2

LE CAS DIT DU CADDIE…

Souvent, je m’interroge sur les différences qui existent entre le joueur professionnel et l’amateur. Le souci quand je m’interroge c’est que je pose la question à quelqu’un qui ne connait pas la réponse, avouez que c’est ennuyeux.

Regardez bien ces deux images, il y a une différence flagrante.

Vous le voyez comme moi, le Pro est un feignant qui ne porte pas son sac !
Ne nous arrêtons pas aux apparences, ce n’est pas vraiment la raison pour laquelle un joueur Pro paye les services de cette personne que l’on nomme le Caddie (ou Caddy, mais dans les deux cas il mérite la majuscule). En effet, le Caddie fait bien plus que simplement porter le sac.
Après avoir travaillé sur la stratégie avec Camille Fallay, d’ailleurs il faut que j’y retourne aux beaux jours, j’ai eu l’occasion de discuter avec une de ses très bonnes amies, Zoé Camus.
Zoé fait partie de ces jeunes joueuses, très douées, qui ont décidé un jour de faire une carrière en rapport avec leur passion : le Sport de haut niveau.
Lancée dans le golf dès l’âge de 6 ans, elle a vite progressé. Un goût marqué pour la compétition, une grande curiosité l’ont amenée à  s’intéresser aux composantes de la réussite. Le travail technique au golf est primordial mais un jour ou l’autre vous butez contre un mur, celui des limites que votre propre esprit vous dicte, le fourbe… C’est pour cela qu’elle a orienté ses études (sportive ET bucheuse s’il vous plait) vers la psychologie du sport.
Armée d’une licence STAPS (Science et technique des activités physiques et sportives), son haut niveau lui a permis d’intégrer une prestigieuse université américaine, la Ball State University, pour obtenir un Master en psychologie du sport, rien que ça !
Et bien entendu, pendant ce temps là, elle a continué à améliorer son niveau sportif tout en assistant une joueuse du LET avec le rôle de Caddie lors de compétitions internationales.
C’est donc logiquement que je me suis adressé à Zoé pour comprendre l’importance du rôle du Caddie dans la réussite d’un joueur professionnel.
Deux questions principales que je voulais poser:
          Quels sont les domaines d’intervention du caddie ?
          Je veux caddeyer un(e) ami (e), comment dois-je m’y prendre ?
Zoé a pris son plus beau clavier pour répondre, je vous livre ici ses précieux conseils.
Les domaines d’intervention :
Tout d’abord un rôle logistique. Il est le porteur du sac, il se doit donc d’avoir une bonne forme physique. Il est le responsable de l’entretien du matériel, il s’assure de garder les clubs propres et prêts à l’emploi. Il s’assure aussi qu’il y a assez de balles, de gants et de serviettes. Il s’occupe aussi de l’alimentation et l’hydratation du joueur ( la sienne aussi !).
Il a ensuite un rôle de conseil et aide à la prise de décision. Quel club jouer, quel axe prendre, prise en compte des éléments extérieurs comme le lie et le vent par exemple, lecture des lignes de putt. Pour avoir ce rôle de conseil, le caddie doit connaître le golf pour être ferme et crédible dans ses conseils.
Tel un coach, le caddie est là pour aider le joueur à performer, il doit être confiant dans ses prises de position et permet au joueur d’effacer le doute de son esprit. Et pour que le joueur ait confiance en son Caddie, le Caddie doit bien entendu avoir confiance en lui-même et le montrer dans son attitude.
Enfin, rôle plus délicat et primordial, celui de support psychologique. Le Caddie doit être à l’écoute de son joueur et être capable de tenir, d’animer  une conversation constructive. Contrer les arguments négatifs venant du joueur avec des faits concrets afin de redonner confiance à ce dernier et le sortir du doute. Encaisser les coups de sang quand il y’en a, divertir le joueur lorsque ce dernier commence à montrer des signes de pression extérieure, cette fameuse situation d’être en tête d’un tournoi par exemple, ou juste après avoir loupé un coup.
Vous voyez que cela ne consiste pas à ne porter que le sac !
Et si je veux caddeyer un ami ?
Parce que je n’ai pas tout ce bagage universitaire, puis tout de même porter le sac ?
Bien sur et c’est même conseillé, vous verrez, cela vous aidera aussi en tant que joueur plus tard. Le rôle de la maman qui vérifie que le petit boit et mange bien, ça c’est facile. Garder le sac opérationnel, ok.
Mais ensuite ?                       
              
Je vais laisser tel quelle la réponse de Zoé qui est très complète :
La chose la plus importante à faire AVANT la compétition est de convenir d’un “plan” avec le joueur. Quelles sont les attentes de ce dernier par rapport à votre rôle de caddy. En effet, en relisant la liste précédente, on remarque que le caddy peut venir à endosser de multiples “tenues” pendant la partie. Il est donc fondamental pour le duo de convenir d’une répartition des rôles avant la compétition; afin de savoir quels sont ceux que va devoir endosser le caddy, et quels sont ceux que le joueur préfère “gérer lui-même”.
L’élaboration de ce plan permettra alors pour le caddy de savoir si le joueur souhaite qu’il participe à l’élaboration du carnet de parcours: prise des distances sur le parcours (quelle distance pour tel obstacle par exemple), repérage des clubs à jouer sur les par 3 et pour les second coups des par 5, pentes sur les greens afin de savoir quelle partie du green jouer en fonction de la position de drapeau… Chez les pros, ce travail se fera toujours en amont du tournoi, lors des reconnaissances du mardi et mercredi. Chez les amateurs, ce travail peut aussi bien se faire au matin de la compétition, autour d’un café après avoir récupéré les positions de drapeau de la journée par exemple… 
L’idée est que plus vous avez d’informations concernant le parcours que vous vous apprêtez à jouer, plus vous supprimez des inconnues de l’équation « compétition » et ainsi vous renforcez votre confiance! Dans ce rôle, le caddy peut être d’une grande aide, car deux paires d’yeux valent toujours mieux qu’une!  Sans parler de l’échange d’idées et de points de vues!
Vient ensuite le temps de l’échauffement. Encore une fois, au duo de savoir ce qui leur convient le mieux, la présence du caddy pendant ou non.
Certains joueurs préfèreront peut être l’idée de pouvoir s’échauffer seul, afin de mieux se concentrer. Enfin, c’est ce qu’ils croient…  Caddies, je peux vous affirmer que mon expérience m’a démontrée que cette idée n’était pas la bonne à avoir pour le joueur! Et cela a énormément de sens. 
Posez-vous cette question: d’après vous, la compétition commence à quel moment de la journée? Lorsque vous arrivez au parking du golf et que vous commencez à sortir vos affaires de la voiture? Lorsque vous payez votre droit d’inscription et recevez votre jeton de practice? Lorsque vous commencez l’échauffement? Lorsque le starter vous remet votre carte de score?  Ou encore lorsque vous tapez le premier coup de la partie? Eh bien la réponse que vous recevrez d’un joueur pro ou d’un amateur de haut niveau sera toujours:  
Dès que j’arrive au golf.
 J’utilise ici cet exemple pour essayer de vous faire comprendre l’idée que si un joueur et un caddy ont convenu de participer ensemble à une compétition alors ils se doivent d’être solidaires du début à la fin. Le caddy se doit donc d’être présent à l’échauffement du joueur. Souvent, ce moment est même très privilégié pour le duo qui pourra échanger sur les conditions de la journée (météo, conditions du parcours). C’est aussi le moment qui permet au caddy de bien se rendre compte de la forme de son joueur (comment le joueur tape la balle, quels sont les sujets de conversations amenés -ces derniers déterminent souvent l’état d’esprit du joueur et sa forme mentale…). 
L’idée est donc pour le caddy de faire un travail de “prise d’infos” sur le joueur, afin de savoir comment orienter son approche avec le joueur et s’assurer de s’adapter aux besoins inconscients (par exemple, si le joueur a une approche négative ou positive, au caddy de la changer ou la renforcer) du joueur pour le parcours à venir. Cette partie du travail facilitera fortement la relation entre le joueur et le caddy lors de la partie.
Puis, PENDANT la partie, tout simplement respecter le “Plan” qui a été développé avec le joueur au préalable. Si ce dernier attend de vous d’assurer tous les rôles; du porteur de sac au conseiller, alors au travail! 
Une chose notable que j’ai expérimentée en caddeyant :
L’importance d’avancer ensemble.
Il est primordial que le caddy et le joueur marchent ensemble, toujours en duo. Tout simplement car si le caddy est en retard par rapport au joueur, alors il devient un problème pour le joueur et non plus un atout. L’idée est que le caddy facilite la vie du joueur, pas l’inverse! Cela se remarque souvent chez les pros: souvent, le caddy est le premier à arriver sur la balle, afin de commencer la prise d’infos sur le coup à jouer avant même que le joueur ne soit là. Non seulement parce-que cela permet de jouer vite, mais aussi parce-que cela permet au caddy d’avoir les réponses avant même que le joueur ne pose les questions. De plus, lorsque le duo avance ensemble, la relation est facilitée: il est possible de discuter, de se changer les idées entre les coups ou de solutionner un problème si problème il y a. Une fois arrivé à la balle, on ne se concentre plus que sur une chose: le coup à jouer.
En ce qui concerne les choses à éviter, tout simplement ne pas chercher à faire compliqué. Souvent, la solution est plus simple qu’on ne croit. Le caddy n’est pas un magicien, mais une aide à la performance physique, mentale, et parfois même technique du joueur POINT (et c’est déjà beaucoup). D’où l’importance de la relation caddy-joueur et de la définition de celle-ci entre les deux parties au préalable. Car, même le meilleur caddy du monde ne saurait faire d’un très bon joueur un joueur exceptionnel si ce dernier ne veut pas de son aide. Globalement, le caddy se doit d’être toujours positif mais réaliste: positif pour ne pas laisser le joueur se perdre dans le négatif, et réaliste pour ne pas hésiter à dire les choses qui doivent être dites pour rebooster le joueur et lui faire sortir la tête de l’eau.
Voila donc ce qu’est un caddy et ce que vous pouvez faire si vous voulez caddeyer un ami.
Merci Zoé pour ces précieuses informations !
La saison va commencer, je vous propose cette année de créer un duo de choc avec un ou une partenaire de jeu avec qui le courant passe bien et de vous caddeyer mutuellement sur une ou plusieurs compétitions cette année, vous en tirerez des bénéfices considérables !

Et d’ailleurs, puisque j’en parle, je vais le faire aussi, Seb faut qu’on cause, j’ai un truc à te proposer !
Dans un prochain article, toujours suite à mes conversations avec Zoé, je vous parlerai des différents moyens que nous pouvons faire à notre niveau pour améliorer notre performance sur l’aspect mental de ce sport passionnant géré par notre esprit, fourbe parfois, qu’est le golf.
Ou alors c’est le golf lui-même qui est fourbe, allez savoir…
Je vais demander à Zoé tiens !
Commentez avec Facebook

2 commentaires

  1. T'ayant caddeyé sur l'Albatros il y a quelques années de cela … j'adore ton article.
    Ce fut une de mes plus belles expériences golfiques, et surtout comme l'a dit Zoé : une grosse réflexion sur sa propre façon et perception de jouer.

Ne jamais hésiter à commenter :)