2

PREMIÈRE RYDER CUP…

AAAAhhhh NOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!!!!!!
Tourne !!!!! Mais tourne !!!!!!!!!!!!
YESSSSSSSSSSSSSS !!!!!!!!!
Je ne sais pas bien ce qu’a pensé le voisin lundi en entendant tout ça et encore je ne vous donne pas toute la liste de ce que j’ai pu hurler mais il m’a regardé bizarrement dans l’ascenseur ce matin…
J’ai une excuse c’était ma première Ryder Cup en tant que golfeur spectateur…
Je sais depuis quelques temps à quel point le mental a son importance dans ce sport mais j’ignorai totalement qu’il en fallait un tout aussi solide pour regarder cette compétition unique en son genre à la télévision !
Oui, c’est un sport monsieur le journaliste de France 2 du journal de 20h du 2 octobre 2010 à 26mn 52s !!!
Désolé, petit moment d’égarement…
Heureusement que ce n’est que tous les deux ans, je vais avoir le temps de faire un check up complet en cardiologie pour celle de 2012…
Pour une première je suis tombé sur la Ryder qui a duré un jour de plus.
Oui, il a un peu plu au pays de galles ce week end là…
Le coup de pas de bol.
Oui, enfin surtout un bon coup de stress pour le dernier jour !
Pour faire court, deux équipes, les États-Unis d’un coté et l’Europe de l’autre.
En match play, un point pour la victoire, un demi-point pour l’égalité et zéro pour la défaite mais on s’en doutait un peu.
28 points en tout à gagner avec 8 match play en équipe de 2 formule Foursome, 8 match play en équipe de 2 formule 4BMB puis 12 simples pour achever tout le monde.
La première équipe qui franchit le cap des 14.5 points remporte la victoire, le trophée, la douche au champagne et tout et tout.
Et bah lundi, dernier simple, trou 17, score : 13.5 à 13.5…
Ah oui je vous ai pas dit, l’équipe tenante du titre le conserve en cas d’égalité…
Et c’est les USA…
Zen le McDowell…Juste la pression d’un continent sur lui…(non sans jeu de mots s’il vous plait, l’étiquette voyons…)
Mais avant ce terrible dénouement le camp européen était plutôt relax. Le dimanche, sur les 6 points à gagner du jour ils en prennent 5.5, on aurait pu se dire que le lundi allait bien se passer, confortablement.
Mais bien sur…
Ce lundi là, y’a un américain (oui avec un petit polo pastel la veille monsieur le journaliste inculte mais tu iras lui dire en face la prochaine fois, comme ça, juste pour rire…Désolé je m’égare encore mais j’y peux rien, l’ignorance à ce point quand on a le privilège de causer dans le poste de télé ça me révolte un chouillat)…Un américain, juste pour l’exemple, donc qui a joué -9 sur 15 trous. Un gars avec un prénom de félin je crois…
Et ce lundi là le camp américain s’était dit : « Et si on refaisait le retard de la veille et puis on gagne à l’arraché sur le dernier simple ? »
Et moi, naïf que je suis, je me suis planté devant l’écran lundi matin, pensant assister tranquillement à une validation du score de la veille, 9.5 pour l’Europe à 6.5 pour les USA, je voyais bien un 17 à 11 pour finir, à la rigueur un 16 à 12 parce que bon quand 24 joueurs faisant partie des meilleurs joueurs de golf du monde s’affrontent, on peut imaginer un peu de suspens quand même.
Oui bah doigt dans l’œil mon pti gars…
Un match play en simple peut basculer très vite…Et un score global, quand les 12 matchs sont en cours, ça change aussi vite que le cours de l’action d’une société d’éoliennes en plein ouragan tropical…
Et ce que je ne savais pas, novice en plus d’être naïf, c’est que les américains ont toujours été plus forts en simple qu’en équipe…
J’ai donc assisté à une remontée au score, petit à petit, trou par trou, une grosse fessée ici, un point par là, un demi-point arraché, inéluctablement l’avance européenne se grignotait gentiment et moi je commençais à comprendre que j’allais souffrir, tout seul, pas préparé du tout, le chat sur les genoux, pas au courant non plus des dangers d’une envie de sieste au moment d’un drive au dessus de l’eau…
Le pauvre, il n’y reviendra pas, pas avant deux ans au moins… C’est ballot…
Pour avoir déjà joué en match play en simple, je sais à quel moment un trou risque de se perdre, à quel moment le stress arrive par rapport au score, je sais bien, trop bien comment cela se passe, j’ai déjà prit une fessée, j’ai déjà vécu un final à égalité, j’ai déjà gagné de justesse et j’ai déjà gagné facilement.
Mais je n’ai jamais vu 24 joueurs de classe mondiale faire tout ça en même temps…
Une fois le dernier hurlement passé, au moment où Hunter Mahan, détruit par une petite approche ratée au 17, donne avec classe et dignité le point de la victoire, je suis resté longtemps en admiration, silencieux devant l’écran, pour chacun de ces 24 joueurs qui ont été les acteurs de cette phénoménale compétition.
Oui en admiration pour chacun d’eux parce que je suis totalement incapable de vous sortir une critique joueur par joueur, ils sont à des années lumière au dessus de mon niveau et la seule chose que je sais c’est que dans ce sport on peut avoir des passages à vide quelque soit l’expérience de jeu et ne pas réussir à donner le meilleur de soi même quand bien même on le désire ardemment.
Critique facile, art difficile tout ça…
Ma première Ryder Cup en tant que spectateur golfeur est donc finie, internet regorge de photos et de vidéos que je ne me lasse pas de revoir pour revivre le souvenir de ces émotions délirantes et je me retrouve confronté à une évidence encore plus flagrante désormais :
J’adore ce sport !
Je ne sais pas quand sortira le DVD où un reportage qui ferait la rétrospective de la compétition (pas sur France2 ça c’est certain…) mais je l’aurai ou je serai devant !
En attendant ça donne envie de faire un match play cette histoire…
Commentez avec Facebook

2 Comments

  1. Eh bien! Cet article me fait regretter de ne pas avoir suivi les évènements en direct! Quel suspens! En tout cas vive l'Europe!

    Ah et oui moi aussi j'aime le golf! 😉

  2. ARGHHHHHHHHHH j'ai raté ça.
    J'aurais été partagé en plus entre le Tigre (mon modèle) et l'Europe.

    Je te comprends car mes anciens voisins se rappellent encore de l'Open avec Greg Bourdy en derniere partie qui perd le trophée pour un coup de SW égaré 🙁

    Je peux te dire que d'avaler des heures de competition toutes les semaines à la TV, me permet mentalement de combler les passages à vide.
    C'est pour cela que maintenant je privilegie le travail physique.

    Allez hop dodo, car je suis déjà à plus de 35h pour cette semaine. Et Samedi, c'est Challenge GT sur St Germain les Corbeil.

    Superbe article.
    Direction Youtube pour un summup de la CUP !

Ne jamais hésiter à commenter :)