8

QUATRE GARÇONS DANS LE FLAN…


Autant être clair de suite, si pour vous jouer au golf c’est retrouver l’ambiance feutrée des bibliothèques de vos années de fac, je vous conseille de ne pas continuer à lire ce qui va suivre.

Le drame, car tel est le mot, s’est déroulé samedi 10 novembre 2012, (le 10/11/12, on aurait déjà du se méfier) et pourtant le traumatisme est encore présent, en plein ancrage comme disent les spécialistes en psychologie maritime, les symptômes sont inquiétants, quand j’y repense j’ai les deux coins de la bouche qui se relèvent, c’est alarmant comme disent les spécialistes en journalisme sécuritaire.
Le lieu, l’albatros,  la raison, une sombre histoire d’anniversaire sans gâteau d’un certain Arnaud Balbin qui a décidé de faire jouer en Scramble (à la Française en plus !) 24 équipes de 4 joueurs sur le gros zozio, avouez que le garçon est étrange, une simple boum avec une choucroute garnie aurait été plus appropriée…
C’est d’ailleurs dans cet espoir fou de danser un Jerk enivrant (oui je sais je suis totalement en avance sur mon temps) que nous avions décidé au sein de notre équipe de porter une attention particulière à notre tenue.
Coordonné et discret furent les mots d’ordre du Dress code… Avec une touche fantaisie pour rappeler l’hiver approchant mais sans plus, nous n’étions pas là pour nous faire remarquer.
Nos objectifs, plus proches de Coubertin que de Lance Amstrong,  la préparation mentale des coups, une routine contrôlée et une stratégie raisonnée.
Départ en Shot gun du trou numéro 4, la distance importante et l’heure avançant après un briefing d’Arnaud confirmant qu’il n’y aurait ni choucroute ni musique, nous partîmes à 4 avec sacs et chariots dans une seule voiturette afin de créer de suite une cohésion tout terrain.
Une fois sur zone, nous n’étions plus que des petits enfants perdus, livrés à eux-mêmes  face à, non pas l’Aigle, Barbara l’a déjà pris celui là, l’Albatros… 
Allez zou, sortons la fiole d’eau d’Écosse, il faut lutter contre le froid et la peur… 
Un grand bruit retentit dans le lointain, un autre grand bruit retentit plus près, c’est le drive d’Yvan…
Que l’on va choisir puisque nous voila à 106m du drapeau… Et bing, birdie pas collégial comme on dit dans les milieux autorisés puisque c’est un par 4 et qu’on vient de faire trois coups…
Là-dessus vous vous dites, « Facile avec Yvan, il va planter des drives à 300m, un coup de wedge derrière et avant Simone »
Sauf que Simone n’a pas toujours été là… Par exemple au 5, Simone était planquée vers l’abri entre le 5 et le 6 et on n’a jamais retrouvé la balle… Mais Yvan sait aussi jouer ses petits fers à la suite du drive de Seb, un second birdie dans la besace !
 Au 6, Simone, méfiante s’est sauvée dans le pré à droite mais Yvan ne s’est pas laissé faire et je crois qu’il la touchée… Ce sera de nouveau Seb puis mon wedge mais deux putts ensuite, le par sur le trou réputé le plus facile, un classique…
Simone devait sans doute encore bouger, Yvan en a renvoyé une dans le champ, ce garçon est très prudent et consciencieux… Seb tient la maison et se pose en douceur sur le plateau, drapeau au fond, je me sens bien après la troisième rasade d’eau d’Irlande, le fer4 se fait fluide, birdie !
Une seule balle sur le green du 8, oui celle de Seb et un birdie de plus !


Sur le 9, on commence à penser stratégie parce que l’air de rien on est déjà à -4 après 5 trous alors on joue la balle de Gilles qui est… sur le chemin qui nous sépare du 1 de l’Aigle… Oui la stratégie du Bisounours (c’est le nom de notre équipe, on y a longuement réfléchi, c’était pour ne pas faire peur à nos adversaires mais je vous laisse continuer, je ferme juste la parenthèse)  est assez particulière je vous l’accorde… Seb, décidément cet homme est partout, nous replace à 60m du drapeau mais mon coup de wedge n’aidera pas, par.
On se reprend sur le 10 avec mon départ et le coup de fer de Seb, pour un joli birdie de plus ensuite. Sur le 11 c’est un peu plus délicat, personne sur le green, cela doit être à cause de l’absence de vent et de pluie, on n’avait pas prévu ça dans notre préparation, le beau temps c’est quand même pénalisant au golf en novembre. Par quand même mais pas fier…
 
 Yvan revient dans la partie sur le 12 puisque Seb jouera un wedge en second coup mais on ne finalise pas l’effort, par encore. De nouveau la mise en jeu d’Yvan au 13 suivie du jeu de fer solide de Seb mais encore une fois ça ne rentre pas, par.
Il est temps de retrouver motivation et énergie car on approche de l’Amen Corner !
Gilles, spécialiste de la gestion mentale dans notre groupe nous propose un petit exercice de coordination, c’est nouveau, c’est original, nous nous plions à l’exercice avec entrain. Bien que cela soit réservé aux puristes du travail cérébral et physique, Gilles, je l’en remercie encore, a accepté que je vous montre un extrait de son concept…
Ça fonctionne en tout cas ! Superbe drive de Gilles plein fairway, Yvan a repéré, cet homme a une vision de chasseur, un ours blanc au loin et a envoyé un drive monstrueux en avertissement.
À cette heure, le golf National le confirme, il n’y a plus d’ours blanc sur le parcours, vous pouvez y jouer sans crainte.
On retrouvera sa balle…un peu plus loin que celle de Gilles…Voyez plutôt…
Mon coup d’hybride plus tard sur le green, nous voila avec un putt improbable d’une bonne dizaine de mètres départ sur le plateau du haut, l’arrivée une double pente plus loin sur le plateau du bas, Seb à l’œuvre, Eagle !
Plus de doute, le travail mental de Gilles paye, la stratégie est claire, ne pas toucher le fairway sur un par5 ça donne un Eagle…
Allez, passons aux choses sérieuses, le 15.
L’avantage avec notre groupe au mental inattaquable, en même temps on ne l’avait pas emporté avec nous pour être sur que personne l’attaque, l’avantage donc c’est qu’il y a toujours eu un Bisounours pour sauver le coup. Cette fois ci ce sera Gilles après la mise en jeu de Seb, le par nous ira très bien.
Trois balles dans l’eau plus loin au 16, ça n’aide pas pour le concours de précision, je sécurise le milieu du green pour un autre par, mais on n’est pas au top quand même…
Fin du second tiers, le score est très correct, -7.
 
Et le 17 sera notre avertissement. Départ moyen, on choisit la plus loin, sans réelle conviction, second coup moyen, troisième carrément pas bon, putt d’approche qui ne rentre pas, bogey…
Une rasade !
Nous voici au 18 mais ce n’est pas fini puisqu’il en restera 3 encore ensuite.
Gilles n’est pas au top dans les mises en jeu, Seb part vers les bunkers de droite, je suis sur la droite aussi mais jouable mais loin du green et Yvan, et bien Yvan respecte la stratégie et va poser sa balle au loin, très au loin…puisqu’il reste 125/130m au drapeau qui est presqu’au fond du green…
C’est très impressionnant de voir ce que donne un drive plus de 300m sur un parcours de golf et non une piste de Long Drive… Gilles en profitera pour se poser à moins de 5m et Yvan dont l’alignement est une seconde nature, c’est-à-dire qu’il faut une seconde personne avec lui pour  l’aider à s’aligner naturellement, nous finalisera le second eagle de la journée !
On appliquera cette stratégie sur le 1 en jouant le sur le drive de Seb qui a survolé les arbustes à droite et Gilles nous montrera ce que l’on appelle dans les milieux très autorisés un « Backdoor Putt » de plus de 4m ! Birdie ! -3 en deux trous, on en est tout pantois !
Départ avancé sur le 2, je reviens enfin dans la partie avec un joli coup de fer et les compères finalisent, birdie encore !
C’est l’heure de rendre l’antenne car arrive notre dernier trou avec concours de drive à la clef sur le 3.
Le vent s’est levé, de face bien sur sinon c’est pas drôle…
Gilles assure sur le fairway, Seb et moi sommes pas au top, Yvan décide donc d’assurer avec ce vent de face et place un joli draw en délicatesse et… remporte le concours de drive…
On sent la fatigue, sans doute à cause des rasades rafales de vent, car personne ne touche le green… Ah oui ! Zut ! On était sur le fairway ! Quel manque de lucidité et de stratégie tout de même !
Heureusement, gilles a assuré et nous avons une approche d’une grosse vingtaine de mètres seulement. Dans un dernier élan de lucidité je fais « un putt avec mon PW » le put du troisième birdie de suite ne demandera pas un gros effort, -11 !!!
La voiturette nous a gentiment attendus, à moins qu’elle ne se soit pas encore remise de la conduite d’Yvan à l’aller… Nous pouvons filer au clubhouse nous restaurer d’une bonne salade sans vinaigrette car ça fait grossir malheureusement ils ont mis des frites dans la salade et un hamburger sur les frites…
Les équipes arrivent au fur et à mesure, ça cause score global et on commence, au sein de notre groupe en peluche, à se dire que notre score doit valoir le podium. Yvan, pour fêter ça, offre gentiment sa tournée mais comme il bégaye on en aura trois…
Arnaud a tout bien rangé, et commence la remise des prix. Notre chasseur d’ours blanc gagne le concours de drive haut la main ! Puis les Bisounours sont appelés car nous voila premiers en brut et même en net !
La morale de cette histoire ?
Quand vous jouer en équipe, éclatez vous et le vous éclaterez le score !
Sur ce y’a Scramble à Deux à Domont Dimanche… Trois « D »  ça doit être un signe ça aussi…
Seb, prépare tes fers !
Commentez avec Facebook

8 Comments

Ne jamais hésiter à commenter :)