3

DRÔLES D’OISEAUX ! …

L’Albatros comme parcours d’au revoir pour Ben qui part étudier chez les grands bretons quelques temps, voila une bonne idée !
Départ 14h30, l’ambiance sera forcément bonne puisque se sont joints à la partie, Alain et Nicolas, papa et fiston, amis de Villennes, duo de choc, drôles et passionnés à la fois.
Ben et moi sommes sur zone une bonne heure et demie avant pour aller faire du petit jeu mais sans se fatiguer à taper moult seaux de balles, le parcours sera bien assez fatiguant…
On retrouve ensuite Papa et Fiston, une dizaine de balles au practice sur herbe et zou direction le tee numéro 1 de ce fameux parcours, départ jaune.
Non ? Les blanches ?
Bon si vous voulez…
Mais ça va être plus compliqué…
Ok, ok…
Il y a du vent, comme toujours ici, le ciel nous a offert quelques gouttes mais nous laissera tranquilles au moment du départ et jusqu’à la fin.
Pas d’objectif de score comme pour la dernière fois, routine, stratégie raisonnable et s’appliquer à automatiser les derniers enseignements de Yan « Bosley » Massonnat, le release et une meilleure verticalité.
Et un leitmotiv, mieux vaut jouer un club de plus en contrôle que de taper à fond le club « théoriquement » indiqué.
Donc, vent léger de face, bois3 qui part bien droit mais un H4 quand même pour le second coup, ah oui, sur l’Albatros quand il y a du vent et de l’eau, mieux vaut ne pas hésiter à prendre quelques clubs de plus !
Putt de plus de 20m quand même, encore deux derrière, un petit bogey.
Oui mais on a dit qu’on ne comptait pas donc je note mes coups, mes clubs joués sur ma carte comme toujours, je sais où j’en suis mais je ne me focalise pas dessus.
Soyons francs et honnête, quand on joue en se disant que l’on ne fait pas attention au score, on se ment…
On sait très bien où on en est, on ne fait que choisir entre deux choses, ça stresse ou ça motive…
En tout cas, comme prévu, l’ambiance est au top, Fiston avait prévu de jouer avec la même balle tout le parcours, il change d’objectif au second coup du 1, sa balle ayant compris qu’elle allait prendre plus de 80 coups d’affilée a préféré la noyade de suite…
Mais on rigole bien quand même !
Le courant passe entre Ben et les deux compères, le temps est parfait car il ne fait pas trop chaud, le parcours est beau malgré les greens encore délicats à cause de l’aération en début de mois mais nous partons au 2 avec un plaisir évident et mal dissimulé.
Je ne vais pas rentrer dans le détail pour chaque trou, cela serait bien trop long et ennuyeux.
Quelques points à retenir.
La routine a été plutôt bien respectée, pas de risque inconsidéré en matière de stratégie, un petit passage à vide causé par des départs totalement ratés entre le 13 et le 15 qui m’a couté cher car je compte +9 sur ces trois trous quand même mais je suis resté concentré sur mon jeu et j’ai réussi à revenir dans la partie ensuite…
J’ai même réussi à perdre une balle au départ du 13 sans dépasser les rouges…
Une chose était sure, la « Drinking Zone » était pour moi !
Par contre, le jeu de fer était solide, cela m’a permis de ne faire que +1 sur l’ensemble des 4 par3 avec un bogey sur le 16 par manque d’engagement au départ. Mais 8 greens en régulation en tout grâce aux bons conseils de Bosley sur la maîtrise du release.
Bon, toutes les bonnes choses ont malheureusement une fin…
+21 au départ du 18 alors que j’étais +7 au départ du 12, petite impression de déjà vu sur laquelle il va falloir se pencher sérieusement.
Mais des blancs, je ne suis pas mécontent car avec mon index j’ai 24 coups rendus.
Et le vent pousse légèrement sur le tee de ce superbe dernier trou de l’Albatros…
Aux amis d’ouvrir le bal !
Tout le monde sur le fairway, Ben et Nicolas ont sorti un méchant drive et leurs balles sont pile poil au bon endroit pour attaquer ce green de par 5 en deux.
Je suis bien, la partie a été un vrai beau moment de vie comme le golf sait si bien en offrir.
Je prends le driver aussi, le swing est relâché et je rejoins les deux cogneurs.
Alain assure car il a du chemin à faire et va se placer devant le green sur le fairway à une cinquantaine de mètres du drapeau.
Je suis le plus loin du trio alors j’ouvre l’attaque avec un fer8 pour 140m, je suis sur le green à gauche du mât mais un peu loin quand même, j’imagine un birdie possible car le putting a été confiant durant la partie.
Nicolas continue son matraquage de balles et joue de façon superbe son fer9, tellement superbe qu’il manque de dépasser le green !
Ben se retrouve dans une situation délicate à hésiter entre deux clubs, le résultat est malheureusement sans appel, plouf…
Dropping zone, joli putt, il assure le bogey.
Alain s’est bien placé, à mon tour donc de jouer.
Pour la première fois j’ai regardé la pente des deux cotés du drapeau. 7 bons mètres, en descente avec une légère pente droite gauche, je prends mon repère quelques centimètres devant ma balle.
Je suis tranquille et confiant, je joue sans hésiter en pensant au birdie assuré, la balle suit la ligne imaginée à bonne vitesse, tourne au bon moment et tombe sans heurt…
Eagle !!!
Mon premier de ma jeune carrière amateur de golfeur !
Je n’ai pu retenir un bon gros « Yessss !!!! » qui a du s’entendre jusque dans le clubhouse…
Discrétion, retenue, délicatesse…
Nicolas rentre son putt pour birdie après un beau chip, Alain rentre son par.
Un superbe finish groupé, une magnifique conclusion pour un parcours de passionnés dont l’humeur ne s’est jamais assombrie.
Le golf…
Soupirs…
Bon je vais nettoyer et baptiser ma balle « Eagle one », plastifier ma carte de score et aller me reposer en pensant à la prochaine partie qui sera sans doute une compétition.
Parce que la quête d’expérience n’a pas de fin et doit donc continuer…
Quand je dis plastifier ma carte, je déconne au fait.
Je vais juste l’encadrer, faut pas exagérer non plus…
Ben, dépêche-toi de rentrer de chez les grands bretons qu’on s’en refasse une !
Papa et Fiston, la prochaine fois on se fait Rebetz !
Commentez avec Facebook

3 Comments

  1. c'est Ben avec la casquette Titleist bleue ? Super position !! Bien joué pour l'eagle en tout cas !

Ne jamais hésiter à commenter :)