0

LE WEEK END C’EST BOULOT BOULOT…

Ce matin, grasse matinée sauvage.
9h, j’ouvre un œil. L’œil directeur.
Je m’assieds sur le lit, je pose les deux pieds sur le parquet et j’en profite pour vérifier mon stance.
Direction la douche.
Le jet d’eau est bien braqué sur le bas de la nuque, comme ça je peux m’entrainer à faire des successions backswing downswing en vérifiant que je mon corps reste dans la bonne position.
Il ne pleut pas dehors.
J’aurai pu travailler mon grip main droite sur le parapluie.
Tant pis.
Direction le practice !
C’est le programme du week end.
Deux grosses séances.
Samedi sur le tapis, travail sur les longs clubs en particulier et un passage sur le compact.
Dimanche au putting, aux approches et au bunker.
Aujourd’hui on est samedi.
Oui j’ai compris avec ce blog que je pouvais jouer avec l’espace temps.
Je peux écrire le jeudi qu’en fait c’est mardi.
C’est fou ce pouvoir quand même.
Je me ferais presque peur parfois…
Bref c’est samedi.
Jour de compétition à Villennes, la bataille pour l’index est lancée et le practice subit la valse des seaux.
Vous ne connaissez pas la valse des seaux d’avant compétition ?
Sérieusement il faut voir ça au moins une fois dans sa vie de golfeur…
Vous êtes tranquillement en train de travailler un demi-swing avec le 20° en imaginant être sous les arbres et vouloir en sortir.
Et là soudain, sur la droite et sur la gauche, arrivent deux gars avec sur le visage l’air d’être en retard pour une réunion de bureau importante sauf qu’ils ont un sac de golf et un seau de balles.
Ils s’installent, attrapent un fer court, font deux ou trois swings dans le vide, posent une balle sur le tapis, font une gratte, un hook, au choix et recommencent aussi vite en remettant une balle.
Et ça jusqu’à ce que le seau soit vide.

Pas plus de 10mn…
Ils remballent tout aussi sec et foncent vers le tee de départ du 1 sans passer par la case putting green.
Et pendant ce temps vous n’avez même pas eu le temps de travailler le demi-swing correctement.
Trop fasciné par la tornade qui vient de passer.
Mais vous imaginez facilement l’état de leur carte de score à la fin du 18…
Donc j’ai eu droit à ça pendant une bonne heure.
Il y a même eu un qui m’a dit, trois fois plus stressé à son départ qu’à son arrivée, « si vous voulez, il y a des balles là, j’ai pas le temps de finir ! »
Je l’ai remercié comme il se doit mais il avait déjà filé.
Le seau était au trois quart plein…
Les balles ont donc servi à lober un arbre imaginaire pour toucher ensuite un mât à 50m.
Travail sur le driver ensuite car mardi nous avons eu un petit différent sur les Vallons.
Et pour conclure, un petit tour sur le compact.
6 par 3.
97m en montée, 113m plat, 154m green sur butte, 88m en montée, 92m en descente et enfin 86m plat.
50°, PW, Fer6, 55° sur les trois derniers trous.
Green touché à chaque fois et deux putts à chaque fois aussi.
Mon premier par global sur un parcours !
Bon il ne fait qu’un tiers d’un parcours normal mais il ne faut jamais passer à coté d’une réussite, quelle qu’elle soit…
Et hop c’est dimanche !
Orage du matin, practice malin !
Respect du programme, direction le petit jeu après deux seaux d’échauffement.
La zone d’approche possède désormais trois marques de distance au sol.
30m 50m et 70m
Un seau de balle avec le 60° aux trois points, ensuite au 55° et enfin au 50°.
6 seaux d’approche donc…
Ça prend un peu de temps mais cela fait bien rentrer les automatismes et cela me permet aussi de voir avec quel club je suis le plus à l’aise en fonction de la distance.
Je passe par le putting pour travailler les sensations une petite demi-heure.
Je regarde le bunker gentiment trempé, tant pis ce sera pour une autre fois…
Donc retour sur le tapis car je crois que j’ai trouvé ce qui ne va pas depuis quelques temps.
Car j’ai une fâcheuse tendance au hook en ce moment, voir au pull.
Et j’ai trouvé.

Je n’ouvre pas la face du club dans le backswing.
Donc forcément comme je travaille le passage des mains dans la traversée de balle…
Relâchement, ouverture de la face du club, ne plus être intérieur au backswing, travail des hanches, traversée de balle, passage des mains, voila un swing qui commence à ressembler à quelque chose !
Je vais vérifier ça avec Bosley mardi…
En attendant on va aller se détendre au travail…

Commentez avec Facebook

Ne jamais hésiter à commenter :)