14

GRAND PRIX DE BETHEMONT… LE GOLF POUR DE VRAI…

Persuadé qu’il fallait être en dessous de 8.4 d’index pour jouer en Grand Prix, j’ai été agréablement surpris d’apprendre que mon pauvre 9.7 devenu 9.9 pendant l’été Drômois  me permettait de rentrer dans le champ du Grand Prix de Bethemont.

Voila qui tombe plutôt bien puisque j’ai passé ces dernières semaines à arpenter en long en large et en coups de fer les 18 trous techniques dessinés par  Bernhard, Langer pour les intimes.
Beaucoup de parcours sur juillet et aout pour m’entrainer en conditions de jeu, un peu de travail technique, surtout sur le rythme, le transfert et le finish.
J’étais bien à l’aise, en confiance, en terrain connu et reconnu, prêt pour le Stroke Play.
En prime, mon neveu comme caddy pour la reconnaissance comme ça il a fait connaissance avec le parcours et un caddy de luxe en la personne de Laurent, ami de Mister Q, ainsi nous avons pu profiter du Grand Prix pour faire connaissance.
La Reco s’est passé tranquillement, test de différents clubs sur les départs, la stratégie se dessine, on ne change rien aux habitudes prises cet été ici puisque j’avais réussi un joli +4 un matin au soleil !
Arrive donc le samedi, premier tour, départ à 12h20 enfin plutôt 13h car il y a du retard. Laurent et moi avons le temps de continuer à faire connaissance, nous dessinons ensemble les grands traits de notre association, je lui laisse carte blanche s’il veut intervenir, s’il voit des conseils à me donner pendant la partie, partant du principe qu’un œil neuf ne peut pas faire de mal.
Laurent a pris son rôle très au sérieux, il apporté son chariot électrique, son parapluie car la pluie, prévue tout le week end et seulement ce week end, menace. À boire et à manger, le sourire et la bonne humeur en plus, tout va bien.
Il est 13h, tee numéro 1, aujourd’hui c’est la Saint Barthélémy, en avant le massacre du parcours !
Il est presque 18h, je suis au salon du Clubhouse pour rendre la carte de score, le parcours m’a massacré !
Que s’est il passé entre temps vous demandez vous ?
Bonne question, je me le demande encore !
108… +36… plus que mes 4 meilleures cartes cumulées cet été ici…
Il n’a pas plu, il y a eu un peu de vent mais rien de méchant, la météo n’y est pour rien.
Les clubs sont les mêmes, pas leur faute non plus.
Laurent a été un excellent allié tout au long des 18 trous, ce n’est pas là qu’il faut chercher.
Mon swing je l’avais au practice avant de partir, je l’ai perdu dès le premier coup !
Pareil pour le mental, j’ai dû le laisser à la maison parce que je ne l’avais pas sur moi pendant la compétition !
Au 1 par exemple, drive en pull complet histoire de bien reprendre le défaut disparu, coup de bol, une fois la balle rentrée dans les arbres, s’apercevant qu’il y en a trop, elle en cogne un et revient sur dans le creux du fairway, un coup de fer 8 pour revenir, un superbe coup de wedge qui a failli faire un birdie pas orthodoxe, un putt de 2cm ( un des très rares « premier putt » que je rentrerais du week end) et hop par !
Deuxième coup de bol sur le par 3 après, la balle part en slice très haut, touche le haut de l’arbre et revient sur le green ! Le putt dépasse le green, l’approche dépasse le drapeau, le putt frôle mais ne tombe pas, double bogey avec green en régulation !
Sur le 3 ce sera 7 avec un départ dans le rough à gauche, sans danger pourtant, c’est un par 4 donc un triple mais 7 a été le score du jour… 9 fois dont 6 fois de suite du 9 au 14…
Du 20cm en hors limite, de la balle qui part se noyer par désespoir, du recovery qui cogne le seul arbre à 20m à la ronde, du coup de poignet au putting (une nouveauté), toute la panoplie qui permet de finir par avoir au final au moins la carte verte et l’occasion de prendre le premier départ du matin, synonyme du plus mauvais trio du premier tour.
Inutile de raconter chaque trou, il faudrait 10 pages !
3 par, 3 bogey, 5 double et 7 triple et plus…
Heureusement l’ambiance avec Laurent, qui venait pour voir le bloggeur que je suis avec les stylos revus par notre clubmaker adoré, a été excellente. Aujourd’hui il doit penser que les 451 articles (ah oui quand même) que j’ai écris sont totalement romancés et j’avoue qu’il n’aurait pas tort vu la représentation du samedi !
Qu’est ce que je mets comme « ! » aujourd’hui…
Allez,  on se détend et on passe au dimanche qui s’est nettement mieux passé puisque j’ai joué… sous la pluie !
Départ 7h30 donc, je fais la connaissance de mes deux compagnons d’infortune, l’un d’eux nous raconte son score de 18 sur le par3 du 2, j’en viens à penser que mon double était finalement très bien joué.
À mon grand étonnement, Laurent est revenu alors que la pluie est annoncée toute la journée et que, puisqu’il a lu mon blog, il sait que mon swing est soluble dans l’eau.
J’avoue avoir été vraiment gêné de lui avoir imposé ce samedi d’amateur sans confiance et cette aube dominicale, venteuse et trempée. Mais lui est très content de venir me soutenir, (vu le score je dirais carrément me porter) et ce matin c’est comme hier, pas avare d’encouragements, de me rappeler de boire même sous la douche, de respirer calmement, d’éviter de me pendre à un arbre quand je cherche une balle et de continuer à chercher des trèfles à 4 feuilles parce que ça porte chance aux autres…
Je vais jouer 100… Mieux que la veille sans pluie…
2 par, 9 bogey, 4 double et 3 triple et plus.
Heureusement sur les deux jours je ne fais pas au-delà du quadruple.
Quand je passe le drive, le coup suivant part en vrille, si ce coup est bon il y aura 3 putts, si le putting est bon c’est un hors limite au départ. Il n’y a pas eu une partie du jeu qui n’allait pas, tout n’allait pas de façon irrégulière, impossible à un moment de me dire, je prends tous mes départs au fer4 puisque lui aussi m’a joué des tours.
J’aurai du tout faire au putter peut être…

Quand je pense que l’an dernier j’étais à ce Grand Prix en « élève curieux » et que j’ai fait 95 et 92…
Bon trêve d’auto flagellation stérile, ce genre de « jour sans » arrive, arrivera peut être encore, (de préférence demain après midi puisque le matin c’est compétition) si je ne trouve pas la clef qui ferme la porte à un mental constructif et lucide en cas de stress.
Le meilleur moyen c’est d’y retourner illico, mercredi à Feucherolles en compétition, début octobre c’est le GP de Guerville, je veux vite me frotter à nouveau à ce stress pour savoir le contrôler !
Sauf que pour le coup faut vraiment baisser l’index d’ici là…
Bon et bien voila j’ai joué mon premier Grand Prix, objectif de ce blog qui a commencé au premier club touché. J’espère que cette expérience vous a plus (je parle aux trois personnes, ma mère y compris, qui ont tout lu) et vous a appris deux trois choses ou au moins vous a fait sourire de temps en temps.
En tout cas cela m’a apporté énormément de mettre en mots tous les maux et les joies d’apprendre à avoir un niveau acceptable au golf.
L’objectif est atteint, le blog peut donc se refermer !
Bon golf à toutes et à tous !
Je rigole… Je ne vais quand même pas m’arrêter sur cette désastreuse impression…
Commentez avec Facebook

14 Comments

  1. Pour avoir partagé le même parcours à la même date, et à peux de coups prés, le même score, je me sens incapable de te rassurer – juste te dire que tu n'est pas seul! 🙁

    Et de mon coté, je considère que une part non négligeable de faute revient au parcours.. préparé aux petits oignons, il faisait payer très très cher la moindre imprécision!

    courage, ce n'est que partie remise!

    Davide

  2. C'est ça, le plus rageant c'est que c'est si facile à analyser après coup…
    sinon, tu as lu la dernière ligne de l'article ? 😉

  3. Bonne leçon d'humilité en tout cas!
    Cela console de savoir qu' avec ton index de single, tu sois capable de faire un 108!
    Bon, je suppose que cet échec sera constructif pour ton avenir…
    Qui sait, j'aurais peut-être le plaisir de jouer avec toi à la Minorette?
    Gerardvin

  4. Dur, dur, dur ! Ca sent le stress et le mental qui part en saucisse.

    Faut dire que ce Grand Prix était un objectif relevé et je pense qu'on est tous pareil : quand on commence à toucher du doigt notre rêve, on a tendance à freiner.

    Je n'aime pas le terme "peur de gagner", je crois que c'est plutôt la peur de finir quelque chose qui nous imposera de trouver un autre rêve. On le vit tout à un moment où un autre.

    J'espère que tu n'arrêteras pas d'écrire car les blogs sur le golf sont peu nombreux et il n'y en a pas d'autres qui ont un style comme le tien !

    @ bientôt en tout cas.

  5. Pour quelqu'un qui n'y connait rien, voila un sens aiguisé de l'observation!
    effectivement, il y a un problème d'entrée au tee n°1 entre le "hors" et le "en" compétition qu'il me faut travailler différemment car visiblement mon attitude n'est pas productive.
    Et cela n'a clairement pas grand chose à voir avec la technique…
    Merci pour ce point de vue 🙂

  6. J'y connais rien, je peux donner mon avis ?

    Quand tu réussis x bons scores en partie d'netrainement et que tu exploses sur le parcours, je ne crois pas que ce soit un problème technique à régler avec ton pro.

    Déjà, ton premier GP "pour rire" avait souffert de ta gestion hasardeuse de l'évènement. Et si t'essayays de jouer un GP comme une bête Cochonou en stableford ? GIR, GIR +1, recovery, au lieu de chercher la caméra des yeux et de penser à toute ta famille devant Golf Channel (US) ?

    Si j'osais, je dirais que même en compétition hors GP tu as des résultats en dents de scie que tu devrais pouvoir éviter à ton niveau d'index, non ?

    Tu as fait cet été des parties d'entrainement avec des scénarios (oui oui, j'ai bien mis un "s") prédéfinis. C'est peut-être pas idiot de procéder aussi comme ça en partie qui compte…

    J'avais prévneu : j'y connais rien !

    Vincent

  7. Piquer c'est le mot !
    En effet, un cours en prévision pour corriger de, sans doute, mauvaises habitudes qui se sont ancrées discrètement ces derniers mois et on y retourne !

    Bon golf à toi aussi 😉

  8. Putain ça a quand même du piquer sévère cette première journée… Le fait de savoir qu'on sait faire, qu'on fait d'habitude, mais être incapable de comprendre pourquoi ça ne veut pas et sentir la partie se décomposer… En GP… Bah moi je suis persuadé que cela sera fort instructif pour le futur!

    Bon golf pour la suite!

  9. J'aurai peut être la chance de connaitre la suite de tes aventures car elles ne font que commencer. La balle tu rentreras et la plume tu reprendras. Cette première partie fut un réel plaisir.

    Folgan

Ne jamais hésiter à commenter :)