2

TORQUE OU TOE OU FACE ?

Le fitting, pour en avoir fait quelques-uns, je connais.

Les fers, les drivers, à chaque nouvel achat, je passe par la case fitting pour valider mon choix.

Mais le putter, jamais.

J’ai toujours fait confiance à mes sensations et au visuel à l’adresse.

La seule exigence « technique », le poids en tête un peu élevé pour bien sentir le mouvement.

Et tout s’est très bien passé depuis, les 3 putts sont très rares, le second putt est généralement très court et souvent après le trou.

Quand John Lawson, the Master of Fitting of the Île de France and Navarre incluse, m’a annoncé que désormais il ferait du fitting putter, forcément je me suis précipité.

Hâte de connaître la vitesse de la tête de club à l’impact, si je fais du draw ou plutôt du fade, si je peux gagner un club de plus, bref, curieux mais surtout béotien à un niveau proche d’un journaliste de TF1.

Hâte surtout de savoir si le club que je joue le plus sur un parcours me correspond bien !

Rendez-vous pris, je me retrouve dans l’antre avec mon joli putter près à découper des greens en deux.

Putter "Torque Balanced"

Putter “Torque Balanced”

Rien de tout cela, John prend l’objet et le place dans une très jolie machine pour mesurer lie, loft et longueur ensuite histoire d’avoir une base de comparaison.

72.5° de lie, 3.5° de loft, 35 pouces de long. Ça colle.

Il fixe ensuite une sorte de T sur le shaft, me montre une pastille au sol à côté d’une machine inconnue, une rondelle de hockey sur glace blanche à 3m de là environ et vas-y mon grand, il faut putter 7 fois de suite.

Je m’exécute et direction l’ordinateur qui vient de calculer l’air de rien, bip après bip, 28 paramètres de mon putting, le vilain curieux !

Seuls 5 ou 6 sont vraiment parlants pour l’amateur que je suis. Le point d’impact, le chemin de la tête avant et après, l’angle de sortie de la balle, le loft à l’impact, l’angle de la tête à l’impact, bref, des données très parlantes.

On sait de suite si on vise plutôt à gauche ou droite, si on prend la balle en remontant ou descendant, si on « délofte » ou pas etc.

Cela permet déjà de corriger sa technique si besoin, l’indien avant la flèche. Cela permet de fabriquer le putter le mieux adapté quand l’indien arrive sans flèche et cela permet de corriger la flèche si les chiffres de l’indien montrent un mouvement régulier.

Putter "Face Balanced"

Putter “Face Balanced”

En ce qui me concerne, le constat le plus frappant c’est que 35 pouces c’est un peu court par rapport à ma position naturelle. Je vais donc faire rallonger mon putter à la prochaine révision.

Ça c’est le fitting SAM PUTT LAB.

Mais John est joueur et combine avec le fitting EDEL. Une marque de putter qui ne sont faits que par fitting, pas de modèle standard dans les magasins.

La technique n’est pas informatisée mais tout aussi redoutable, miroir combiné au laser.

Un miroir sur la face du club, un laser qui pointe dessus. On place la balle, vous visez, on retire la balle, le laser prend le miroir et le reflet repart sur un tableau noir au résultat sans appel sur la façon dont vous visez.

Ces deux systèmes combinés avec ensuite, comme pour un fitting classique, tests de têtes, de shafts, de lie, de loft, de hosel (ça c’est spécifique putter), se montrent d’une efficacité surprenante !

Bien entendu, je n’ai pas pu m’empêcher de filmer la rencontre, de poser des questions idiotes et de vous proposer un petit montage.

Putter "Toe Hang"

Putter “Toe Hang”

Je vous laisser regarder et donner vos avis ensuite.

Avez-vous la bonne flèche, êtes-vous un bon indien ?

Votre putter doit-il être Face Balanced, Toe Hang ou Torque Balanced ?

Allez vérifier…

La vidéo :

Commentez avec Facebook

2 Comments

  1. Très intéressant ce “vu de l’intérieur” qui donne des idées !
    Dommage le son de John Lawson comparé au son de ta voix

Ne jamais hésiter à commenter :)