2

DOUCHÉ DE SOLEIL À SERAINCOURT…

Le golf de Seraincourt, comme son nom l’indique, n’est pas très long ni très stressant.

Sauf à la fin…
Mais nous n’en sommes pas là.

Deux nouveaux parcours le week end dernier, ma curiosité est ravivée, j’ai encore envie de fouler de nouvelles stratégies, le démon de mes tees qui commence sans doute …
Nous sommes mercredi, les prévisions de pluie sont proches de 100% mais le désir est plus fort, en plus il serait temps d’apprendre à apprivoiser mon swing sous ce type de climat, on ne sait jamais, si ça durait…
Et je n’ai jamais joué le soir.
Ce ne sont pas de viles excuses pour filer en douce avec mon sac, ce sont des arguments parfaitement recevables pour justifier la nécessité à aller s’entrainer en variant les conditions de jeu !
Malgré mon sens du devoir, le coté sacrificiel de la chose, je dois tout de même vous dire que j’y ai pris un certain plaisir. Non sans honte vous pensez bien, ayant reçu une éducation stricte où le plaisir n’a pas sa place, ces sensations nouvelles sont vécues avec angoisse parfois…
Un exemple, j’ai du apprendre très jeune à me nourrir moi-même en allant ramasser, seul, les matins tendres d’automne, quand le soleil vous caresse les cheveux, quand la rosée glisse sur vos chaussures, les jeunes girolles, les beaux cèpes tendres et fermes que l’on m’obligeait à manger légèrement relevés d’une pointe de persil éparpillés dans une omelette aux œufs frais du jardin.
Oui je sais, c’était dur mais cela m’a aidé à me forger un caractère plus solide pour faire face aux obstacles que la vie dresse devant nous parfois.
Comme retrouver mes balles dans les fourrés par exemple…
Donc me voici au practice du golf de Seraincourt, au milieu d’une rosée verticale que l’on appelle communément une pluie intermittente.
J’attends Sébastien et Vanessa, un couple d’amis du cru car il faut toujours des guides quand on découvre.
Ils sont tous les deux gauchers mais cela arrive à des gens très biens. Un ami les accompagne, gaucher aussi, une chose est sure, ce n’est pas aujourd’hui que je vais tester des clubs…
Échauffement appliqué sur le practice en montée de fort belle facture et en avant !
Le ciel est menaçant, j’ai le parapluie qui stoppe la pluie et la veste au cas où mais il fait bon donc pour le moment c’est juste le polo, il est 17h30, l’heure du tee…
Seraincourt est un parcours bien vert, installé sur un plateau qui domine les premières forêts du Vexin, à certains endroits, on peut apercevoir son voisin, le golf de la Chouette qui comme son nom l’indique est mignon aussi quoiqu’il devrait plutôt s’appeler le golf de la chèvre parce qu’il grimpe un tantinet.
Et puis ici, il y a un practice…
Les trous sont bien dessinés, plutôt francs, les pièges sur les fairways sont visibles, les greens ne sont pas très complexes, assez plats mais très bien protégés ce qui rend leur attaque très intéressante.
Il y 5 par3, l’ensemble du par est donc à 71.
Un golf idéal pour les petits matchs entre amis…
Puisque c’est une découverte, je ne fais pas attention au score global mais avant tout au parcours et à mon jeu. Sébastien, dans un souci de conserver à la ballade un aspect sportif propose de faire tout de même un match play, sans coup rendu car il aime le challenge. Lors des 4 derniers parcours mon swing gagnait en régularité alors pourquoi ne pas épicer un peu cette première visite.
Victoire 6 et 5. Sébastien a du se battre contre son driver en plus du parcours et de moi-même ce qui avouez le fait beaucoup d’ennemis pour envisager de rivaliser sereinement…
Vanessa quand à elle, débute au golf, mais ce statut va vite disparaître car son swing se met bien en place et quand tout est bien géré, il y a de la puissance et de la précision !
Dès l’automne son index va prendre quelques claques, c’est certain…
Quand aux 100% de probabilité de pluie, nous y avons eu droit, timidement au début, des crachins qui repartaient dès que l’on sortait le parapluie d’un air menaçant mais dès le n°14, nos tentatives d’intimidation de ressortir l’ombrelle taille magnum ne firent ni chaud ni froid aux nuages et la douche resta ouverte jusqu’à la fin.
Gros avantage de ce genre de temps en semaine, nous étions absolument seuls sur le parcours du départ jusqu’à la nuit tombante.
Et cette fin de parcours alors ?
Je vous conseille vivement de tester le gentil petit par3 du 17, 206m en descente, hors limite à droite, bunkers des deux cotés et léger ravin sur la gauche…Ensuite vous aurez le 18 avec un arbre qui n’a rien à voir avec un bonsaï à 100m face au départ, un autre un peu plus loin dans le fairway s’il vous prenait l’envie de survoler le premier, après vous avez un fairway en montée et un petit angle de 90° à droite pour l’attaque du green qui est encore à 80 bons mètres, en surplomb évidemment et avec un bunker bien entendu pi un hors limite derrière au cas où…
Quand je vous dis que l’endroit est idéal pour un challenge entres amis !
Quelque chose me dit que je vais y retourner bientôt.
Même sous la pluie, c’est pas grave, j’ai trouvé comment faire maintenant…

Commentez avec Facebook

2 Comments

  1. Très bon résumé de cette soirée "mouillée" et en effet beau challenge golfique en perspective!!!
    J'ai aimé le pouvoir de ton parapluie!!

  2. ouais chouette parcours pour faire une rencontre forumistique. Et pour le Mp on en refera un quand j'aurai un driver qui marche

Ne jamais hésiter à commenter :)