6

DE LA RÉALITÉ AU RÊVE…

Non je ne suis pas retenu en otage par un groupe de critiques littéraires bretons mécontents de voir leur sport secret divulgué ainsi aux yeux de curieux parisiens ou pire de normands.
Je suis en plein travail.
Non, je ne travaille pas mon swing…
Je travaille, vraiment.
Faut bien payer l’encre pour écrire le blog quand même…
Loin de moi l’idée de vous ennuyer avec ma vie hors du golf mais quand même, il faut que je vous raconte une toute petite révolution qui va bouleverser (balle verser ?) ma vie de golfeur débutant plus si débutant que ça.
Mon métier, pour faire court contient les mots conseil et patrimoine dedans et je le pratique avec joie depuis presque dix ans, c’est grâce à cela que je me suis retrouvé devant les portes d’un golf en aout 2008.
Et c’est grâce, ou à cause de la crise économique et donc à l’absence cruelle de clients que j’ai pu améliorer mon niveau durant l’année 2009.
Dès mon premier coup de golf et par amour de l’écriture, j’ai eu envie de raconter mes déboires et même parfois mes quelques réussites sur le blog sur lequel vous êtes.
Attention, pour cet article j’ai pris de l’encre en promo, elle ne doit pas être tout à fait sèche.
Crise économique que voulez vous…
Heureux, et même un petit peu fier je vous l’avoue, de constater que ce petit blog attirait l’attention, j’ai eu la chance depuis mes débuts et jusqu’à ce jour voir même demain, de faire de multiples rencontres avec de nombreuses personnes toutes bien entendu passionnées de golf.
Forcément, un jour ou l’autre, on finit par rencontrer des gens qui en plus de cette passion commune ont le métier commun…
C’est arrivé il y a peu.
J’ai un souvenir exact du moment où tout a commencé.
Un fan de Tintin a fait un gros slice sur le trou 1 de l’Albatros il y a quelques temps déjà.
Et comme il n’aime pas trop laisser une mauvaise impression, il s’est dit qu’il serait bon d’en laisser une deuxième un de ces jours.
Ce que nous avons fait un peu plus tard à Villennes, sous le soleil.
Comme quoi c’est le froid qui fait slicer.
Mais si voyons !
À partir de cette seconde impression, j’ai commencé à être effectivement impressionné.
Par la succession des évènements surtout.
Le sieur Laurent, parce qu’il m’a dit que j’avais le droit de dire son vrai nom devant tout le monde, même les bretons, et moi-même avons donc commencé à parler de nos occupations en dehors du golf.
Il y en eu peu, ce fut donc rapide.
Le golf est quand même un tantinet chronophage il faut l’avouer.
Bref, patrimoine et conseil avions en commun.
Homme de cœur qu’il est le bougre et ému par mon coté Cosette du jour, s’en suivi rapidement une mise en relation avec un ami à lui qui a les deux mots en commun lui aussi.
Bref, de rencontre en rencontre, je me retrouvais rapidement en contrat avec une nouvelle structure mieux que celle d’avant.
Certes.
Tant mieux pour lui pourriez vous dire.
Et le golf c’est quand alors qu’il en cause ?
J’y viens de suite.
Parfois, il arrive que les deux mots cités plus haut associés au golf produisent des effets positifs et constructifs.
Et je suis actuellement en plein dedans.

Une de mes futures activités sera de représenter la dite structure au sein d’autres structures qui elles sont directement en relation avec le golf.
Vous suivez ?
En clair, je vais donc parfois aller jouer au golf pour travailler…
Je ne sais pas encore exactement comment cela va s’organiser concrètement mais cela va arriver bientôt et dans des lieux plutôt sympathiques pour ne pas dire magiques voir même de rêve…
Il y aura, entre autres, Terre Blanche, Mougins, Fontainebleau et le PIC…
Et tout ça avant septembre.
E tout ça sans oublier l’objectif Grand Prix pour la fin de la saison…
Et tout ça sans oublier de retourner au Fouquet’s parce le simulateur qui bouge sous les pieds, on y prend vite goût.
Donc tout ça sans oublier l’essentiel :
FAUT RÊVER ALORS AU TRAVAIL !

Commentez avec Facebook

6 Comments

  1. Super pour toi! moi qui suis à la retraite (le plus beau métier du monde pour jouer au golf) je suis heureux pour toi que tu puisses mêler buiseness et plaisir!
    Gérardvin

  2. Quel veinard tu es ! C'est mon rêve de bosser dans le golf ou dans une activité liée au golf.
    Bonne chance pour la suite, l'ami golfeur.

  3. Vraimant très heureuse de savoir que la lumière est enfin au bout du tunnel Jérôme !..Tu mérite de retrouver enfin ton métier, et quoi de plus beau, que de le faire avec le concours de ta passion pour cette merveilleuse activité qu'est le golf !

  4. Comme j'ai pu te le dire de vive voix, je suis très heureux pour toi de cette opportunité. D'autant que pour jouer efficacement il vaut mieux avoir l'esprit libre des basses contraintes matérielles.

    Mais je crains que tu ne te sentes parfois perdu sur de si beaux parcours. Dans ce cas là n'hésite pas à faire appel à tes vieux amis pour te tenir compagnie (si en plus tu as des caddies comme celle de la photo ci-dessus…)

Ne jamais hésiter à commenter :)