TFF 2010…

Aujourd’hui grande journée !
Après réflexion je vais plutôt remplacer grande par longue…
Debout 5h45 pour être avant 8h au Golf National afin de participer au TFF2010 qui démarre en shot gun à 8h30.
Oui je sais c’est tôt quand même…
Monsieur Balbin en est devenu l’organisateur, reprenant le flambeau de Monsieur Gino.
Il s’en sorti de main de maître, ce dont je ne doutais pas.
Pour qu’un TFF soit réussi il faut un beau parcours, des joueurs (de préférence plus de 30), et une météo légendaire.
On a eu le tiercé dans l’ordre…
Équipe de 4, les deux plus bas index jouant en 4BMB et les deux plus hauts, en scramble.
À la demande de l’organisation, l’équipe gagnante de l’an dernier est reformée pour défendre son titre, les autres sont tirées au hasard.
Et le hasard fait bien les choses, comme vous le savez, mais il ne le fait pas deux fois de suite par contre… ça je ne le savais, on n’en apprend vraiment tous les jours…
Après la compétition, repas et on retourne ensuite pour une nouvelle tradition qui a vu le jour l’an dernier, le record du parcours.
Le principe est simple, tout le monde éparpillé sur le parcours et en avant ! La balle doit faire le parcours entièrement, frappée successivement par les joueurs présents sur le terrain…
Toutes ces petites choses m’ont amenés à rentrer dans mes pénates vers 20h tout de même.
Longue journée donc, cela se confirme…
Revenons pour le moment à 8h du matin, heure exacte où je vais taper un mini seau de balles pour mon échauffement.
Sous une pluie froide et sous un vent déjà bien mieux réveillé que moi.
Après réflexion, je peux vous l’avouer sans honte, j’ai besoin clairement de deux seaux bien remplis pour m’échauffer sous une météo normale enfin je veux dire pas écossaise en tout cas.
Donc là, l’échantillon d’entrainement, je n’en aurai pas fait, je crois que cela n’aurait pas changé grand-chose…
Nous partons donc avec Scoop, ma partenaire en 4BMB ainsi qu’avec Loulou et Maninon, l’équipe Scramble. Nous sommes les heureux gagnants du TFF 2009 et aujourd’hui c’est donc défense de titre.
Sauf que l’an dernier je jouais le scramble et Loulou le 4BMB avec Scoop. Et l’an dernier on avait beaucoup plus de coups rendus…
Départ au trou n°15, le HCP 1 du parcours, le premier trou du monstrueux « Final Four » de l’Albatros.
Pas de problème.
Je suis le seul garçon, je vais donc avoir l’insigne honneur de commencer à chaque trou, rapport aux positions de départ.
Chouette…Content…Youpi…
Nous sommes tous en combinaison anti pluie, engoncés mais bon pour les autres c’est pareil, la pluie et le vent c’est pour tout le monde après tout.
Il est 8h30 pile, je décoche mon premier coup de golf de la journée, un bois3.
Un top splendide à la limite de l’air shot.
Je savais bien que je n’aimais pas jouer avec cette combinaison et sous la pluie !
La balle se plante dans une zone de travaux, je me droppe avec une pénalité car c’est injouable et que la zone n’est pas signalée en travaux donc pas de free drop.
Ça commence bien…
À cet instant là, la sirène retentit pour le départ officiel.
Et en plus j’avais le temps…
Pour parler sérieusement deux secondes (rassurez vous pas beaucoup plus) pas d’échauffement ni une bonne préparation mentale au préalable et c’est la catastrophe annoncée…
Et là l’annonce a été claire dès le premier coup, ça ne fait que commencer, bon courage mon pti gars…
Le vent ne s’est jamais calmé, la pluie a à peine cessé 15mn sur les 5h30 de jeu (ah oui j’ai dit long donc…), je ne vais presque jamais produire un jeu réellement valable et Scoop a eu bien du mal à assurer la quasi-totalité des points de notre équipe.
Oh il y a eu quelques coups d’éclats qui m’ont donné la force de continuer comme le par au 12, ce par4 perfide en dog leg droit qui est bien plus long qu’il n’y parait. Énergie soudaine, drive bien costaud puisque la balle retombe derrière la butte dans le goulot de fairway, ainsi j’ai pu prendre le green avec le fer8 où j’ai conclu avec deux putts dont un premier d’une bonne dizaine de mètres car avec le vent et la pluie je ne me suis contenté que de viser le green.
Quelques beaux putts et quelques beaux coups dans autres domaines du jeu mais trop peu et entre ces beaux coups, des horreurs et je suis poli…
Je crois que j’ai topé au moins la moitié de mes départs, pourquoi, je n’en sais strictement rien, ce sera le mystère du jour. Scoop a donc du assurer pour deux la plupart du temps et nos deux coéquipières n’étaient pas non plus dans leur jour, leur scramble fut un vrai chemin de croix…

La conclusion technique qui s’impose en ce qui me concerne est simple : mon swing est soluble dans l’eau !
Grip crispé sur grip mouillé de peur de glisser et ce, malgré les 7 gants du sac qui y sont tous passés.
Un parcours long et pas très agréable en conclusion.
Je serai très étonné de nous voir de nouveau champion cette année…
Il est temps de se restaurer au chaud, d’aller taper quelques putts avec des amis de la LPG histoire de se détendre un peu mais on finit tout de même par rentrer parce qu’on a froid, certes il ne pleut plus mais le vent est encore bien là et celui là, ne venait du Sahara c’est certain…


Et il est l’heure du second briefing, celui du record du parcours.
Nous sommes tout juste trente inconsci…courageux à oser retourner sur le parcours, je vais me placer sur le fairway du 4, pour le second coup de ce grand par4 en montée.
Ensuite je filerai au 14 et enfin je retrouverai tous les joueurs pour l’apothéose finale au 18.
Pour l’heure je vois de l’agitation au trou n°3, la balle arrive plus vite que l’an dernier.
Un malheureux hook va envoyer la balle dans le bunker 50m devant moi, je cours vers la balle qui repose sur le sable sans s’être enfoncée avec mon 20° et là, miracle, j’envois la balle dans un draw parfait et elle va atterrir 30m sous le green, je peux aller courir vers le 14, j’aurai servi à quelque chose. Sur le 14, pas besoin de moi, la balle m’a dépassée et est prise en charge par mes partenaires, je file au 18.
Je suis à une centaine de mètres du green en île, presque comme l’an dernier où j’avais eu de la réussite en envoyant la balle sur le green dans les pieds de Gino. Mésentente aujourd’hui, la balle retombe derrière moi dans le rough, je cours pour la jouer mais non, le joueur qui vient de rater rejoue immédiatement une seconde balle pour gagner du temps, la seconde balle me dépasse un peu, je me place mais je suis bien près désormais et j’ai peur que mon wedge soit trop fort. J’ai bien fait de douter car ça se termine en un slice monstrueux, heureusement un partenaire était au niveau de la dropping zone et il prendra le relais…
Nous rentrons tous pour la remise des prix et pour savoir si le record de l’an dernier a été battu.
Ouf, il était moins une, à peine rentrés, il retombe des cordes dehors.
Record battu de 6s !
Bon allez remise des prix, annonce du classement.
À 3 points notre équipe créait l’exploit !
On a raté de trois petits points la dernière place !
Je savais bien que je n’aurai pas du faire le par au 12 moi…
Cela aurait été drôle, premier une année et dernier la suivante !
Non ?
Si je trouve moi…
À l’heure où j’écris j’ai mal un peu partout, le froid, la pluie et le manque d’échauffement n’ont pas aidé à une saine décontraction musculaire.
Je me sens un peu déçu tout de même, un beau parcours mais pas une belle journée de golf au final.
Mais ce n’est que le début de saison, j’ai fait le plein de mauvais coups, le quota de l’année est bientôt rempli, c’est parfait car il n’y en aura plus à faire quand les vrais beaux jours seront là !
Maintenant repos, demain repos aussi et lundi au practice, pour une bonne séance de décrassage.
Si le temps le permet parce que je ne suis pas prêt de rejouer une nouvelle fois avec un temps pareil…

Commentez avec Facebook