deux fois de suite à exploser ma carte…
Là, je suis en phase de devenir un bouddhiste du golf, enfin j’y travaille, l’endroit est donc parfait pour tester mes nerfs…
J’ai préparé une stratégie de parcours détaillée, j’ai fait une carte de score personnelle avec plein de données dedans, je suis au practice deux heures avant car j’ai un départ à midi, j’ai donc le temps de bien me préparer.
Putting, approche, fer, drive, toute la panoplie y passe mais sans excès, je ne ferais que trois seaux en deux heures. Entre temps Ben qui a son départ à 11h arrive, je regarde son entrainement, on discute un peu et vient l’heure pour lui d’aller faire sa partie.
Saint Germain lès Corbeil n’est pas un parcours simple. Slope 132, SSJ 67.1 mais par70 donc le parcours ne rend pas de coup…Dur…
Dur car 6 par3 dont 4 à plus de 155m, 8 par4 avec quelques uns bien vicieux et 4 par5 avec de bons pièges.
On peut vite griller sa carte…
Arrive midi, il fait très beau et il commence même à faire chaud, un peu beaucoup même.
J’ai un polo qui fait panneau solaire et un pantalon noir, excellent choix, je transpire déjà…
J’ai deux bouteilles d’eau, mes abricots, quatre barres sucrées, une serviette déjà humide et quatre gants, ça peut servir…
Je fais la connaissance des deux personnes qui vont m’accompagner, Alain, un grand gaillard souriant et un junior un peu timide dont je tairais le nom.
Avec Alain, le courant passe très vite, la partie sera sous le signe de la bonne humeur et c’est tant mieux car il ne fait plus chaud là, ça cogne carrément.
Le parcours va durer presque 5h car devant nous, un groupe uniquement féminin, genre les « desperates housewives » mais 10 ans après le dernier épisode, se promène en poussant la baballe…
Avec Alain, on décide d’en rire, le but n’étant que d’attendre à l’ombre pendant qu’elles disparaissent de la portée de nos coups…
Je sortirai une carte à peine passable en collant la zone tampon mais pour le coup après 5 passées sous un soleil d’aout en plein mois de mai (en remontant dans la voiture à 18h la température indiquait encore 32°C si vous voyez ce que je veux dire), je ne suis pas mécontent…
Il y a eu quelques très beaux coups et aussi quelques ratages dignes de passer à vidéo gag car jouer avec de la sueur entre la main et le gant, le gant et le grip et des gouttes qui ruissellent du nez, comment vous dire, ce n’est pas évident quoi !
Enfin, tout de même 3 pars, 5 bogey, 7 doubles et 3 triples…
Bon, 37 putts, ça ce n’est pas bien c’est 5 de plus que ma moyenne.
7 fairways touchés, ce n’est pas si mal, 4 greens en régulation et 3 en régulation+1.
Des stats pas trop mauvaises au final mais souvent, même si il y a eu au moins un ou deux bons coups par trou, il y a eu de très étranges !
Sur le 17 par exemple, un par4 assez coton, mon drive dépasse le piquet des 135m, je regarde au télémètre, il me reste 145m au drapeau, bon…
Je ne prends pas de risque, fer7 pour arriver entrée de green mais avec le ruissellement des mains, le club ne se referme pas et zou j’ai réussi à jouer à 90° à droite !
Point positif de ces multiples ratages, j’ai eu le loisir de m’entrainer aux sorties de bunker et dans ce domaine je suis très satisfait.
Quand mes coups passaient mes distances se sont confirmées avec le fer5 toujours à 160m donc pas d’inquiétude.
Sur le 2, par 4 j’ai joué driver qui a très bien coupé le dog leg suivi de 56°, bon 3 putts ensuite mais pas grave car on a commencé à bien rigoler à partir de là quand j’ai fait remarqué à Alain que l’avantage de suer comme ça permettait de vérifier que j’avais bien les yeux au dessus de la balles en me guidant avec les gouttes comme fil à plomb !
Sur le 4, par 5 vicieux avec green sur l’île j’ai fait un sans faute, 20° tout droit dans le coin du dog leg, un PW de placement, un coup de 56° sur le green, deux putts et hop !
Par contre le putting en général, pas bon. Sans chercher d’excuse, putter sous un cagnard pareil avec les mains trempées, pas facile mais j’ai gâché mes greens en régulation à cause de ça…
Après réflexion, je me demande si cette chaleur soudaine n’a pas altéré certaines aptitudes, la prochaine fois c’est pantacourt et polo ultra léger et plus d’eau !
On s’est arrêté au 9 pour refaire le plein, sur les 18 trous j’ai bu 4 litres.
Par contre un conseil, évitez les barres chocolatées à cette température, ça fond, même au fond de la poche soi-disant isotherme…
À partir du premier tiers j’avais déjà les 4 gants qui séchaient sur les fers, très chic mais indispensable aujourd’hui mais au bout d’un moment je ne choisissais que le moins trempé…
Seul bémol dans cette franche partie de rigolade, le junior.
8 ans de golf, index 22, bon…
Encore un qui a un père qui lui met la pression, cela s’est confirmé à la fin quand le dit père a pris la carte pour l’analyser à fond…
Sauf que le gamin, à cause de cette pression était prêt à abandonner dès le trou6 à cause de croix successives et dès le premier trou oubliait de compter tous ses coups…
Bref, vite catalogué même si ce n’est pas totalement de sa faute…
Enfin, je retrouve Ben qui a lui aussi raté son parcours, il faut dire qu’il était total look noir…7 litres d’eau n’ont pas suffit à améliorer son jeu.
Une très belle journée au final, une carte qui ne change rien à l’index mais un parcours en mode zen très prometteur !
Prochaine étape, une compétition en scramble en équipe de trois, ça va être une excellente journée encore…

Commentez avec Facebook

Ne jamais hésiter à commenter :)