0

ZOÉ CAMUS… BE SMART ! …

Deuxième partie de la discussion avec Zoé, le mental.

Oui, le mental c’est dans la tête, jusque là c’est facile.
On sait que parfois il nous joue des tours, parfois il part faire un tour et parfois il est un atout.
Comment le travailler ce mental ? Où est le practice mental ? Comment faire pour qu’il n’oublie pas de venir à la compétition avec nous ?
Zoé m’a donné les premières pistes de travail.
Pour bien commencer, commençons par un plan !
Après avoir fait une ou deux compétitions en duo Caddy/Joueur, prenez une feuille de papier, un stylo et faisons la liste des courses histoire de ne pas rentrer les mains vides mais surtout profitez que vous avez sous la main, deux points de vue pour être objectif dans votre jugement.
D’un côté de la feuille, listez les points positifs, ce qui marche pour le joueur, du point de vue physique, technique, stratégique et mental. Il serait souhaitable et motivant qu’il y en ait plusieurs !
De l’autre côté de la feuille, faites de même avec les éléments négatifs cette fois. Je sais que le duo repose sur une certaine amitié au départ mais il faut quand même en écrire.
Grâce à ce simple exercice le joueur va pouvoir prendre conscience de ce qu’il doit travailler (liste des points négatifs)  et ce qu’il doit renforcer (liste des points positifs).
Il est important de dater la feuille pour bien marquer le départ du travail.
Au boulot maintenant pour faire passer le négatif du coté positif et pas de vice versa cette fois ci.
Le plan,  c’est fait !
Nos actions, nos émotions et notre état d’esprit sont ce qui détermine notre mentalité au jour le jour. Avancer « dans le bon sens » implique donc un travail sur ces trois aspects de notre mental.
NOS ACTIONS
Pour s’assurer que l’on met en place les bonnes actions, il faut apprendre à se fixer des objectifs… 
Correctement de préférence.
Laissons donc parler la spécialiste :
…………..
Pour s’assurer qu’on agit dans le sens de faire passer le négatif du côté positif (voire point précédent), il va falloir déterminer les actions à mettre en place. Pour cela, il va donc falloir se fixer des objectifs; en détaillant la chose à atteindre, mais aussi les choses à faire pour y arriver.
Pour renforcer la probabilité de réaliser ses objectifs, il faut donc être capable de les fixer, mais aussi de correctement les décrire.
En psychologie du sport, tout objectif fixé doit ainsi répondre à 5 critères, décris en anglais grâce à l’acronyme SMART (qui veut dire intelligent en anglais et non voiture minuscule qui prend quand même deux places sur le parking):
                Specific(spécifique) : Parce qu’un objectif doit toujours être le plus détaillé possible il faut décrire tout ce que sa réalisation implique
                Measurable(mesurable) : Parce qu’un objectif doit pouvoir se mesurer il faut que sa réalisation soit chiffrée
                Achievable(atteignable) : Parce qu’un objectif doit être atteignable il doit être possible à réaliser au jour où vous vous le fixez.
                Relevant(cohérent) : Parce qu’un objectif doit être cohérent pour soi il doit avoir une signification particulière à vos yeux. Le développement de vos compétences, votre développement personnel, la hausse de vos standards de performance…
                Time-bound(défini dans le temps) : Parce que la réalisation d’un objectif doit être définie dans le temps il doit être daté à plus ou moins long terme (dans la semaine, dans les mois, ou dans les années à venir)
Car chaque objectif doit répondre à ces critères, chaque objectif est non seulement unique mais aussi personnel. Il est donc de la responsabilité de chacun de se tenir à ses objectifs en mettant en place les actions nécessaires à leur réalisation. Pour le joueur, il s’agit donc “d’agir vers”…
Tout comme pour la réalisation du plan personnalisé d’optimisation du mental, il est important de tout mettre à l’écrit et de dater. Cela facilite la démarche car les écrire implique de s’y engager, et d’avoir un support nous permettant de nous les rappeler lorsqu’on s’en écarte.
NOS ÉMOTIONS
Pour s’assurer que l’on sait gérer ses émotions, il faut apprendre à visualiser son succès.
La visualisation est un outil d’entraînement utilisé en psychologie du sport. Il peut être utilisé à de multiples fins telles que l’amélioration du swing, le développement d’une meilleure capacité à se concentrer et la diminution de la pression ressentie en compétition. Car, c’est en effet en s’autorisant de gagner que l’on peut mener à bien une victoire.
Cette technique est utilisée pour permettre à l’individu de se visualiser réalisant ses objectifs. Elle consiste à créer dans son esprit une image ou une série d’images de soi-même en train d’accomplir une “tâche”  et ce, sans réaliser les gestes associés à la tâche. Les images sont créées par et pour la personne, sans l’utilisation d’événements extérieurs. 
Avec la visualisation, vous êtes encouragé à vous imaginer “vivant” la situation; non seulement en vous voyant prendre part à la scène, mais aussi en vous sentant réaliser tout ce qui pourra s’y passer. Ici, tous les sens sont impliqués: la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher… Plus vous arriverez à détailler la situation, plus l’exercice de visualisation sera efficace.
Toujours en se basant sur la liste de points positifs et négatifs que le joueur et le caddy auront réalisés ensemble, le joueur peut choisir une situation à améliorer.
Prenons, au hasard, l’exemple de ces putts de 30cm ratés sous la pression de la compétition… (Je pense que chacun d’entre nous se reconnait!) Ici, le caddy et le joueur auront remarqué une fâcheuse tendance du joueur à commencer à rater les putts courts sur la fin d’une bonne partie, comme pour “s’empêcher” de scorer. 
Une solution qui s’offre au joueur pour contrer cette tendance (en plus de travailler les putts de 30cm sur le green d’entraînement) serait d’utiliser la technique de visualisation. Cela permettrait au joueur de se voir réussir ces putts et de donc renforcer la confiance de son esprit dans sa capacité à les réaliser.
Le joueur peut alors élaborer un “scénario parfait” qui décrira la situation et verra, sur la fin de partie, cette fois, réussir chacun des putts de 30cm qu’il aura à faire. 
Le scénario peut être aussi simple que se décrire la situation les yeux fermés:
 “Tu arrives au 14ème trou (si c’est à partir de ce moment que le putter se dérègle..!), tu fais une très bonne partie et tu as maintenu une routine qui t’as souri tout le long. Ton départ n’échappe pas à la règle, tu frappes un superbe coup de driver qui vient trouver le fairway. Pareil pour le coup d’approche, que tu poses sur le green sans problème, à quelques mètres du trou. En marchant vers le green, tu prends le temps de regarder les arbres autour, et le vent dans les feuilles. Il fait bon, mais pas très beau… Arrivé sur le green, tu marques ta balle. Ton premier putt est très bien réalisé, tu restes juste légèrement court de 30cm et tu vas donc marquer ta balle en attendant que tes partenaires jouent. Quand vient ton tour de finir, tu vas pour replacer ta balle. En la replaçant, tu sens l’herbe caresser tes doigts; une sensation que tu aimes bien! Ceci fait, tu vérifies ensemble une dernière fois le point de repère de ta ligne de putt. Dans ton esprit, tout est clair. Tu commences ta routine: un, deux, trois coups d’essais en regardant le trou. Puis tu te mets à l’adresse. Tu es calme, tes épaules sont relâchées, et tes mains entourent ton grip. Le cuir se forme sous tes doigts. En lançant ton geste, tu sens alors le poids de ton putter décrire la ligne. Puis vient l’impact. La balle part, en roulant fermement vers le point de repère choisi. Tu ne relèves les yeux qu’après avoir entendu le son de la balle qui tombe dans le trou. Elle est rentrée, grâce à la qualité de ta routine. Tu vas la retirer du trou. Encore 4 trous à jouer, tu te sens plus fort après chaque coup…”
Oui c’est peut être long à lire mais votre esprit fabrique tout cela bien plus vite que vous ne le lisez.
À noter que ce travail peut être fait au sein du duo Caddie/Joueur. Au caddie de décrire la situation, au joueur de l’entendre, de s’en imprégner les yeux fermés. Le regard extérieur peut apporter beaucoup dans ce domaine là !
Ce qui est intéressant à remarquer dans ce scénario, c’est le fait que plus on se rapproche du green et donc de la situation “je loupe les putts de 30cm quand je fais une bonne partie et que je me met la pression arrivé au 14ème trou”, plus la description devient précise et implique différents sens (de décrire la caresse de l’herbe sur les doigts au moment où le joueur replace sa balle avant de putter permet de concentrer son esprit sur autre chose que la peur de louper le putt). Également, il est important dans le scénario de mentionner la routine et la confiance que le joueur a en elle d’habitude. Ainsi, cela ne sèmera pas de doute dans l’esprit du joueur: ma routine est de qualité, elle ne peut donc que me faire réussir. 
La visualisation est ainsi à l’entrainement mental ce que le practice est à l’entrainement technique. 
En effet, si taper des balles permet de perfectionner son swing, alors la visualisation permet de perfectionner sa capacité à réaliser ses objectifs. En visualisant votre réussite, vous entraînez votre cerveau à s’habituer à cette réussite. Et lorsque la situation répétée grâce à la visualisation se présentera à vous, il n’y aura alors plus de doute et la seule solution qui s’offrira à votre esprit (et donc à vous) sera tout simplement de “faire comme dans le scénario” et de réussir!
Un scénario peut être élaboré pour n’importe quelle situation de jeu, Il est aussi possible de l’enregistrer afin de pouvoir l’écouter seul. Pendant l’entrainement par exemple…
NOTRE ÉTAT D’ESPRIT
Pour s’assurer que notre état d’esprit est le bon, il faut apprendre à se concentrer sur ce qui est en notre contrôle.
De façon générale, la concentration peut être décrite comme la capacité à focaliser son esprit sur un sujet particulier, et ce pendant un long moment; laissant ainsi place à des sujets de différente nature.
Cependant, quand il en vient à la concentration appliquée à la performance sportive, l’idée est pour le sportif de se concentrer non pas juste sur le sujet global, mais sur tout ce que ce sujet peut impliquer. Ainsi, si vous souhaitez augmenter la vitesse de votre swing, allez vous vous concentrer sur swinguer le club plus vite, ou allez vous vous concentrer sur les modifications à apporter à votre swing afin d’augmenter sa vitesse?
Et bien avec l’entraînement mental, cela marche de la même façon. Si vous souhaitez améliorer vos capacités mentales pour la performance, vous allez devoir apprendre, qu’avant de pouvoir se concentrer sur la finalité, il faut se concentrer sur les petites choses qui justement vous permettront d’atteindre cette finalité.
Transformez déjà les “je suis nul” et “je n’y arrive pas” en “je dois travailler ma confiance en moi”. Concentrez votre esprit vers ce qui est en votre contrôle. Et acceptez qu’il est toujours plus difficile de changer seul qu’avec l’aide de quelqu’un, et que demander du soutien n’est pas quelque chose de négatif, bien au contraire.
En travaillant par exemple en duo joueur/caddy, il est souvent flagrant de voir les bénéfices que cela apporte pour le joueur. Se voir sous un autre jour permet, de façon plus réaliste, de se comprendre, et de savoir quels changements doivent être opérés pour progresser.
C’est en mettant des mots sur ces changements à effectuer qu’il sera alors possible de se concentrer sur les modifications à opérer, et qu’il sera alors plus facile d’élaborer des plans pour surmonter les obstacles.
Adoptez le bon état d’esprit. Toute progression implique un changement, et tout changement implique d’accepter de ne se concentrer que sur ce qui est en notre contrôle!
………………
Volontairement je laisse le dernier point d’exclamation car Zoé est très motivée et motivante dans son discours et cela se voit même à l’écrit !
Prenez le temps de lire et relire cet article qui vous apportera, je l’espère, quelques clefs de travail.
Un grand merci à Zoé pour le temps qu’elle a gentiment pris afin d’être la plus pédagogique sur ce sujet ô combien complexe qu’est l’amélioration du mental au golf.
En ce qui me concerne, dimanche, direction l’Albatros pour faire le Caddie de Seb, on va commencer par mettre tout cela en œuvre !
Motivé !!!
Petit mouvement dans l’espace temps, nous sommes lundi, Sébastien a gagné son Match Play 2up sur l’Albatros contre un joueur de meilleur niveau que lui et a joué +13 sur l’Albatros pour un index de 12 !
Ça maaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarche !!!!!!
Commentez avec Facebook

Ne jamais hésiter à commenter :)