0

BALBINADE…

Au début de l’année devait avoir lieu « le scramble du nouvel an ».  Un scramble à trois sur le parcours de l’Aigle organisé par Arnaud Balbin.

Un « petit » souci météo la veille, comme vous pouvez le voir ci-dessous a reporté cette compétition pour ce samedi 23.

Finalement cela tombait bien d’attendre que la neige ne tombe plus car cela a permis à plusieurs autres équipes de se joindre à cette première « Balbinade » de l’année et comme le veut l’adage, plus on est de fous, plus il y a de tees.

Oui, facile, navré, désolé, on va essayer de faire mieux…

Ce matin donc, heureux, plus de neige. Juste une pluie fine et tenace et une température de 4°, une quasi pluie tropicale quoi…

Oui, il faut savoir être très positif dans ce sport.                                   

Et puis je sais qu’Arnaud a toujours des accords secrets avec la météo.

Effectivement, au trou 5, fini la pluie. Juste quelques timides gouttelettes de temps à autre.

16 équipes sont présentes, les gentlemen golfeurs présentent 5 équipes, les Tech’s en ont 3 et pas des moindres car Dorian a sorti l’équipe de choc, 15 en index cumulé, ils viennent pour battre le parcours, voir plus, c’est certain. Mais c’est sans compter l’équipe de Ben et Pat qui ont amené leur arme fatale, Alexis, jeune surdoué (oui quand on est 4 d’index après trois ans de golf, on peut employer le terme de surdoué)…

Beaucoup d’amis présents donc en cette belle matinée hivernale, certains avec des ambitions affichées, d’autres qui sont venus avant tout pour le plaisir de jouer ensemble.

Je dois avouer que notre équipe faisait plutôt partie de la seconde catégorie.

Grand Parrain alias Woody, Parrain alias Vincent et le filleul alias ma pomme.

Aucune chance pour faire un podium en brut, un mince espoir en net, une grosse envie de retrouver les terrains de golf surtout !

Oui, jouer au champion du practice, cela ne fait pas baisser l’index…

C’est sur le terrain qu’on fait ses preuves…

D’ailleurs ne dit on pas « il a fait ses preuves sur le terrain » ?

Vous voyez, encore une expression golfique qui a été détournée…

Notre trio part à 11h50, je suis sur place à 9h30, non que je veuille m’entrainer deux heures, j’ai juste envie de venir saluer les amis qui partent plus tôt.

Je croise Arnaud, Dorian, Maurice, Ben qui me présente Alexis, Pat, Gérald alias Gey3476, Benjamin alias Leni, Paul, Dan, Ovilmon, les Up, Doubie, Olivier, Paul mon partenaire club de Villennes, TomZ, Marin, Scoop, Yan, Nicklas, oula mais c’est vrai que c’est la compétition retrouvailles finalement !

Bon j’ai quand même trois jetons de seau de balles dans la poche, une casquette en peau de bébé acrylique sur la tête, la combinaison de Spiderman sous la tenue de golf et la tenue de pluie au dessus, un peu comme tout le monde aujourd’hui, objectif « même pas peur de l’hiver ».

Et puis, dans notre équipe, tels les gaulois irréductibles, on a de la potion magique dans le sac.

Woody c’est la framboise et aussi du thé pour avoir bonne conscience, moi c’est un 15 ans d’âge légèrement tourbé et une bouteille de sirop de menthe en plus au cas où, on ne sait jamais, un coup de déshydratation…

Les bonjours, les vœux golfiques, un petit café, un échauffement et il est l’heure !

11h50, 23 janvier 2010, premier parcours de l’année !

Un hook léger…

Vincent m’a prévenu qu’il n’avait pas la grande forme et qu’il ne faudrait pas trop compter sur lui. Il nous fait un drive en léger fade pleine piste, puis plante le green tranquillement.

J’aimerai bien ne pas avoir la grande forme comme lui tiens…

On fait deux putts, premier trou du premier parcours de l’année avec un par, c’est un signe !

Oui je sais on s’y est mis à trois mais comme je l’ai dit plus haut, il faut toujours voir les choses sous leur aspect le plus positif.

Et puis 2010 est déclarée « année du mental » !

Et puis c’est tout !

Pour ceux qui connaissent le golf national, le seul inconvénient ce sont les bruits alentours, une piste d’aviation de tourisme au bout de l’aigle et des routes autours de l’Albatros.

Mental, abstraction, tout ça…

Mais l’Aigle n’est pas l’Albatros du pauvre, loin de là, c’est un parcours avec son identité propre et un réel intérêt.

Le 1 est un par4 très encaissé avec un green très sur élevé et le prendre en régulation en jouant seul n’est pas à la portée de tout le monde…

Nous voici au 2, le HCP1 du parcours, par4 plutôt long et étroit dans sa mise en jeu. Vincent va dans l’eau à gauche, Woody part dans les collines à droite, mon hook est plus léger, rough à gauche. On se retrouve ensuite avec une approche courte et Woody gagne son surnom du jour « Jo la fignole » grâce un petit coup de wedge bien senti qui nous laisse un putt facile pour le par.

Direction le 3, tout va bien.

Bon drive sur ce mini par4 au green sur élevé encore, green en régulation et là surprise incapable de rentrer un second putt de moins d’un mètre cinquante à trois ! Bogey.

La honte totale…

Tellement honteux que sur le par3 de 140m du 4, concours de précision, personne ne touche le green et on sauve le par que de justesse.

Une justesse troublante même…

Une approche moyenne, un putt de 3m délicat, Vincent joue et sa balle se dirige parfaitement sur le trou, freine, freine et stoppe à un brin de green !

Argh !

Non pas le bogey !

Il s’approche de la balle, bien entendu en prenant grand soin de ne pas la toucher ni influencer en quoi que ce soit sa destinée newtonienne, regarde ce fameux brin d’herbe sadique qui plie sous son regard et laisse la balle finir sa course !

Dire que si j’avais joué seul, je n’aurai jamais attendu cette petite minute réglementaire !

Au 5, par4 un peu vicieux en dog leg gauche, bonne mise en jeu de Vincent mais il reste 190m au drapeau.

Oui l’hiver, il y a un phénomène curieux, les balles ont trop froid en l’air alors elles choisissent de retomber le plus vite possible et on se retrouve avec des seconds coups bien plus éloignés qu’à l’habitude.

Très étrange ces balles…

Personne sur le green, personne non plus après l’approche, cela fera un bogey.

On attaque le 6 avec +2 au compteur et même si on ne venait pas avec des ambitions de victoire, nous ne sommes pas très heureux de ce score.

Mais qu’à cela ne tienne, hardi les gars, en avant, la fleur au fusil repartons à l’attaque confiants !

Le 6 est un par3 de 190m avec un green en pente en plus, encore un architecte qui ne connaissait pas l’existence du niveau à bulles…

Je n’ai pas été très utile jusque là, mais je « sens » ce coup de départ et mon 20° confirme, balle droite qui tombe à 3m du trou et n’en bouge plus, on revient à putter pour le birdie, on sort avec un par et un regain de confiance.

Le 7 est le premier par5 du parcours, en scramble c’est souvent l’occasion de faire un bon score. Green en régulation, un seul putt ce coup ci, le premier birdie en équipe de l’année, on a la pêche !

Bon il faut dire que l’on a attaqué la potion magique et cela semble faire son effet…

Le 8 sera un par avec approche putt. D’un point de vue stratégique on n’est pas vraiment au top, le second coup étant souvent assez long, on a une tendance à chercher le drapeau en force et notre niveau général ne permet pas de le faire avec toute la sérénité requise…

Bon en même temps on s’en fout, on rigole bien et on a la potion…

Le 9 est un par4 en dog leg gauche, euh non droit, enfin bref il tourne.

Grand parrain est sur la piste, un peu court, moi je ne suis pas sur la piste et très court, Vincent lui ne boit pas…

Vincent ne boit toujours pas et plante le mât avec une aisance déconcertante, 20cm…

On lui laisse l’honneur de finir avec un birdie 100% parrain, il vient de nous ramener dans le par.

Yes !

Pour fêter ça, on va tous faire une bouse (oui c’est un mot officiel du vocabulaire golfique qu’il faut que je pense à rajouter dans mon lexique) au départ du long par3 du 10 et finir avec un bogey !

Départ moyen sur le par4 du 11, on a 160m mesuré au mât, je « sens » le coup, fer5, le drapeau est planté à un petit mètre, birdie à suivre, on reste dans la course.

Le 12 est à mon avis Le par4 de ce parcours, dog leg gauche, green qui semble être en haut d’une montagne et construit lui aussi sans niveau à bulle…

Il nous faudra trois coups pour y parvenir et un putt délicat, le style à vous mettre des frissons dans le dos quand vous jouez seul…

Le 13 est un par3 pas trop long comparé aux précédents mais un vent perfide et de face oblige le club de plus, je prends le H4, encore une fois cette étrange sensation qu’il va falloir analyser, je sens le coup, je plante le green tranquillement et on finalise le par tout aussi tranquillement.

Le 14 est encore un dog leg, je ne sais pas si c’est la potion mais qu’est ce qu’ils tournent les trous aujourd’hui !

De nouveau le coup « senti » sur le second, le H4 qui plante le green comme si c’était une évidence, les compères finalisent le par…

Le 15 est un par5 tout en longueur avec un mini green, départ délicat dans le rough à droite, un coup de bois3 explosif ramène la balle à 70m du drapeau, personne ne prend le green, putt du fringe que réussit merveilleusement Vincent, birdie, enfin sous le par !

Sur le par4 du 16, un par avec green en régulation, notre second coup est souvent trop loin du drapeau pour espérer le birdie malheureusement.

Nous voici au 17, lieu du concours de drive, un par5 monstrueusement génial (mais les avis divergent sur le sujet)

Longue mise en jeu, une colline bloque la visibilité au green, green qui est très sur élevé et dangereusement en pente.

Bref une horreur, mais à mon goût le plus gros challenge du parcours.

Les deux premiers coups nous amènent à70m du drapeau, distance visiblement maudite aujourd’hui pour le trio…

Deux balles dans la pente bien pentue et une balle dans le rough derrière le green qui lui aussi est en pente bien pentue !

Allez savoir pourquoi, je demande à ce que l’on choisisse cet emplacement terrifiant à plus d’un titre.

Mais c’est comme ça, on sent le truc à un moment donné, cela ne s’explique pas, quoique cela devrait…

Je suis sur le green, là où je veux que ma balle tombe avec un spin suffisant pour que la balle descende sans vitesse vers le trou cela devrait bien se passer.

Et ça marche, le club traverse bien, la balle tombe là où il faut et va frôler le trou pour stopper à moins d’un mètre, le putt du par sera sans difficulté.

Nous voila au 18, Ben et Alexis sont venus à notre rencontre, on va finir relax entre amis avec une nouvelle occasion de birdie ratée mais au final on a battu le par général et c’est pour nous une grande victoire collégiale…

Surprise à la remise des prix, nous gagnons la troisième place en net avec un minuscule point d’avance sur 5 équipes qui finissent au même score, la balle newtonienne me revient en mémoire…

Scoop a remporté le concours de précision et celui du drive femme, j’oserai dire sans surprise car c’est vraiment une joueuse de talent.

Dorian et son équipe ont gagné le premier prix en Brut, ils ont massacré le par avec un -8 impressionnant car ils sont en plus partis les premiers avec au moins la moitié du parcours sous une pluie glacée !

Le trio de Ben prendra la seconde place en brut avec -4, performance remarquable car ils ne connaissaient pas le parcours en plus !

Prochaine Balbinade le 13 février un 4BMB à la ficelle sur l’Aigle…Va falloir jouer stratégique !

Commentez avec Facebook

Ne jamais hésiter à commenter :)