0

LES PROJETS DU VAUDOU…

Papa noël est en avance et c’est tant mieux !
Suite au fitting avec Vincent, j’attendais avec une patience peu commune mes nouveaux fers et mes deux bois.
J’en étais à faire du putting dans le couloir de l’étage pour penser à autre chose quand le jour est enfin arrivé !
Le jour du test grandeur nature.
Bon, il fait 3°, il y a encore de la neige sur le practice, une couche de vêtement en plus et on y pense plus.
Le froid est frustrant pour les joueurs de golf, l’air ne porte plus vraiment la balle, les distances ne sont plus là, il faut s’adapter sur les parcours et mettre son égo de coté et prendre un voir deux clubs de plus.
Je suis sur le practice en avance car il est important de bien échauffer les muscles à ces températures.
Quand Vincent arrive, nous avons d’un commun accord prit le parti de tester les clubs un par un dans l’ordre croissant.
Vincent ne me donne aucune information préalable sur le travail effectué, on refait un fitting en quelque sorte et je donne mes sensations, club après club.
Les seules données connues sont les shafts, PROJECT X 6.0 pour les fers, UST IROD DRIVER 65g STIFF pour le bois3 et le célèbre ALDILA VOODOO 75g STIFF pour le driver.
Je sais que j’ai demandé plus poids en tête mais voila, maintenant il est temps de passer à la prise en main.
Le PW pour commencer.
OUCH !
Le fer9 ensuite.
WOUHA !
Le fer8 rapidement suivi du fer7.
AYOUPI !
Et enfin, les deux fers pour se lâcher, le fer6 et le fer5.
OUMPAYA !
Avouez que c’est de l’analyse plutôt fine non ?
Plus sérieusement, l’ensemble des fers est pile poil.
Du poids en tête, un shaft qui tient plus que la route.
Il tient tellement la route que je me retrouve obligé désormais de faire un swing avec le corps et non juste avec les bras. Ce qui tombe bien car c’est ce que j’essaye d’avoir depuis quelques mois.
Mais j’ai essayé…Par mégarde…Pas une bonne idée…Surtout avec ce froid…Me suis fait engueuler par mes doigts…
Chaque fer étant revenu dans le sac, je me tourne vers Vincent et je regarde avec gourmandise les deux clubs qui restent dans son sac de transport.
Il me tend le bois3 d’un air entendu.
BAFFFYOUUHAAAAA !!!
En langage golfique cela veut dire excellent contact, un shaft solide qui reste dans la trajectoire sans difficulté, une balle plus basse mais plus puissante, un vrai plaisir !
Allez le driver maintenant.
BOUDIOUUUUUUUUUU !
Voila ce que j’appellerais un club d’homme !
Pour preuve, sur cette photo j’ai déposé sur les Project X l’ancien shaft et le Voodoo.
C’est flagrant non ?
Une balle plus basse, un club qui passe exactement là où la trajectoire du swing l’a déterminé.
Quand ce n’est pas la bonne trajectoire c’est tout aussi navrant à voir mais j’ai réussi à sortir deux beaux drives sur mes 5 balles de prises en main et les balles de practice ont filé droit vers le grillage du fond pour retomber une dizaine de mètres devant. Un bon 200/210m mais avec ces températures, il ne faut pas espérer beaucoup plus, surtout avec ce genre de balle.
Vincent va faire quelques balles aussi, il a patienté encore plus que moi car il ne voulait pas les tester avant ma prise en main.
Il est temps d’aller se réchauffer un peu au club house et de découvrir les détails techniques des travaux de Parrain.
Ah bah non, il ferme. On reste 5mn puis nous repartons dehors finir la discussion.
Inutile de faire la liste ici mais effectivement il y a du poids en tête, les tailles club par club sont d’une régularité impressionnante, chaque club est passé par la case « Puring » et l’ensemble respire une qualité de travail irréprochable.
Un travail de professionnel aguerri.
À moi maintenant d’être digne de ces 8 petits chefs d’œuvres.
Merci Vincent !

Commentez avec Facebook

Ne jamais hésiter à commenter :)