0

SUR LES AILES DE L’ALBATROS…

ENTRETIEN  AVEC ALEJANDRO REYES, SUPER INTENDANT DU GOLF NATIONAL…

Alejandro Reyes, Golf National Albatros 2014

Cela fait quelques mois maintenant que les parcours du Golf National font l’objet de plus en plus de louanges de la part des joueurs.

Les greens sont de plus en plus roulants et uniformes, le dessin des fairways de plus en plus net, les roughs et les abords des parcours gagnent en sobriété et restent toujours aussi dangereux.
Depuis un peu plus d’un an, Il y a un homme derrière tous ces changements qui se révèlent à nous depuis peu.
Un homme et son équipe, précisera t’il…
Il a 30 ans, l’allure d’un jeune homme et le sourire enjoué du petit garçon qui s’amuse.
Mais ce personnage est la clef de voute du Golf National.
Alejandro Reyes, profession, Super Intendant (S.I).
Le plus jeune Super Intendant qui aura la responsabilité de préparer une Ryder Cup.
Rencontre début Avril, trois heures d’entretien avec un vrai passionné, un dévoué capitaine d’équipe. Je vais essayer de vous faire une synthèse afin de bien comprendre l’importance d’un « S.I » et de son travail.
Commençons par le commencement,
Qui est Alejandro Reyes et qu’est ce qu’un super intendant ?

Alejandro Reyes, Albatros Green du 18

Le S.I intervient en étroite collaboration avec l’architecte pour la mise en place et la construction d’un parcours de golf, il gère ensuite la « croissance » du parcours, en anglais : « Grow-in ». Ces deux phases sont les plus importantes, les plus délicates. Vient ensuite la phase d’entretien et d’évolution du parcours. Il faut savoir qu’un parcours de golf a besoin d’une vingtaine d’années pour arriver pleinement à maturité.
Une fois que le parcours a fait sa phase de croissance, le S.I se doit de devenir en plus de tous ses rôles, un vrai chef de troupe. Toutes ses équipes doivent être aussi motivées que lui pour donner chaque jour au parcours les soins nécessaires à sa bonne santé, sans oublier le petit plus indispensable qui lui donnera à l’avenir son cachet.
C’est un des grands défis de ce métier, faire aujourd’hui ce qui ne pourra se voir que demain.
Alejandro Reyes a donc 30 ans mais depuis l’âge de 18 ans, voici par où il est passé…

Albatros, Green trou 2 et Berlinoise.
Université d’Almeira, ingénieur en agronomie.
Université de Cranfield au Royaume-Uni pour une spécialisation agronomie adaptée au sport.
Collège d’Elmwood en Écosse pour la spécialisation parcours de golf.
L’Université de Géorgie au USA pour la spécialisation phytotechnie et golf, puis toujours au USA, une certification golf et irrigation.
Onze années d’étude dédiées au golf, rien que ça !
Autant dire que le Golf National a trouvé le Mozart parmi les spécialistes de la construction et de l’entretien d’un golf.
Dès l’âge de 23 ans il était déjà « Growing Manager » sur le Condado de Alhama, un parcours signé Jack Nicklaus dont il est devenu Super Intendant à l’âge de 24 ans. Il a ensuite supervisé le Mar Menor et le Saurines, deux autres parcours somptueux, Nicklaus design.

Albatros green trou 18
Depuis bientôt un an et demi il est le S.I du Golf National.
Et pour sa première année, il est resté 7 jours sur 7 sur le parcours. Analyses chimiques de tous les sols, études des moindres recoins des 3 parcours.
Toutes ces analyses lui ont permis de savoir avec précision les besoins journaliers d’un parcours.
Car un golf est un être vivant et complexe. Il est, de par sa nature, fragile et très réactif aux éléments extérieurs comme la luminosité, l’humidité, la température et les précipitations. Quatre amis/ennemis d’un parcours de golf. Chaque jour il faut donc adapter ce qui va être apporté au parcours par rapport à ce qu’il a du consommer pour répondre à ces éléments extérieurs.
Cinquième ennemi du parcours, le golfeur. Oui, même le plus respectueux d’entres nous abîme forcément un parcours… Alors les autres, ceux qui ne le respectent pas, vous imaginez…
Alejandro est à la tête aujourd’hui d’une équipe de 23 green-keepers, 2 dédiés à l’Oiselet, 6 dédiés à l’Aigle et 15 dédiés à l’Albatros.
Leurs rôles : amélioration, entretien des parcours et réparation avec le temps qu’exige la nature de ce que le golfeur détruit immédiatement de par son jeu.
traces de Pitch sur green Albatros

Un parcours de golf se gère selon une vie agronomique pure mais se travaille selon différents éléments,  la jouabilité et l’esthétique sportive. Trois critères à travailler chaque jour, qui le détermineront par rapport aux autres parcours.
L’analyse des 3 parcours et de l’Albatros en particulier.
À arpenter et analyser le Golf National et son vaisseau Amiral l’Albatros pendant un an du lever au coucher du soleil, Alejandro a pris la mesure exacte du travail à faire et il n’a pas attendu que l’année se soit écoulée pour commencer à intervenir et apporter sa touche personnelle.
Un trou au Golf National est constitué de trois zones en herbe. Le Rough, le fairway (avec les aires de départ et les zones d’approche) et le green. Chaque zone a son herbe particulière.
Sur les fairways, le Ray Grass ou Raygrass. Une herbe de grande qualité à la pousse rapide pour récupérer les divots. Indice important donné par le maître des lieux, regardez bien cette image :

Albatros, Fairway du 17

Sur un fairway tondu en bandes, la bande sombre indique que l’herbe est dans le sens inverse du jeu et la bande claire dans le sens du jeu. Sur un drive, cela représente quelques mètres de différence.
Pour les roughs et hauts roughs, principalement la Fetuque ou Fescue. Vous savez ces zones hautes pour lesquelles vous jouez d’office une balle provisoire si vous voyez votre drive y atterrir…
Pour les roughs aux abords des fairways, l’herbe est un mélange de Raygrass et de Fetuque avec différentes hauteurs de tonte comme on peut le voir ci-dessous.
Cette première zone de rough mesure de 8 à 20m de largeur et la hauteur de tonte est de 5cm environ. Oui, c’est largement suffisant pour ne pas jouer plus qu’un fer8 pour en sortir…

Albatros, trou 5, Fairway et rough.

Enfin, la terre promise. Elle occupe 1 à 2% du parcours, proportionnellement c’est comme le cœur vis-à-vis du corps dans son ensemble, elle représente 20 à 30% des coups joués. Cette terre promise, ce sont les greens.
Là est le cœur du jeu, là est le cœur du défi pour Alejandro et ses équipes.
Deux herbes composent le green. L’agrostide, une graminée très uniforme qui résiste aux coupes fréquentes, aux écarts de température, aux maladies et surtout au stress. Oui le stress que cause le joueur à marcher dessus avec les crampons, à l’écraser à grands coups de pitch sans parfois prendre la peine de les relever ! La seconde, la Poa Annua, c’est elle qui fait ces petites graines rondes qui gênent la roule générale et ne pousse pas à la même vitesse que l’agrostide.

Albatros, Green, Fringe et Fairway
Le défi est là et se gagne jour après jour, faire disparaître la Poa Annua au profit de l’agrostide. Aujourd’hui c’est un rapport de 60/40 au profit celle qui bouloche, l’objectif est d’arriver à 80/20 au profit de la belle et lisse agrostide pour la Ryder Cup.
Et pourtant, tout le monde le dit, les greens sont déjà aujourd’hui très beaux, très uniformes et surtout très ROULANTS !
La moyenne de vitesse de green sur l’Albatros est aujourd’hui à 3,40m, pendant l’Open de France cette vitesse peut monter jusqu’à 3,96m exactement. Pour vous donner un exemple, un petit backswing bien accompagné avec votre putter et vous faites un putt de 4m !
Pour information, au Golf National il existe trois greens d’entrainement. Celui qui au dessus du 16 de l’Albatros, côté practice de l’Oiselet est réglé à la vitesse du parcours Aigle et le rectangulaire et le rond côté accueil aussi sont réglés à la vitesse du parcours Albatros.
Albatros, Practice Green.

Comment faire pour obtenir cet aspect « billard » sur un green ? Outre un sol mêlé de sable qui draine et de tourbe qui nourrit il existe deux machines distinctes pour travailler l’herbe. Une tondeuse à la coupe particulière qui va reproduire le mécanisme des dents de moutons qui bloque l’herbe avant de la couper. Le mouton est le premier Greenkeeper que la nature a donné au golf, Saint Andrews a été dessiné ainsi. Une autre machine étonnante, une lisseuse, qui va compresser l’herbe pour augmenter sa résistance et l’uniformité de la roule.
Voila ce qui fait le Golf National aujourd’hui avec le travail d’Alejandro et de ses équipes.
Début avril, les responsables de l’European Tour sont venus inspecter l’Albatros.
Leur verdict est clair, on pourrait jouer l’Open de France maintenant, le parcours est prêt, solide, au top de sa forme avec un trimestre d’avance !

Albatros, détail Green, Fringe, Approche, Fairway.
Voila qui résume bien le talent de ce jeune Super Intendant et la motivation qu’il a su donner à ses troupes.
En parlant de compétition internationale…
Quels sont les projets pour le parcours d’ici à la Ryder Cup ?
Alejandro, dont le maître mot est la communication constante, partage aussi beaucoup avec ses confrères Super Intendants. En particulier avec celui d’un golf qui va devenir célèbre, le Erin hills golf Course qui recevra l’US Open en 2017.
Voyez plutôt pourquoi…
On dirait le cousin américain de l’Albatros !
Partage des savoir faire dans un même objectif, rendre le golf plus beau saison après saison.
Cinq Open de France à venir avant la Ryder Cup, le parcours évoluera à chaque fois.
D’ores et déjà l’Albatros possède en lui la capacité de varier drastiquement d’un jour à l’autre.
De part la position des départs et des mâts sur les greens, le parcours peut se rallonger de plus de 500m. Ajoutez à cela la taille des roughs, le travail sur la largeur des fairways, le travail sur la fermeté et la vitesse des greens et vous comprendrez pourquoi le classement peut vite évoluer pendant l’Open de France !

L’Albatros fermera tout de même pendant presqu’un an, entre l’Open 2015 et l’Open 2016 pour de gros travaux (réouverture 2 mois avant l’Open 2016).
Premier gros chantier, le drainage. De nombreux calculs statistiques ont été faits pour connaître la quantité d’eau des plus grosses pluies sur une moyenne de 10 ans et 20 ans. Le drainage devra s’adapter à ces records pour supporter celles-ci de façon à éviter ce qui est arrivé lors de la Ryder Cup 2010.
De nombreux travaux pour recevoir 4 fois les spectateurs reçus habituellement durant l’Open de France. 52000 spectateurs sur 4 jours lors de l’Open de France, entre 70000 et 80000 par jour de Ryder Cup.
Un nouveau système d’irrigation qui optimisera l’efficacité de l’arrosage des parcours, pistes, chemins de voiturette, plateformes et berges des lacs.

Albatros, Green et bunker trou 1.

Mais aussi, des travaux sur certains greens pour augmenter le nombre de positions de drapeaux sur ceux-ci. Le trou1, le 12 et le 16 vont subir quelques transformations de leurs pentes.
Vous l’avez compris, la phase d’évolution est loin d’être achevée et il faudra attendre encore quelques années pour que l’Albatros nous présente tout son potentiel.
Pour conclure, j’ai demandé à Alejandro quel était son parcours idéal.
Sa réponse ne m’a surpris qu’à moitié.
Pour lui, le parcours idéal n’existe pas.
Il aimerait plutôt que le joueur idéal existe.
Celui qui relève ses pitchs, celui replace ses divots, celui qui ratisse les bunkers, celui qui ne jette pas ses mégots de cigarette sur le parcours, celui qui sait où ne pas rouler avec une voiturette.
Pour résumer celui qui a compris la somme de travail pour créer et faire vivre un parcours de golf, celui qui a compris le nombre de personnes impliquées pour que vous puissiez chaque jour jouer dans les meilleures conditions possibles.

Albatros, Aire de départ trou 3.

J’espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre pour, demain, mieux respecter le golf sur lequel vous irez jouer, que ce soit l’Albatros ou un autre…
Un grand merci à Alejandro Reyes pour son professionnalisme admirable, sa grande disponibilité et sa passion à partager son métier.
Bonne semaine et bon golf !
Commentez avec Facebook

Ne jamais hésiter à commenter :)