WHAT’S IN MY BAG ? …

Ce titre que l’on retrouve sur tous les sites anglais et américains se traduit littéralement par :

« Quoi qu’y a dans mon sac ? »
Pour les esthètes du bon français, il faudrait dire :

« Diantre, quels clubs pouvait-il bien avoir dans son sac lorsqu’il a remporté de si belle manière cette joute sur le vert ? »
Car oui, ce genre d’article contient la liste détaillée des clubs utilisés par le vainqueur du weekend sur les deux circuits masculins principaux, l’américain et l’européen.
Si vous êtes un passionné, avide d’informations, vous constaterez que ces listes apportent deux enseignements importants.
Un joueur professionnel ne modifiera que très peu son set de 14 clubs, il va tout au plus ajouter un wedge et retirer un bois ou l’inverse.
Majoritairement, le joueur conserve son set initial, à l’extrême il va modifier un tout petit peu les lofts des bois et/ou des wedges.
J’ai pu arriver à ces conclusions grâce à l’excellent travail de Gilles sur le forum « Golf à Gogo ». À ce jour il a répertorié 432 sacs. Et grâce aux talents de certains joueurs qui gagnent plusieurs fois, j’ai pu faire mes comparaisons.
(Je vous conseille ce forum pour deux autres raisons. La première, la couverture des tournois assurée de main de maître par Damien, épaulé depuis peu par Sofewwords pour les tournois du Challenge Tour. La seconde, le sujet concernant les règles, dirigé avec précision par Kyuso, arbitre diplômé.)
À notre niveau, quels enseignements pouvons-nous tirer de, comme le veut la mode qui consiste à tout acronymer (voir à transformer en verbe des mots qui ne veulent pas), ces « WIMB » ?
Pour gagner il faut des shafts 75X sur les bois comme Miguel Angel Jimenez, un shaft 130X sur les fers comme Sergio Garcia et ajouter 10 couches de scotch sous le grip comme Bubba Watson…
Pas sûr qu’il faille aller aussi loin dans le mimétisme…
Par contre, pour réfléchir et constituer son set de 14 clubs le mieux adapté d’une part, y ajouter un ou deux clubs pour le long jeu ainsi que pour le petit jeu d’autre part semble être un bon début quand notre niveau de jeu nous permet d’avoir un bon contrôle de distances avec nos clubs.
14 clubs c’est la règle.
Driver et putter, j’imagine difficilement ne pas avoir ces deux clubs dans le sac.
Une série de 8 fers du 3 au PW ou 7 fers plus un hybride n°3 me semble une norme communément admise.
8+2=10 (j’ai vérifié avec un ordinateur)
Reste 4 clubs.
1 bois (ou un second hybride) et 3 wedges ou seulement deux wedges et 2 bois (ou 1 bois et 1 hybride) ou 1 seul wedge (compliqué quand même) et 2 bois + 1 hybride.
Démonstration étant faite que malheureusement on ne peut avoir 3 clubs pour le long jeu et 3 clubs pour le petit jeu, il faut choisir.
Que cela ne vous empêche pas d’avoir plus de 14 clubs chez vous et de constituer votre set en fonction du parcours et/ou de vos points forts du moment.
C’est mon cas aujourd’hui.
Driver, bois3 et bois5.
Série du Fer1 au PW
Wedges : 50°, 55° et 60°
Deux putters, un « maillet » et une « lame ».
Pour être vraiment au complet il me faudrait un 52/07 et un 58/08 pour les fois où je ne prendrais que deux wedges sans avoir un gap trop important et conserver la possibilité de jouer un coup lobé dans de bonnes conditions.
Mais je ne suis pas entièrement satisfait.
Comment ça certains d’entre vous n’en sont pas étonnés !?!
Pas satisfait pour deux raisons.
La première vient du fait que le PW aujourd’hui a un loft de 46°. Il y a 5 ans, il était à 48°.
L’écart entre le dernier fer et le premier wedge s’agrandit d’année en année si bien que les fabricants ont inventé le Gap Wedge qui, comme son nom l’indique, vient remplir ce vide.
Résultat, si on aime avoir un Lobwedge ouvert type 60° dans son sac, il faut ajouter un autre wedge entre les deux, on est alors limité sur le choix des longs clubs.
La seconde vient des écarts entre les fers. Généralement 3° entre les longs clubs, du fer1 au fer6 et 4° ensuite, du fer6 au PW.
Or nous le savons, à notre niveau d’amateur un bon coup de fer5 ressemble souvent, et au mètre près, à un coup moyen au fer4.
Si on créait un écart un peu plus grand entre chaque club, notre choix de club sur le parcours serait plus simple, plus clair et on gagnerait ce fameux quinzième club qui manque à chaque fois !
Voilà pourquoi je rêve depuis longtemps à la série suivante que je vais énoncer, non pas en numéro de club car à mon avis cela n’a plus beaucoup de sens mais en terme de loft.
Driver : 9° (pourquoi pas réglable de 8° à 11°)
Bois de parcours : 13° et 17°
Hybride : 18°
Série de fers : 22°, 27°, 32°, 37°, 42° et 47°
Wedges : 51/06, 55/07 et 59/09
Putter
5° entre chaque fer me permet d’avoir seulement 6 fers pour couvrir 25° alors que normalement il en faudrait 7 voire 8 désormais.
Et je ne suis pas convaincu que ce type d’étagement de loft en 6 fers me pénaliserait sur le parcours par rapport aux étagements actuels en 8 fers.
1° d’écart de loft, en terme de distance ne doit correspondre qu’à 2 ou 3 mètres si je ne dis pas de bêtise.
Et si on travaille son étalonnage de distances en prenant en compte deux éléments techniques importants, gripper plus court d’une part et raccourcir son backswing d’autre part, on aura toujours une combinaison club/coup à jouer tous les 3 ou 4 mètres…
Je sais bien, mon immobilité forcée à cause de ma contracture dans le dos et le repos que je m’impose pour soigner ma tendinite avant l’épreuve désormais culte du BSC d’Arnaud Balbin me font sérieusement travailler du ciboulot…
Mais si vous aviez un avis sur ce principe de créer des écarts plus grands entre les fers afin d’avoir 3 bois, un hybride et 3 wedges tout en respectant la règle des 14 clubs, je serai très heureux de le lire.
Que vous soyez amateur, professionnel ou spécialiste matériel, tout avis est le bienvenu!
S’il vous plait, commentez, donnez-moi votre avis c’est mon thérapeute qui m’encourage à partager mes névroses !
Allez, une petite pilule bleue avec le dîner…
Commentez avec Facebook