8

GRANVILLE, TERRE DES TECH’S…

Granville trou 18

L’an dernier, le forum Golftechnic a changé la destination de sa compétition annuelle pour Granville.

Le golf de Granville, pour information, est le seul links authentique en France.

Il avait neigé la veille de la reconnaissance, une température d’à peine zéro degré pendant les deux jours de cette première édition d’avril 2013.
Cette année, tout change !
Sauf Granville…
Parce que ce golf est un vrai de vrai, pur et dur, à l’ancienne, artisanal, roulé à la main sous les aisselles.
Et l’accueil y est très convivial, pour ne pas dire chaleureux et le restaurant propose une cuisine de caractère, à l’image de son chef si j’ose dire…
Le chef est toujours là, l’organisation est ravie, la météo a changé, l’organisation est encore plus ravie!
Il faut dire que la responsabilité est grande pour le Staff car il y a bien plus de participants que l’an dernier et la météo doit se prévoir à long terme. Oui, il faut savoir que les personnes qui organisent une compétition commandent la météo en avance. 
Ce sont les délais de livraison qui sont incertains…
Le programme du week end est calé, vendredi c’est reconnaissance, samedi c’est compétition et dimanche c’est convivial et en double.
Vendredi donc, la Reconnaissance :
Quelques gouttelettes normandes pour nous accueillir mais cela ne dure pas, le vent est tout aussi normand version bord de mer, le links dans toute sa splendeur.
Pour qu’une reconnaissance soit efficace, je ne saurai trop vous conseiller de la faire l’après midi.
Après avoir déjeuné au clubhouse car le chef propose vraiment une bonne carte…
Enfin, pour que la reconnaissance soit parfaite, Seb et moi allons jouer avec Pascal, notre stakhanoviste des compétitions. Il en fait plus de 50 par an !
Cette année, il ralentit un peu mais je suis sur que ça va repartir de plus belle dans peu de temps…
Faire une reconnaissance avec un joueur de très bon niveau qui connait le parcours par cœur nous sera d’une grande aide.
Combien de club en plus ou en moins suivant le vent, quelle direction jouer. Oui, même sur un links qui pourtant n’a rien à cacher parce que c’est plat et sans arbre, il y a une stratégie de jeu au départ, des tracés à couper, des lignes à suivre, des zones de fairway en dévers à savoir prendre.
Seb et moi notons consciencieusement les clubs choisis pour les par3. Sur le 12 par exemple, le fer5 est parfaitement adapté.
Oui Seb est à Granville aussi, bien évidemment !
Nous avons noté nos retombées de drive, fais le tour des greens pour les pentes afin de trouver le meilleur angle d’attaque.
De vrais pros !
Pascal nous accompagnera jusqu’au 10, ce par3 très technique au green en butte, sur ce trou, le conseil est simple, mieux vaut être trop court…
Nous allons continuer la reconnaissance en suivant ses conseils, en regardant bien les zones de dévers, les pentes des greens, les distances à parcourir, les écarts de club en fonction du vent.
Il fait beau, il fait bon, le vent est régulier, nous essayons de l’être aussi.
Oui, réguliers…
Il est temps d’aller se détendre à l’hôtel et d’aller dîner ensuite au clubhouse. Soirée sage, Séance d’ostéopathie préventive avec notre maître « es Saucisse » Benoît alias Bubbaguth, demain c’est compétition avec l’espoir que les conditions soient les mêmes…
Samedi donc, compétition :
Premier constat, en bord de mer, le vent fait ce qu’il veut !
Dès le départ, nous pouvons jeter nos notes de la veille, il n’y a rien qui correspond !
Un peu comme si tu voulais visiter Venise avec un plan de Paris dans les mains…
Certains par4 deviennent des par5, l’inverse ne se vérifiant pas forcément.
Et pour les par3…
C’est bien simple, le 12 que l’on jouait au fer5, je ne le toucherai même pas au fer2…
Certains l’ont même attaqué au driver.
Nous allons lutter sur chaque coup avec ce vent nouveau, avec ce parcours à nouveau inconnu. Les dévers que nous voulions éviter, nous allons nous retrouver dedans. Les pentes délicates des greens, nous y auront droit à souvent !
La combinaison Links + Vent amène l’humilité. Il faut savoir accepter de jouer un fer3 à 120m en priant que le vent n’attrape la balle. J’ai tenté à un moment un fer8 à 100m, bien contacté, la balle est montée comme un avion au décollage, la poussée de gaz à mi hauteur en moins, il me restait encore 40m à faire après…
Le ciel est bleu au dessus du golf, nous voyons de sombres nuages chargés d’eau passer au loin.
Puis le vent tourne un peu.
Puis le nuage se rapproche.
Puis c’est la douche de grêle.
À peine le temps de courir vers le sac en pleine routine de putting au trou 14 pour récupérer le parapluie.
Et cela cesse.
Mais pas le vent.
Le parcours nous laissera très humbles après le 18…
Sur l’ensemble des joueurs, si ma mémoire est bonne, il n’y aura que 5 joueurs qui auront réussi à faire mieux que leur handicap de jeu en seconde et troisième série. En première série, le meilleur score a été une zone tampon !
Seb a gagné sa lutte, il n’a rien lâché même quand les nerfs le voulaient.
Pour le reste du groupe, une bonne grosse baffe donc, bien franche, sans fioriture, fer à cheval dans le gant de boxe !
Heureusement, la douche d’après est chaude, nous pouvons nous reposer un peu car le reste du groupe en question est encore sous les bourrasques, sur le parcours.
Retour au Clubhouse pour la remise des prix et le test matériel !
Le Staff a apporté dans ses valises, deux putters en bois, fabrication moderne, allure à l’ancienne.
Nous allons tous pouvoir tester. J’imagine un club léger, j’imagine une sortie de balle assez forte car le bois plus tendre que l’acier risque de donner cela.
Il n’en est rien, enfin pas trop par rapport à ce que je craignais.
La balle sort vite certes mais le putter est moins léger qu’attendu, le bois est dense et l’ensemble se contrôle assez bien.
Et après quelques essais, le toucher très doux est très agréable sur les putts que l’on fait.
Dans le bar du Clubhouse…
Sous le regard attendri du patron du restaurant…
Mais nous sommes avant tout des compétiteurs et le test devient une poule qualificative pendant l’apéritif en vue d’un vrai match après le dîner que l’on arrosera un peu.
Ce n’est pas par plaisir, c’est juste parce que l’on s’est faits arrosés sur le parcours, on ne fait que rendre la politesse…
Faire tomber un tee à 5m avant de manger, concours de dosage après manger.
Seb est gaucher, les deux putters en test sont en droitier.
Pas grave, il va gagner la compétition en jouant en droitier…
Mais dimanche approche, la compétition conviviale se fera en scramble car visiblement, le temps va encore changer.
Un temps qui pousse à croire que l’on aura peut être qu’une balle sur deux sur le fairway…
Seb et moi allons en profiter pour faire un Match-play  contre deux régionaux, Seb, un autre gaucher et son partenaire Bertrand, deux des complices du voyage en Écosse d’octobre dernier.
J’avoue que j’admire leur courage car la météo est très claire, le temps ne le sera pas !
Pluie, vent, avec un peu de pluie et du vent…
Ils seront présents, de bonne heure et de bonne humeur, heureux de pouvoir enfin tester les tenues achetées pour le périple en Écosse et qui à l’époque n’avaient servi à rien.
Très heureux donc de pouvoir les mettre dès la sortie de voiture…
Nous partons au practice. Sur le tee numéro 1, il y a déjà des Tech’s courageux, prêts à en découdre avec le parcours qui visiblement s’est aussi mal réveillé que nous…
Il y a des gants de rechange dans le sac, mais la météo est telle que je pense qu’à mi parcours nous serons de toute façon rincés sans essorage.
Même en scramble nous arrivons péniblement à faire le par. À 120m, en fonction du vent et de la quantité d’eau qui tombe nous irons du fer4 au Sandwedge.
Journée balle basse et profil idem.
Dès l’entame du retour, nous voyons des joueurs revenir, abandonner la partie qui n’est plus une partie de plaisir, juste une lutte contre les éléments.
Nous n’en ferons rien, non que nous soyons plus courageux ou inconscients mais aucun d’entre  nous ne veut lâcher le match-play.
Quatre coqs trempés qui ne veulent pas être des poules mouillées.
Et nous irons jusqu’au 18.
Nous menions 2 et même 3up durant la majeure partie du parcours mais nos normands d’amis n’ont jamais rendu les armes et nous n’étions plus que 1up au départ du 18. Je nous voyais déjà repartir au 1 pour la mort subite…
Heureusement pour nous, il n’en fut rien. Seb réussit son drive contre le vent. Drapeau fond de green, 115m vent contre, mon fer4 balle basse a tenu contre l’eau en bourrasque, pas le leur.
Victoire 2up, mais surtout victoire du golf, cette drogue qui nous pousse à rester dehors quand n’importe quel animal sain d’instinct se serait déjà mis à l’abri depuis longtemps à part quelques poissons, et encore…
Il est grand temps d’aller se sécher au clubhouse.
Le patron est toujours là. Je me demande s’il ne dort pas là finalement…
Quelques irréductibles sont aussi là, ceux là même qui avaient tenté le scramble du matin.
Il nous parait sage de songer à retourner sur nos terres car le marathon n’est pas terminé, demain lundi c’est Courson en Match-play par équipe de deux sur les 36 trous du parcours…
Après on ira se reposer.
Au bureau…
D’ici là, allez faire un tour sur le Golf de Granville, juste comme ça, pour voir le golf originel…
Commentez avec Facebook

8 Comments

  1. ayant fait la partie avec Jerome le samedi, je peux vous dire que le samedi est tres cool comparé au dimanche !

  2. Une des meilleures éditions du trophée GT, avec des conditions de jeu parfaites. Du soleil pendant 3 jours, nous nous serions ennuyés 😉

    Pour info, le chef à effectivement dormi sur place samedi soir 😉

    Cam

  3. Granville, quel souvenir ! L'achat de mon permier bonnet, indispensable pour s'isoler du vent sur un vrai links, jouer avec les éléments, faire tomber la balle à 50m du green, eagle au 9, quintuple au 12… ET le patron, fan de 'OM et une cuisine à tomber. Repas de la mer au prix dérisoire et le jour du départ, ou nous avons pas pu tenter à la remise de prix et cocktail, il nous a mijoté un plat de pâtes aux fruits de mer… Comme ça, juste pour nous rendre service ! Et nous sommes réparties avec un magnum de champagne pour nous consoler de notre défaite.
    J'adore Granville !

Ne jamais hésiter à commenter :)