7

REACHOUETTE 2012

Chaque année, Réa, « Coachingolfeur » réputé, célèbre dénicheurs de vidéos pédagogiques, organise sa compétition annuelle sur son golf favori, la Chouette. Oui le titre restait facile à deviner.

La chouette est un parcours très sympa, jusqu’au départ du trou n°9… Ensuite on le déteste jusqu’au 12 et on se reprend à l’aimer vers le 15, puis une fois le 18 terminé, on en redemande.
Un parcours bien intégré dans la nature, tellement bien que les sangliers adorent aller y jouer de temps en temps ce qui rend l’entretien compliqué parfois. Le sanglier gratte beaucoup et ne rebouche que très rarement ses divots, voir ses dégâts… Le manque d’étiquette chez les porcidés est un des grands problèmes issus de la démocratisation du golf…
Nous étions donc quelques uns ce matin là, bien décidés à nous frotter au volatile noctambule, départ blanc en plus, on n’est pas là pour rigoler non plus.
17 coups rendus pour 12 d’index, 144 de slope pour 74.3 de SSS… Ah oui quand même, elle se défend bien la volaille…
À la Chouette, le practice est rudimentaire, deux filets à papillon et un putting green, ce qui m’arrange car je dois acquérir de l’expérience de jeu et non de seaux de balles…
Bon alors, avec qui vais-je partager la promenade ? Guille, amateur débutant et réfléchi et Yvan…
Yvan est un garçon particulier qui est obligé de relever le col de son polo sinon le shaft de son driver lui laisse des marques sur la nuque…
Yvan c’est Monsieur Long Drive, sans lui point de long driver français, sans lui, pas de drive de 48 pouces triple voir quadruple Xstiff. À cause de lui s’est créée il y a peu une cellule d’aide psychologique pour les balles de golf qui sont passées sur son tee de départ, certaines feraient même exprès de fuir au plus profond des forêts autour des fairways pour ne pas se prendre un coup de fer en plus de la baffe au driver.
Maintenant que j’ai fait 18 trous en sa compagnie j’ai définitivement abandonné l’envie de devenir bouddhiste, l’idée de me réincarner en balle de golf me faisant soudainement peur…
Pourtant je ne saurais trop vous conseiller de faire une compétition en sa compagnie ou avec un autre extra terrestre dans son genre car très vite vous abandonnez l’idée de rivaliser au concours de distance et vous faites le parcours en ayant à cœur de rester précis, de doser correctement vos swings et rien d’autre.
Il fait un demi-swing de fer9, c’est très bien mais je garde mon fer7 en main…

Voila donc notre trio parti à la conquête d’un meilleur index avec Guille qui se demande très vite ce qu’il fait dans cette galère avec un mec en rose qui joue son PW plus loin que lui drive et un autre qui fait des photos tout le temps…
Ambiance très détendue, Seb, notre gaucher convalescent qu’on aime nous a même rejoints au trou n°4 pour voir comment un long driver gérait le concours de drive et, touché par tant de délicatesse dans un backswing, décida de rester avec nous pour suivre tout le reste du parcours.
Pour ma première compétition de l’année, l’objectif était simple, ne pas se laisser dépasser par mon impulsivité, rester lucide, un coup après l’autre.
Deux gros problèmes sur le parcours, en premier ma raideur naturelle au backswing qui a eu quelques effets plutôt néfastes sur les trajectoires de mes balles et en second mon impulsivité qui a réussi à me surprendre pendant le second tiers du parcours avec un beau +10 entre le 8 et le 13, ce qui pour un +16 global fait beaucoup tout de même…
Les greens récupèrent encore des rigueurs de la nature environnante, ce qui n’a pas aidé pour le putting avec deux fois 3 putts mais l’ensemble reste très correct et mérite la ballade.
Pendant que Guille se battait contre les pentes qui faisaient descendre les balles plus loin que leur point de départ et restait zen alors que j’envoyais ses balles à la noyade, Yvan testait la résistance de ses tees et petit à petit tenait un score de plus en plus honorable, tant est si bien qu’au final il est reparti avec une œuvre d’art fait main en digne vainqueur de la Réachouette 2012 !
Tout content de ma petite performance (37 points) je prends la troisième place, Guille a compris aujourd’hui que pour gagner il faut rire plus fort que les cris d’effroi des écureuils qui voient arriver les départs tout en délicatesse d’Yvan…
Une tendresse dans le swing qu’il a eu la gentillesse faire partager au groupe après la compétition en nous montrant ce qu’est le long drive et surtout ce qu’est un driver de long drive que certains d’entre nous ont pu tester ensuite histoire de constater que le double Xstiff c’est plutôt « résistant »…
Bilan du jour, une première compétition réussie sur un parcours difficile qui rend beaucoup de coups, il faut maintenant changer de registre avec un parcours qui n’en rend pas.
Demain, direction Rebetz, avec son par3 humide et ses 5 par5 techniques pour la deuxième attaque d’index de la saison !
Sinon Réa, il n’y a vraiment qu’une seule Réachouette par an ?
Commentez avec Facebook

7 Comments

  1. Yvan a l'habitude désormais, il ne sort que ses fers au practice 😉
    quand il s'entraine au long drive c'est sur des fairways prévus à cet effet 🙂

  2. Dans mon club, en cas de drive trop long au practice, on est passible de radiation (ce qui fait légèrment mal vu les droits d'entrée…). Faut le prévenir au cas où il compte s'y rendre.

  3. comment ça m'a fait plaisir de rencontrer enfin cette brutasse !!
    J'ai accompagné une super partie, et je me suis bien marré, surtout sur la tentative d'assassinat d'yvan sur le fils de mon voisin, jardinier de son état, qui ratissait un bunker du 13 .

  4. Push hook en puissance, la balle est repartie directement à gauche en frôlant l'arbre mais elle est restée miraculeusement sur le fairway.

  5. C'est certainement un commentaire très féminin, mais ce swing est vraiment trop moche. Plus bûcheron qu'autre chose. Quant au finish….la balle est partie où au juste ?

  6. J'adore la vidéo d'Yvan… Surtout en faisant un arrêt sur image au sommet du backswing ou la tête de club vient presque chatouiller la balle sur le tee! Uffffffffffff!!!

Ne jamais hésiter à commenter :)