0

APRÈS LA PLUIE…

Et hop, on recolle au présent avec les deux dernières aventures golfiques, un lundi du National et un samedi de Villennes.

Toutes mes excuses les plus plates z’aux quelques lectrices z’et lecteurs qui viennent ou reviennent de temps en temps ici, car il y a un peu moins à lire en ce moment.
Comment ça tant mieux ?!?
Non que l’écriture ou le golf me passionnent moins, loin de là, c’est juste que les autres aspects de ma vie prennent un peu le pas dessus.
Et oui, on dit que le golf est chronophage mais alors le travail c’est pire !
Comme je digère très mal le rough et que l’eau des obstacles du même nom n’est pas toujours potable, je ne peux me contenter de vivre sur un golf, en plus je suis plus chasseur d’image que chasseur tout court…
Tout cela n’étant que question d’organisation, on va faire en sorte de régler ce genre de point de détail au plus vite.
Mais revenons à plus important, mes deux dernières compétitions, l’Albatros et Villennes.
Index 13.8 depuis le 17 octobre 2010, il était temps de s’y remettre pour arriver à l’objectif « single » en 2011 !
Le changement de fers m’a apporté beaucoup, surtout et enfin cette capacité à bien me relâcher dans le swing et cela s’est répercuté sur tous les autres clubs.
Sauf le driver…
Qui n’était donc pas de la promenade pour cette première de l’année notée sur l’Albatros.
Sauf que ce jour là, vent et pluie…
Et comme mon swing est soluble dans l’eau comme certains d’entres vous le savent déjà…
Ce fut une vraie et belle catastrophe golfique comme on en a déjà tous vécu.
5 bogeys et tout le reste, pire ou pire encore.
Et pourtant content !
Parce que j’étais en excellente compagnie avec Benoît et Romain, qu’on a bien rigolé quand même malgré mon chemin de croix, que ça « croixait » tellement que j’en suis devenu philosophe.
Oui, quand un moustique tourne autours de vous quand le sommeil arrive, que vous l’entendez passer et repasser avec ce petit bruit « siffleur » caractéristique,  rien de tel pour vous mettre sur les nerfs !
Mais quand vous prenez directement la montagne en pleine poire, comment vous dire, vous prenez les choses avec calme et lucidité, vous vous dites que c’est pas le jour et puis c’est tout, vous attendez que cela passe, vous vous battez avec les armes du jour, vous prenez les petites victoires comme elles viennent et vous les appréciez à leur juste valeur…
Philosophe j’vous dis…
Et puis voir Romain faire birdie au 13, ça m’a donné une raison de trouver cette journée réussie !
Bon, mais la philo quand vous vous classez plutôt dans la catégorie « compétiteur dans l’âme » que dans celle des « moi je ne joue que pour le plaisir de la promenade », ça va 5mn.
Donc un coup de practice en semaine histoire de rassurer et de valider les clefs techniques et hop on y retourne !
Villennes, samedi matin, 7h30, il fait déjà bon, il va faire chaud toute la journée, j’ai fait un échauffement léger et bien construit, j’ai trouvé une bonne dizaine de trèfles à 4 feuilles que j’ai distribué autours de moi, mon cher ami Dorian est arrivé pile poil pour prendre le même départ, je lui servirais de guide puisque Villennes est un des rares parcours qu’il ne connait pas.
Le vent est présent, assez pour ajouter ou retirer un club au moins, mais tout va bien, je suis en polo, pas de pull, pas de parapluie, c’est parti !
Avec le driver ce coup ci.
Toujours pas trouvé de shaft de remplacement, toujours pas décidé à sauter le pas d’un nouveau driver en pleine saison, je me suis souvenu de ce que m’a très justement dit un professionnel lors d’un Pro Am l’an dernier, « quitte à rater un coup, autant qu’il fasse 200m plutôt que 150 ! »…
Alors en avant !
Et au driver dès le 1 car vent de face…
Et hop un coup de sandwedge pour prendre le green en régulation et hop deux putts, et hop le par, c’est pas si compliqué que ça bon sang de diantre !
Ça l’a été un peu plus pour Dorian qui a eu un peu de mal, non que le parcours soit compliqué mais l’air de rien, il faut bien placer sa mise en jeu car les attaques de green ne manquent pas de piquant sinon…
Voici les statistiques pour cette compétition, plus court qu’un résumé trou par trou :
 
7 Fairways touchés
9 GIR
6 GIR+1
Putt en GIR: 16 soit 1.8
Putt en GIR+1: 11 soit 1.8 aussi
3 GIR+autre et 4 putts soit 1.3
Score sur les par3 1 bogey, 2 par et 1 birdie soit le par sur les par3.
Score sur les par5 2 birdies soit -2
1 double bogey
9 bogey
4 par
4 birdies ! (au 2, 4, 10 et 17)

 

score global +7, mon premier sous les +10 en compétition!
Nouvel index : 11.8 !
Bon, maintenant on va retourner en compétition dès que possible pour confirmer ce résultat.
C’est tombé sur Rebetz et ce sera dimanche matin, départ blanc bien sur désormais pour la quasi-totalité des parcours.
Le driver devient donc indispensable.
Il devient donc indispensable d’avoir confiance en lui…
On va dire que pour le moment ça va encore, on va lui accorder un petit répit…
Mais faut qu’il se méfie quand même, car même mon fétiche hybride Mac Gregor vient d’être mis en retraite anticipée…
Commentez avec Facebook

Ne jamais hésiter à commenter :)