4

PREMIER OPEN DE LA MALFAISANCE…ÉPISODE 2

Seconde partie : Ze Open !
on s’en lasse pas de celle là….
Je vous disais donc (puisqu’en plus on me demande de me dépêcher d’écrire) que toute la joyeuse bande de bisoun…Malfaisants ! Malfaisants ! était présente au départ au tee numéro 1 de cette grande première pour ce jeune forum plein d’avenir car déjà riche de plein de passés…
En équipe avec le Fou (que je me permettrais de prénommer Olivier parfois soyons un bon délateur), nous partageons la partie avec KOP, photographe de génie qui a eu la gentillesse de me laisser puiser dans son stock de photos pour imager mon propos qui lui fait équipe avec Jérôme Pingouin, (non ce n’est pas son nom de famille suivez un peu le paragraphe de l’article précédant qui parlait d’alias) autre photographe de renom avec sa tendre et chère Lilly (tout pareil) chez qui j’ai puisé dans le stock pictural sans vergogne aucune.

Deux photographes donc mais aussi joueurs de talent sans le moindre doute puisque présents à la compétition…
Départ sous le feu des projecteurs, d’un 18 ans d’âge et du rhum trafiqué de Seb qui fut payé ce jour là pour servir de piquet des 135m…
La maison GAG ne recule devant aucun sacrifice financier il faut le savoir, on a même eu des biscuits, des caramels et des tees avant de partir c’est vous dire…
Coup de driver en fade dans ce dog leg droit en descente assez court mais la stratégie du jour c’est :
De toute façon je joue avec un fou alors pas grave, à l’attaque !
Fou qui place son bois de parcours gentiment sur le fairway, tout comme KOP et le volatil arctique, allergique à toute forme d’arbitrage, tire à boulet pas rouge sur la voiturette du starter.
Bon je ne vais pas trop m’attarder sur nos partenaires du jour, d’abord parce que je me dois de me concentrer sur ma partie et qu’ensuite je suis soumis au devoir de réserve concernant les tactiques secrètes qu’ils ont mis en place tout au long des 18 trous…
La seule chose que je peux dire c’est que le Pingouin, dans le souci de ne vexer aucun plot de départ,  prend tout le temps son driver.
Oui sur les par3 aussi, on ne sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher…
Alors donc nos balles sont sur le fairway, il me reste un petit coup de PW à faire, je joue un peu trop contrôlé et ma balle est sur le fringe à gauche.
Je prends le putter, la balle roule miraculeusement bien sur ce green sablonneux, des restes de leur aération, et va gentiment se planter au fond du trou, birdie !
Ça commence nickel !
Direction le 2, pour un petit bogey causé par le second coup au fer9 qui prend une branche haute qui coupait un peu le fairway, approche 2 putts ensuite. Heureusement le Fou plante un joli par.
Un autre bogey au 3 toujours assuré par mon partenaire, moi je testais les distances en mode reconnaissance pour le match play du lendemain, le fer6 est trop long…
Excellent départ au 4 (après deux jours d’attente, les cloches de devant ayant oublié de faire sonner celle du parcours !) mais bon gros ratage ensuite, le partenaire ne fait pas mieux puisqu’il a ramassé sa balle après quelques péripéties qui lui vaudront une DZ évidente, je me fais un joli double bogey alors que mon drive m’avait propulsé aux abords de la dite cloche…
Je me rattrape au 5 avec un par, bois3 sur le plateau à droite, PW en pente, putt d’approche et 1 putt.
Un bogey idiot au 6, vive les greens de sable puis un joli par d’Olivier au 7, j’étais un peu parti en forêt…
Au 8, j’ai failli payer le champagne, mon coup de fer6 se plante au mât sur ce par3 de 157m, le birdie est à 50cm… Et de 2 !
Un par au 9 malgré un départ moyen en slice mais un bon coup de putter sauvera tout ça au final…
On est donc en +2 à l’aller, tout va bien même si Olivier a du mal à être totalement dans la partie.
Oui il faut préciser que le gentil papa qu’il est a prit la voiturette et a posé dedans, deux humains type modèle réduits, genre bonzaï, avec dans leurs mimines un petite boite pleine de boutons qui fait du bruit mais que si on leur retire ils hurlent. Alors il garde un œil vers la voiturette et l’autre sur le parcours, forcément ça n’aide pas pour l’alignement…
Pas grave, le mode agressif sans complexe me réussit pas mal, l’ambiance est désespérément bonne avec nos deux autres compères, le temps est splendide, bref, gâché pour gâché autant continuer comme ça !
Et ça continue au 10 ! Le putt pour le birdie est d’une timidité déplorable, par.
Un bogey au 11 car le fer8 est un peu court sur le fringe et le putting trop aléatoire.
Sur le 12 la mise sur le nuage continue avec drive et fer9 plus deux putts.
Heureusement qu’au 13 je plante mon second coup pour finir en bogey, j’aurai fini par croire que je jouais bien !
Pendant ce temps le Fou s’amuse à faire des concours de drive avec le Pingouin…
…Et il perd…
Malfaisance : 12 Bisounours : 0…
Nous voila au 14, trou maudit à une époque, là on est un peu avancé, je coupe le fairway au 20° mon coup de fer9 manque de peu l’eagle, un putt de 30cm pour le birdie !
Trois birdies dans la même partie, cela ne m’était jamais arrivé !
Tellement jamais que je vais un peu lâcher niveau concentration mais Olivier est là et décide à forte et volontaire voix de prendre la relève.
Et il la prend !
Par au 15 et par au 16 !
Birdie au 17 !
Abasourdis au départ du 18 où l’on est donc toujours sur un score total de +2 on se détend un peu en ratant convenablement ce trou pour finir avec le second double bogey de la journée…
On annonce notre score à la troupe qui attend bien gentim…Malfaisantement ! Malfaisantement ! l’arrivée des groupes pour aller au cocktail de remise des prix ensuite.
+4 au total, voila ti pas qu’un fou et un idiot gagnent le premier Open de la Malfaisance !
Nous recevrons un prix dont la beauté m’étourdit encore à l’heure où je vous écris bien que ma chère et tendre se demande toujours si le terme de beauté convienne vraiment…
 
La malfaisance bat son plein pendant la remise des prix avec la remise solennelle du premier diplôme de la Malfaisance remis à Lilly, plus que méritante pour le coup puisqu’il parait qu’elle éclate de rire, ou éternue j’ai pas bien compris, avant même que ses partenaires aient eu le temps de slicer au tee de départ…
Mais malheureusement, Dame Flyette vient tout gâcher avec un ignoble mensonge concernant son âge !
Oui, il parait que cette gamine aurait l’âge de la retraite d’avant la révolution d’octobre des étudiants qu’ont même pas commencé à cotiser…
Elle a donc lâchement profité de la situation pour offrir à tout le monde un cocktail avec du champagne et tout plein de petites choses délicates pleines de saveurs douces et subtiles dans des petits verres tout mignons…
Beurk !!!!
Pour la peine on lui a offert plein de cadeaux !
Bien fait !
Ensuite ils sont allés dîner presque tous ensembles, bras dessus bras dessous…
Moi j’ai pas pu, toutes ces attitudes pleines de gentillesse commençaient sérieusement à entamer mon moral que je me devais de garder intact pour le match play du siècle de la décennie du lendemain dont je ne vais pas tarder à vous narrer les anecdotes…
Commentez avec Facebook

4 Comments

  1. respect idv….76….
    au fait parait que des teams régionales pourraient voir le jour….
    on va devoir s'associer pour bouter le provincial !…non mais
    gilb

  2. Mode malfaisance [ON]
    Belle fiction, très bien narrée, on a presque l'impression que ces faits aient pu être réels….
    Mode malfaisance [OFF]

    Minifly

Ne jamais hésiter à commenter :)