33

PAUSE…

Le week end de golf s’arrête brutalement aujourd’hui.
Un accident, cela peut passer mais au deuxième il faut savoir se poser et réfléchir calmement au problème.
Je ne parle pas d’accident physique comme une blessure, non, mais d’accident de parcours.
J’ai été dans l’incapacité d’accepter mes mauvais coups.
Pourtant, à mon niveau, il y en a forcément.
Il y en a eu de très bons aussi, j’ai même fait un birdie sur le trou handicap 1 à Guerville aujourd’hui et si je liste les bons coups des deux parcours entre hier et aujourd’hui j’aurai de quoi faire un bel article plein d’optimisme.
Mais c’est l’arbre qui cache la forêt.
J’ai été incapable de rester calme, j’ai jeté en deux jours plus de clubs de golf que je ne l’ai fait en un an et demi.
J’explose dans la seconde qui suit le coup raté et bien sur les coups à suivre, je n’en parle même pas.
Ce n’est pas un comportement acceptable pour moi mais surtout pour les joueurs avec qui je joue.
Cela déstabilise, énerve, met mal à l’aise.
Je dois trouver les raisons qui me poussent à tant d’exigence, si peu de tolérance et tant de sur réactions.
Je vais donc faire une pause le temps nécessaire à une introspection constructive, ensuite j’irai voir un professeur de golf et une fois que j’aurai trouvé plus de sérénité et de confiance dans mon jeu, je retournerai sur les parcours.
Car j’ai un objectif cette année et je l’atteindrai.
Et j’ai une belle compétition qui m’attend au mois d’avril dont je parlerai bientôt.
Mais je dois trouver une meilleure façon de travailler ma progression.
J’espère trouver bientôt des réponses à ce problème qui traine depuis quelques temps déjà mais que je n’ai sans doute pas voulu voir vraiment.
Commentez avec Facebook

33 Comments

  1. Jérome,
    le lancer de club est généralement la phase qui précède le "J'en ai marre, je joue plus!!".
    Comme l'on dit d'autres avant moi, tu es en train de passer un cap et ton exigence envers toi même n'a d'égal que ta propension à ne pas accepter l'échec.
    Perso, quand ça m'arrive, je coupe volontairement deux ou trois semaines. Pas de golf du tout, même pas virtuellement sur ordinateur. Je passe plus au club pour ne pas me donner envie. Bref, j'hiberne du golf. J'y retourne uniquement quand mes erreurs arrêtent de me trotter dans la tête.
    Par contre je ne jette jamais mes clubs. Je ne jetais jamais mes raquettes de tennis même lorsque je prenais une raclée contre un 4° série.
    Soit cool avec toi même, accepte tes erreurs, tout le monde en fait, même les plus grands joueurs du monde.
    Joue pour t'amuser uniquement et tu verras que les scores tomberont sans que tu t'y attendent.
    Bon courage et peut-être qu'on partagera un parcours un des ces 4.

    A++

  2. Tu lis dans mes pensées ou quoi ? 🙂
    le livre, le cours demain et une promenade très vite, mais vraiment une promenade…;)

  3. Salut
    Et si en guise de pause tu jouais juste pour le plaisir de jouer ?
    Je te parle pas de compter, de scorer mais d'aller taper des balles, sans objectif précis, puis de faire quelques trous, sans carte ni plan de jeu, juste pour le fun.
    çà devrait te rappeler ce que tu aimes vraiment dans ce jeu, jouer.
    Il n'est de meilleure pression qui ne se quitte un peu..
    Bon Golf

  4. Tu as raison Thomas, je suis finalement assez content d'être face à cette première vraie épreuve. Bon ce contentement n'a pas été immédiat non plus, faut pas exagérer 😉

    Merci Bruno, depuis que j'ai commencé la lecture d'un excellent ouvrage dont je parlerai bientôt, j'ai hâte de reprendre lentement !

  5. Un chapitre de plus, et pas le moins pertinent à nous écrire, bientôt.
    Malgré ma minuscule expérience, je ne peux que me joindre aux commentaires ci-dessus.
    Et si tu m'autorises un conseil malgré mon piètre niveau de golf… Sois patient, ne force pas les choses.
    Ta rage quand ça se passe moins bien que prévu est une arme. Apprendre à la temporiser sans l'affadir afin de la retourner au bénéfice de ton jeu, en revanche, dépend de toi.
    Sois impatient et sois patient… Prends le temps de trouver le juste dosage et empresse-toi de le mettre en oeuvre…
    Et n'oublie pas que le golf est à notre image : simultanément contradictoire et cohérent, brutal et généreux, impitoyable et magnanime…
    Car l'homme, qui s'ennuyait, créa le golf, en six jours, à son image. Le septième jour, il fit son premier parcours, et brisa ses clubs de rage et d'impuissance le matin. L'après-midi, il s'empressa d'aller en acheter de nouveaux, afin de retourner sur le parcours… De reprendre son chemin.
    Bien amicalement,
    courage et confiance !

    Bruno

  6. [mode déconne on]
    Tu feras gaffe car un cheval sans selle ça fait mal au cul!
    [mode déconne off]

    Sinon effectivement je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut!
    On apprend par l'échec!
    Si tout te réussit comment veux tu te remettre en question? C'est impossible!
    Donc là tu as la chance de pouvoir le faire, alors profite.

  7. Claire, quand je te lis, je me rends compte à quel point je n'en suis qu'aux prémices de cette grande aventure…
    Avant de maîtriser les émotions, apprendre à les identifier, les reconnaître, les accepter puis les dompter, les utiliser…

    J'ai pas fini de m'amuser moi!

    J'ai besoin de cette énergie c'est évident.
    Pour le moment c'est un peu comme se balader sur un cheval sauvage sans selle mais je trouverai bien à force de tomber 😉

  8. Merci Patrick pour ces mots écrits en connaissance de cause et pleins de vécu 🙂
    Il a fallu tout de même un peu de temps pour digérer la chose mais depuis peu, effectivement je me dis , chouette, une nouvelle porte que je peux ouvrir si je le veux vraiment et qui va m'emporter vers de nouveaux horizons…

  9. Il paraît assez évident que tu t'es beaucoup attaché à travailler ton swing (et avec une belle efficacité). Pour moi le golf est fait de tas de premières fois qui forgent aussi le mental. Ces premières fois, il va te falloir les attraper petit à petit. Par exemple (pour moi) la première fois que j'ai scoré en quick start, ou sous 4 heures de pluie, que j'ai fait un par avec un départ de 10 mètres … etc etc … Ces certitudes du finalement possible, elles permettent que le mental prenne le pas sur le swing, dans les jours sans, c'est à dire quand on en a besoin. Personnellement, ma colère, elle me sert à serrer la partie. J'ai de la hargne parce que "bordel, je sais que je sais le faire !" Si je me calme, le score file, je m'accroche pas. C'est dans ce sens que je pense que ce ne sont pas forcément des réactions inutiles.
    Claire

  10. Bonjour Jérome.
    Chic, un obstacle, comment apprendre à le dépasser ?

    Une pause pour reprendre un peu de distance,
    plutôt de la psychologie, avec de l'aide si tu veux l'accepter.

    J'aime bien ce sport ou l'on se confronte à soi même.
    Comme personne n'est parfait, il est utile d'apprendre à se pardonner, d'apprendre à relativiser, de redéfinir ses objectifs et de préciser les différentes phases du parcours pour y arriver.

    Comme un enfant, comme un étudiant – ils ont les capacités pour y arriver – juste à accompagner d'une présence affectueuse, à se donner une chance d'évoluer progressivement.

    Relaxation, visualisation, méditation?, toutes les techniques de connaissance de soi, de confiance en soi et de gratitude et de pardon seront les outils de la réussite, au delà des apprentissages technique et physique.

    Je te souhaite une belle aventure sur les chemins de la découverte de soi et de l'épanouissement personnel.

    Allez hop, demain c'est le bonheur et les retrouvailles avec les copains golfeurs.

    Cordialement, Patrick

  11. Si la meilleure joueuse que je connais me dit que j'ai le droit d'être un intolérant contrôlé alors…:)
    Tu as tout à fait raison (comme toujours) certaines choses ont été acquises très vite et nombre d'autres ne sont pas du tout au même niveau!
    Et je pense aussi que cela doit renforcer le jeu que de savoir conserver la bonne attitude sur les mauvais coups.
    En avant pour le mental 🙂

  12. Pour moi c'est le corrolaire d'un entrainement à haute dose. J'ai eu pas mal de périodes dans ce genre, où je n'acceptais pas de mal jouer alors que je passais beaucoup de temps à l'entrainement. C'est le rapport "niveau de jeu / entraînement" qui peut être (très) frustrant. Je ne pense pas qu'il faille forcément gommer cette intolérance à l'échec, mais + la dompter. (mine de rien, elle fait aussi avancer !) Je suis persuadée que si je reprenais mes cadences d'entrainement de l'époque, je serais de très mauvaise humeur sur les mauvais coups … mais un peu plus en silence qu'avant, et sans casser mes clubs parce que ça coute trop cher … 🙂
    Tu es finalement encore un "jeune joueur" (c'est pas péjoratif) et il y a tout un tas de trucs qui viendront avec les années de pratique (tout ne peut pas s'apprendre avec la méthode accélérée), et notamment la faculté de limiter les dégâts dans un mauvais jour et tu verras que c'est parfois tout aussi jouissif que de jouer parfait.
    Bizzzzzzzzzz
    Claire

  13. C'est une des raisons de cette pause, tant que je ne suis pas capable de mieux maîtriser mes émotions seul, je ne préfère pas jouer en groupe.
    Et je dois en effet prendre le temps de bien pauser le problème, sans me mentir bien entendu…. 😉

  14. Rien à ajouter à ce qui a déjà été écrit, mais je pense que lorsque cela se produit (à mon niveau qui est loin, très loin du tiens, cela m'est aussi arrivé….très souvent), il faut en effet savoir relativiser. Prendre cette période "creux" comme quelque chose d'inévitable, qui est alors l'occasion de travailler non plus la technique mais le mental. Se dire que ce n'est que momentané, et que cela va revenir, bref, prendre cela d'une façon très détachée. Je ne suis pas compétiteur et je ne joue pas bien, mais cela m'énerve autant que n'importe qui quand je joue vraiment mal et que je loupe tout et n'importe quoi, ça c'est humain. Le reporter sur les autres, est un manque de maîtrise de soi, et cela aussi ça se travaille. Je n'étais pas dans ta partie mais si cela avait été le cas je te l'aurai dit… gentiment.
    Bien amicalement
    Paul

  15. Rien a ajouter a ce que j'ai déjà eu l'occasion de te dire …
    Ah si … Samedi, c'était pas si pire que ce que tu racontes … on rejoue quand ? 😉

  16. J'en ai parlé avec un docteur bien connu, même deux…
    ma prochaine rencontre avec mes clubs se feront sous la surveillance d'un prof 🙂

  17. Je crois que la solution n'est pas de faire une pause mais d'aller voir un pro…. (je suis passé par là….à mon petit niveau quand même, car je n'ai pas atteint ton index et ne l'atteindrais jamais!!!)
    Gerardvin

  18. J'ai souvent entendu parler de paliers à franchir au golf.
    je ne m'attendais pas à un palier de ce genre là mais je suis plutôt content d'y être enfin confronté…:)

  19. Mais il s'appitoit sur lui-même le chenapant !!!! Tu es en train de passer un gros cap, c'est excellent, mais tu ne le sais pas encore :)))

  20. Merci beaucoup pour vos messages qui me vont droit au coeur 🙂
    Donc c'est décidé fini le golf et je me mets au tricot et en plus l'an prochain il y a les championnats du monde, je vais faire 5 pulls par jour pour être prêt!

    J'ai rien compris c'est ça ?

  21. tu sais , dans la vie , il faut savoir relativiser , cette fin d'année 2009 a été très violente pour moi , papa House pourra te le confirmer , et le seul truc qui me fait tenir le choc c'est ce sport formidable qui nous passionne tous .
    Donc tu te poses deux minutes et tu remets les boulons dans l'ordre …puis tu apprécies .

    L' anonyme qui met des cédilles partout

  22. Vas voir Papa House, il a de l'expérience à ce sujet
    Je ne te dirai rien de bien particulier sinon que le golf est un jeu et doit le rester sauf si tu as une vocation de professionnel
    Alors amuses toi si tu ne peux pas c'est que tu n'es plus sur le bon chemin, alors arrête toi comme tu le fait maintenant et réfléchis à comment retrouver le plaisir
    DZARDEN

  23. mon cher jérôme;

    Viens faire un stage chez papa House, viens…..
    tu dis qu'en un parcours on en apprend bcp plus sur la personne qui t'accompagne qu'en plusieurs années de cohabitation au bureau… tu m'as analysé, certes … mais peût-être que j'ai su également distinguer chez toi quelque traits de caractère qui, à mon sens, nuisent à ta performance…………
    puisque notre "liaison" se base sur la sincérité…. tu peux m'appeler, on en rediscute ……
    crois en celui qui s'est investi plus de 20 heures pas semaine dans son sport, et qui, quelques années plus tard, regarde cette époque passée d'un oeil plutôt amusé …..
    j'dis ça , j'dis rien ….

    papa House

  24. T'en fait pas Kokoro, je te rendrais encore plus de coups ensuite 😉

    Folgan, c'est possible que je sois tombé dans le piège du "mieux ennemi du bien"….

  25. Une petite overdose qui génère une peur de ne pas atteindre ton objectif. Peut être faut-il étalonner ta progression mois par mois par exemple. Ama c'est bénin, quoique fort désagréable. Tu vas très vite te reprendre et repartir de plus belle.

  26. Je ne doute pas que tu trouves rapidement la voie de la sagesse et que tu nous reviennes plus efficace que jamais.
    (Dommage, j'aurais bien profité de ta faiblesse passagère pour un petit MP) 😛

    A te retrouver vite en forme et avec un super moral sur un parcours.
    Kokoro

  27. Jerome, rien de tel que de faire des parcours avec des amis qui te laisseront exprimer toute ta fureur… moi ca me derange pas, tant que j'ai le droit de rire …
    bonne chance pour ton introspection !!

  28. Prends du recul mais pas trop!
    Tout le monde peut avoir des périodes sans!
    Même les plus grands joueurs!
    Alors zen.
    Bon courage à toi!

Ne jamais hésiter à commenter :)